Université d'Orléans

Bertrand SAJALOLI

photo ProfilMaître de conférences au département de géographie de l’Université d’Orléans

 

 

 

 

 

Domaines et activités de recherches

Mes recherches explorent l’ensemble des relations homme-nature par le prisme des zones
humides et des territoires de l’eau. Plus récemment, elles interrogent l’intégration des
dimensions culturelles dans la mise en place d’un développement durable en Afrique de
l’Ouest. Plus précisément, elles peuvent se rassembler en cinq programmes distincts :

Programme 1 : Histoire des zones humides, laboratoires des relations homme-nature

Ce programme est conduit en étroite collaboration avec le Groupe d’Histoire des Zones
Humides (GHZH), que j’ai créé en mars 2003 avec JM Derex et dont je suis vice-président.
De la Préhistoire à nos jours, l’approche historique révèle les liens dialectiques entre
productions territoriales et productions sociales. Elle permet, à partir d’espaces ayant suscité
des perceptions et représentations très différenciées, d’interroger la dimension anthropique du
fonctionnement des hydrosystèmes. Ce programme s’est déjà concrétisé par l’organisation de
10 journées d’études (de 2014 à 2014) systématiquement assorties de publications. Il a
débouché (1) sur l’organisation, de quatre colloques internationaux ayant systématiquement
occasionné une publication dans des Revues référencées ou chez des éditeurs reconnus :(1) «
Zones Humides Européennes. Espaces productifs d’hier et d’aujourd’hui » qui s’est tenu en
Brenne (Leblanc) du 20 au 23 octobre 2005 (actes publiés par les éditions Estuaria), (2) «
L’histoire économique et sociale de la tourbe et des tourbières » qui s’est tenu à Laon (18-20
octobre 2008) et a aussi été publié chez l’Estuaria., (3) « Zones humides et villes d’hier et
d’aujourd’hui : des premières cités aux fronts d’eau contemporains » qui a eu lieu à
Valenciennes du 25 au 27 mars 2010 (actes publiés en 2011 par la Revue du Nord), (4) «
Zones humides méditerranéennes, hier et aujourd’hui » qui s’est tenu à l’université de Padoue
en septembre 2012 (actes publiés par les Presses universitaires de Padoue en 2014) et (5) «
Regards croisés sur les zones humides nord-américaines et européennes / transatlantic
viewpoint on north american and european wetlands » qui s’est déroulé à Laval (Quebec) en
août 2013 et sera publié par la revue les Cahiers de géographie du Québec fin 2015.

Programme 2 : Géographie des petites zones humides

Bords de chemins humides, flaques, ornières, mares, bassins de décantation abandonnés,
bassins de rétention ou de filtration actifs, étangs envasés, friches humides en tout genre…
autant d’espaces dont les potentialités et richesses biologiques s’opposent à la forte
dépréciation sociale qu’ils suscitent. Ceci revient à poser la question de la nature banale,
intermittente, se développant entre deux modes reconnus de valorisation de l’espace. Ceci
conduit aussi à montrer l’importance de ces « vides au milieu du tout » dans la richesse
biologique des territoires par leurs rôles de corridors et de structure-relais. La réflexion
emprunte résolument les voies de l’écologie du paysage en y ajoutant celles, sociales et
fonctionnelles, des dynamiques urbaines et rurales de l’aménagement du territoire. Cette
attention portée aux objets éphémères et délaissés acquiert ainsi une véritable dimension
heuristique.
Ces recherches s’appuient particulièrement sur le Pôle-relais « Mares et mouillères de France
», dirigé par B. Sajaloli pour le compte de l’IEDD jusqu’en 2008 et sur le groupe d’expert
Zones Humides (SNPN). Elles bénéficient de nombreuses collaborations internationales au
sein du European Conservation Pond Network. Elles s’intéressent de plus en plus à la
question de la nature en ville, nature démontrée des parcs et jardins mais aussi nature
déclassée des friches et interstices. Elle a donné lieu récemment à la participation active au
programme VALMARES financé par la région Centre et l’Union Européenne (Leader) et,
plus concrètement, à la publication d’un ouvrage intitulé « la mare, l’oeil du paysage » ( avril
2010).

Programme 3 : Zones humides urbaines et péri-urbaines

Les zones humides urbaines, pour la plupart situées dans des vallées alluviales, bénéficient
aujourd’hui des premiers changements en termes de perception de la nature dans les grandes
cités. Hier, tâches noires, espaces culturellement négligés, délaissés et bannis, elles
représentent désormais des espaces de référence en matière d’urbanisme et structurent de
nombreux projets urbains et constituent de nouveaux laboratoires de l’urbanité. Elles
matérialisent des lieux à forts potentiels, aussi bien économiques que sociaux, naturels que
culturels dans une conception nouvelle de l’urbanisme, inspirées par les questions d’écologie
urbaine, de développement durable, de territorialité et de mixité sociale. Autrement dit, les
zones humides intra-urbaines sont passées d’une image de répulsive désuétude à une fonction
nouvelle de centralité urbaine. Pourtant, cette réelle mutation des regards ne va pas sans
ambiguïtés et difficultés. La revalorisation urbaine de l’humide s’effectue souvent au prix
d’une exclusion des populations les plus démunies d’où des conflits recoupant intérêts privés
et publics, individuels et collectifs. En outre, de nombreuses difficultés juridiques naissent de
la domanialité des cours d’eau et des incohérences liées à la maîtrise foncière. Dès lors, tandis
que une grande partie des métropoles et grandes villes du Bassin Parisien définissent leur
projet urbain autour des lieux d’eau, il s’agit de s’interroger sur la viabilité des projets et sur
leur pouvoir structurant sur l’espace.
Cette thématique s’inscrit concrètement dans quatre programmes de recherches : (1) le
programme BONTAN consacré à « la connaissance et analyse de la vulnérabilité sociale des
zones bâties inondables de la vallée de la Loire de Nevers à Nantes (dir. S Servain-Courant,
UMR 6173 CITERES), (2) le programme VHILZIVAL abordant la vulnérabilité sociale et
habitat précaire en zone inondable du Val de Loire (dir. B. Sajaloli, CEDETE) (3) le
programme PATRA étudiant les liens entre patrimoine et paysage dans la vallée de la Loire
(dir H. Davodeau, INH, Angers), le programme CEMORAL « Conscience, Evaluation et
Mise en oeuvre des Outils de prévention du Risque d’inondation, Application au bassin de la
Loire » dirigé par Didier Graillot (Ecoles des Mines de Saint Etienne) et Sylvie Servain-
Courant (Ecole Nationale Supérieure de la Nature et du Paysage de Blois) et financé par
l’EPL. Cette thématique a suscité la publication de 5 articles scientifiques dans des revues
avec Comité de lecture.

PhotoSajaloli2

Programme 4 : Cultures de la nature et dynamiques des territoires de l’eau

L’hypothèse principale réside dans l’existence d’un rapport à la nature d’ordre culturel qui
induit des décisions de gestion s’inscrivant dans les paysages ; deux champs sont actuellement
explorés, les rapports entre écologie et religion d’une part, ceux entre littérature et paysages,
d’autre part. Mais, à ce stade de notre travail, de nombreuses interrogations subsistent. Y a-t-il
une relation de type métaphysique avec la nature ? Les gestionnaires des milieux naturels
aménagent-ils, parfois à leur insu, l’espace d’une manière que l’on pourrait qualifier de
religieuse ? Dans cette logique, existe-t-il une nature catholique, protestante voire musulmane
ou juive ? En somme, le sentiment religieux est-il à même d’influencer le choix des
gestionnaires, voire certaines de leurs activités professionnelles ? Dans le domaine de la
littérature, existe-t-il une sémiologie des territoires de l’eau suffisamment prégnante pour
déterminer des choix de valorisation de l’espace ?
Ce programme a donné lieu (1) à l’organisation d’un colloque international (Orléans, 21-24
janvier 2009), sous l’égide de B. Sajaloli (Cedete) intitulé « Sacrée nature, paysages du sacré
» dont les actes sont en cours de publication aux PUPS en 2 tomes (tome 1 : le sacre de la
nature/tome 2 : par bois, monts et marais, lieux de nature, de l’ici-bas à l’au-delà ») et à 3
articles scientifiques. Plus récente, l’approche littéraire a motivé la rédaction de 3 articles en
cours de publication. Ce programme est conduit en étroite collaboration avec le laboratoire
LADYSS de l’université de Paris VII

Programme 5 : Le patrimoine des zones humides ligériennes

Ces recherches sont conduites dans le cadre des programmes PATRA, PRINCIPASOL et
LOCMEM. Elles interrogent la notion de patrimoine de l’eau et l’instrumentalisation
patrimoniale de l’espace. Elles tentent d’articuler, à travers des partenariats étroits entre
Collectivités territoriales et laboratoires scientifiques, recherche fondamentale et recherche
appliquée. Elles se concrétisent par l’élaboration d’outils concrets (centre de ressources en
ligne sur l’histoire de la Sologne, SIG géohistorique de l’évolution des paysages du val
d’Orléans et du Nord de la Sologne -commune de Ligny-le-Ribault-, montage d’une
exposition sur l’évolution historique des grandes propriétés, enquête sur la perception du
patrimoine ligérien ou solognot…) mis à la disposition des élus ou des gestionnaires (réserve
nationale naturelle de Saint Mesmin).

Programme 6 : Dimensions culturelles et géographiques de l’aide au développement au
Burkina Faso

Rassemblant linguistes (laboratoire LLL EA 3850), géographes (Cedete), écologues (IRD
groupe SOSA UMR 200) et acteurs régionaux de l’aide au développement (association
CENTRAIDER), le projet pluridisciplinaire « RADICEL-K » (1) étudie les liens entre Nature
et Culture par le prisme de la langue et des paysages dans la province du Kénédougou située à
l’ouest du Burkina Faso et (2) initie des réflexions autour de la recherche-action dans le cadre
de la coopération décentralisée. Il s’inscrit dans un contexte collaboratif entre la région Centre
et cet État qui s’engage dans une politique d’alphabétisation bilingue français-langue(s)
maternelle(s) et poursuit des actions de préservation de l’environnement. Il s’agit (1) de
guider les aides en intégrant les cultures de la nature dans les programmes de développement,
(2) de partager une approche culturelle des langues et des territoires dans le cadre d’une
coopération décentralisée.
Débuté en septembre 2009, ce projet dont nous sommes co-responsable (avec G. Fabre, LLL)
a connu une première extension avec le programme BARANI (financement Cedete et
Université d’Orléans) consacré à une expertise des besoins de l’aide au développement en
milieu sahélien du Nord burkinabé, et surtout une seconde avec le programme BIOSOL
consacré à la diffusion de l’agroécologie en Afrique de l’Ouest. Ce programme 6 correspond
à une inflexion géographique de nos recherches précédemment ancrées en Europe de l’Ouest.
Si les premiers rapports scientifiques ont été remis aux organismes financeurs, ces
programmes commencent tout juste à être valorisés sur un plan éditorial mais une série de 5
articles est d’ores et déjà en préparation ou en soumission.

afficheFilm

Diplômes et concours

1977 : Baccalauréat, série C.
1980 : Licence de Géographie obtenue à l'Université de Paris I, mention Bien.
1981 : Maîtrise de Géographie Physique de l'Université de Paris I, mention Très Bien.
Mémoire dirigé par M. le Professeur A. GODARD intitulé « Quelques aspects de la vie
de la nappe phréatique dans l'impluvium acide de Cessières (Aisne) », 232 p.
1983 : Diplôme d'Études Approfondies de Géographie Physique de l'Université de Paris I.
Mémoire dirigé par M. le Professeur A. GODARD intitulé « Contribution à l'écoulement des
eaux dans l'impluvium acide de Cessières (Aisne) », 63 p.
Licence d'Histoire obtenue à l'Université de Paris I.
1984 : Auditeur libre à l'École Normale Supérieure de Saint-Cloud
1985 : Agrégation de Géographie.
1993 : Thèse de Doctorat de l'Université de Paris I Panthéon-Sorbonne préparée sous la
direction de M. le Professeur Alain GODARD et soutenue le 22 janvier 1993 au centre
C.N.R.S. de MEUDON (1, place Aristide BRIAND, 92195 MEUDON). Intitulée « Les zones
humides laonnoises (Aisne, France). Fonctionnement, usages, gestion », elle a été obtenue
avec la mention Très Honorable avec Félicitations et comprend 629 p., 108 figures et 51
tableaux.

Emplois dans l’enseignement, l’enseignement supérieur et la recherche

Enseignement dans les établissements d’accueil

1981-1985 : Enseignant d’histoire et géographie dans des lycées privés parisiens (Cours
Pollès, Cours Bergson).
1985-1990 : Professeur agrégé dans le secondaire (Lycée de Moulins sur Allier, 1985-1986.
Collège de Charly sur Marne, 1986-1987. Collège la Vaucouleurs à Mantes la Jolie, 1987-
1990).
1985-1990 : Enseignant vacataire au sein du département de géographie de l’Université de
Paris I, centre Tolbiac (DEUG) et Institut de Géographie (Licence et préparation Agrégation).
1990-1993 : ATER Université de Paris I.
septembre 1993 : Nommé maître de conférences à l’Université d’Orléans.
1998-2000 : Délégation auprès du CNRS (UMR 2545 ENS-CNRS, Centre de BiogéographieÉcologie
de l’École Normale Supérieure de Fontenay-Saint Cloud) après obtention, en tant
que chef de projet, du programme « Les mares, des potentialités environnementales à
revaloriser » s’insérant dans le cadre du Programme National de Recherche sur les Zones
Humides (PNRZH) diligenté par le Ministère de l’Environnement.
2001-2015 : Maître de conférences à l’Université d’Orléans. Obtention d’un Congé pour
Recherche et Conversion (CRCT) de 6 mois de février à août 2009.

Expériences d’enseignement hors des établissements d’accueil

1990-1991 : Enseignant de géographie à la préparation au concours d'entrée de l'Institut d'Études Politiques de Paris réalisée au Lycée Lafontaine (Paris XVI°).
1990-1991 : Préparation du CAPES interne et de l’Agrégation interne, Rectorat de Versailles.
1993-1994 : Chargé d'enseignement au Magistère d'Aménagement, Universités de Paris I &
VIII.
1998-2004 : Responsable du module « Zones humides continentales et littorales », DEA
HETRE (Hommes Espace Temps Ressources Environnement) des Universités Paris I&IV et
de l’ENS LSH Lyon.
2001-2003 : Conférencier à l'École Nationale Supérieure des Mines de Paris, Master
« Environnement ».
2002-2003 : Conférencier de l'École Nationale des Ponts et Chaussées, élève ingénieur
première année, module « Écologie ».

Animation et responsabilité scientifiques, participation à des programmes de recherche

Réseaux d’animation de la recherche

1985-1995 : Membre du Centre de Biogéographie-Écologie de l’École Normale Supérieure
de Fontenay Saint Cloud au sein de l’axe « Zones Humides ». Ce laboratoire s’est
successivement appelé URA 1514 ENS-CNRS, UMR 180 ENS-CNRS, UMR 8505 ENSCNRS,
UMR 2545 ENS-CNRS puis FRE 2545 ENS-CNRS ; nous le désignerons désormais
par Biogéo.
Depuis 1993 : Membre de la Commission de Biogéographie du Comité National Français de
Géographie.
Depuis 1993 : Membre du CEDETE (Centre d’Études pour le Développement des Territoires
et l’Environnement), UA 1210 Université d’Orléans.
1995-2004 : Responsable de l’axe Zones Humides au sein du Centre de BiogéographieÉcologie
de l’École Normale Supérieure de Fontenay Saint Cloud (Biogéo)
2002-2006 : Directeur du Pôle-relais « Mares et mouillères de France », confié à l’Institut
Européen du Développement Durable (IEDD) pour le compte du Ministère de l’Écologie et
du Développement Durable dans le cadre du Plan National d’Actions pour les Zones
Humides. Cette structure, dotée d’un Conseil Scientifique, a animé et financé des recherches
sur les mares et petits plans d’eau, notamment en collaboration avec le Centre de Compétence
Thématique CNRS « Modélisation, Analyse Spatiale, SIG » (UMR 8564 CNRS), dirigé par F.
Pirot.
Depuis 2003 : Co-fondateur avec Jean-Michel Derex (Biogéo puis ENeC) du Groupe
d’Histoire des Zones Humides (GHZH) et vice-président de ce groupe depuis cette date. Le
GHZH, présidé depuis 2012 par Corinne beck (Pr Histoire médiévale, université de
valenciennes) a d’ores et déjà organisé six colloques internationaux et neuf rencontres
annuelles ponctuées par autant de publications.
De 2004 à 2010 : Membre depuis sa création de l’European Pond Conservation Network.
L’EPCN regroupe une dizaine d’Universités Européennes engagées dans la connaissance et la
protection des mares et des étangs. L’EPCN a organisé quatre rencontres internationales à
Genève (octobre 2004), Toulouse (février 2006) et Valence (mai 2008) et Berlin (juin 2010).
Ai quitté l’EPCN en raison d’une inflexion africaine donnée à mes recjerches.
2004-2009 : Chercheur associé et co-responsable de l’axe Zones Humides (avec D. Gramond)
au sein du laboratoire Espaces Nature et Cultures, ENeC, UMR 8185 Paris IV-CNRS.
Depuis septembre 2008 : Membre élu du Conseil du Comité National Français de
Géographie, puis simple adhérent depuis 2012.
Depuis 2012 : responsable de l’axe 3 du CEDETE « développement solidaire des territoires :
du local au global ».

Organisation de manifestations scientifiques

Octobre 1993 : Organisateur du colloque intitulé « Les marais continentaux de la France des
plaines et des moyennes montagnes. Aspects écologiques et sociologiques, gestion et
protection » avec le Pr. Marcel Bournérias et en collaboration avec l'Association des
Géographes Français (AGF) qui en a publié les actes en 1994 (BAGF, 1994, n° 3, pp. 230-
384). Le colloque qui a réuni 70 personnes s’est déroulé dans les locaux de l’ENS Saint Cloud
dans le cadre des activités de Biogéo.
Juin 1995 : Organisation du colloque intitulé « Les mares de la France des plaines. Eaux
domestiquées, lieux dévalués mais zones humides à réhabiliter » avec A. Teissier-Ensminger
(Biogéo), qui a rassemblé près de 120 participants à l’Université d’Orléans. Ce colloque, coorganisé
par le CEDETE (université d’Orléans) et Biogéo, a fait l’objet d’une publication aux
éditions L'Harmattan (B. Sajaloli et A. Teissier-Ensminger, 1997, Radioscopie des mares, 288
p.) et d’un numéro thématique de la revue Courrier de la Nature (n° 161, Spécial Mares,
janvier 1997).
Mai 2000 : Membre du Comité Scientifique du colloque international « L’eau, de la cellule
au paysage » placé sous la direction de Stanislas Wicherek (Biogéo) et organisé par Biogéo,
l’IEDD, l’UNESCO, l’Académie des Sciences de Pologne, l’Agence de l’Eau Seine
Normandie et le Ministère de l’Aménagement du Territoire et de l’Environnement. Ce
colloque, qui s’est déroulé à l’ENS Saint Cloud, présente une session « L’eau dans les zones
humides, indicatrice de l’environnement » dont j’ai été organisateur. Ce colloque a accueilli
près de 200 personnes et fait l’objet d’une publication aux éditions Elsevier (Wicherek S,
éditeur scientifique, 2000, L’eau de la cellule au paysage, coll. Environnement, 424 p.).
Octobre 2005 : Membre du Comité Scientifique et co-organisateur du premier colloque
international « Les zones humides européennes : espaces productifs d’hier et d’aujourd’hui »
du Groupe d’Histoire des Zones Humides. Ce colloque, qui s’est tenu à Le Blanc (Indre)
devant une centaine de congressistes, a fait l’objet d’une publication aux éditions Estuarium
(GHZH, 2007, Les zones humides européennes : espaces productifs d’hier et d’aujourd’hui,
Cordemais, Estuarium, coll. Histoire et terres humides, 515 p.).
Février 2006 : Membre du Comité Scientifique et co-organisateur du Second Workshop de l’
l’European Pond Conservation Network (EPCN) intitulé « Conservation of pond biodiversity
in a changing European Landcsape » qui s’est déroulé devant 200 chercheurs européens à
l’Université Paul Sabatier de Toulouse sous l’égide du Pr. R Céréghino.
Octobre 2007 : Membre du Comité Scientifique et co-organisateur du deuxième colloque
international «Histoire économique et sociale de la tourbe et des tourbières» du Groupe
d’Histoire des Zones Humides. Ce colloque, qui s’est tenu à Laon (Aisne) devant une centaine
de congressistes, a fait l’objet d’une publication aux éditions Estuarium (GHZH, 2009,
Histoire économique et sociale de la tourbe et des tourbières, Cordemais, Estuarium, coll.
Histoire et terres humides, 313 p.).
Janvier 2009 : Organisateur du Colloque international « Sacrée nature, paysages du sacré ! »
monté en collaboration entre l’Université d’Orléans et l’Université de Paris IV et les
laboratoires de géographie et d’histoire CEDETE, SAVOURS et ENeC. Ce colloque a
rassemblé plus de 200 personnes sur trois jours dans les locaux de l’UFR Lettres Langues et
Sciences Humaines de l’université d’Orléans. La publication est en cours aux Presses
Universitaires Panthéon Sorbonne en deux tomes : Sajaloli B. et Grésillon E. -sous la
direction de- (2015) Le sacre de la nature, 350 p. et Sajaloli B. et Grésillon E. –sous la
direction de- (2015) Par bois, monts et marais : de l’ici-bas à l’au-delà, 380 p.
Mars 2010 : Membre du Comité Scientifique et co-organisateur du troisième colloque
international «Zones humides et villes d’hier et d’aujourd’hui : des premières cités aux fronts
d’eau contemporains » du Groupe d’Histoire des Zones Humides. Ce colloque s’est tenu à
l’Université de Valenciennes du 25 au 27 mars 2010. La publication a eu lieu en 2011 dans la
Revue du Nord, Hors série, Coll Histoire, n° 26, 388 p.
Septembre 2010 : membre du Comité Scientifique du colloque « Sociétés et catastrophes
naturelles » en solidarité avec Haïti, IRD-CRITERR Orléans, 30 septembre-1 octobre 2010.
La publication a eu lieu en 2012 : Actes du Colloque « Sociétés et catastrophes naturelles »
(2012), Orléans, Presses Universitaires d’Orléans, 166 p.
Novembre 2010 : Organisateur et membre du Comité Scientifique des 6èmes Journées du
Groupe d’Histoire des Zones Humides « Usages et espaces communautaires dans les zones
humides ». Ce colloque s’est tenu à l’Université d’Orléans du 12 au 13 mars 2010. Les
Journées ont été publiées en 2012 : Beck, Derex, Sajaloli (2012) « Usages et espaces
communautaires dans les zones humides », Collection Journées d’études du GHZH, 138 p.
Décembre 2011 : Organisateur et membre du Comité Scientifique des 7èmes Journées du
Groupe d’Histoire des Zones Humides « Littérature et zones humides». Ce colloque s’est tenu
à l’Ecole nationale Supérieure de la nature et du paysage de Blois du 2 au 3 décembre 2011.
Les Journées ont été publiées en 2013 : Sajaloli B. et Servain-Courant S. (2013) « Littérature
et zones humides», Collection Journées d’études du GHZH, 144 p.
Mars 2012 : Organisateur et membre du Comité Scientifique du colloque international de
Ouagadougou (Burkina Faso) « Langue, environnement et culture : les enjeux de la recherche
pluridisciplinaire pour un développement durable des territoires » organisé par le CNRST de
Ouagadougou et l’Université d’Orléans. Ce colloque s’est tenu à l’université de Ouagadougou
du 8 au 10 mars 2012. Les actes ont été publiés en 2014 dans HAL-archives ouvertes :
https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-00941817/document
Mai 2012 : Membre du Comité scientifique du Colloque « Les étangs : de la recherche
scientifique internationale aux pratiques locales du Berry » organisé par le laboratoire
CEDETE (EA 1210 université d’Orléans) à Châteauroux (Indre) du 22 au 24 mai 2012.
Septembre 2012 : Membre du Comité scientifique du Colloque international « Géographie,
écologie, politique : un climat de changement » organisé par l’IRD et le CEDETE (EA 1210
université d’Orléans). Ce colloque s’est tenu à l’Université d’Orléans du 6 au 8 septembre
2012.
Septembre 2012 : membre du Comité Scientifique et du Comité d’Organisation du colloque
« Les zones humides méditerranéennes d’hier et d’aujourd’hui / le zone umide mediterranee
ieri o oggi» en collaboration avec l’Université de Padoue, Italie. Ce colloque s’est tenu à
l’université de Padoue du 26 au 30 août 2013. La publication a eu lieu en 2014 :
FRANCHOMME et alii (dir) (2014) Les zones humides méditerranéennes, hier et
aujourd’hui, Padoue, Padova University Press, 366 p.
Février 2013 : Organisateur et membre du Comité scientifique des « Rencontres multiacteurs
autour de l’agroécologie au Burkina Faso » organisée par l’université d’Orléans et le
réseau CENTRAIDER. Ces rencontres se sont déroulées à Ouagadougou le 15 février 2013.
Elles ont fait l’objet d’un compte-rendu sur le site de Centraider :
http://www.centraider.org/dyn/agenda_centraider/reunions_geographiques/b...
/compte-rendu-seminaire-15-16-fevrier-2013.pdf
Avril 2013 : Organisateur et membre du Comité Scientifique des 8émes Journées d’études du
Groupe d’Histoire des Zones Humides « Géohistoire des risques et des patrimoines fluviaux.
Des milieux ligériens aux autres espaces fluviaux européens » en collaboration avec les
universités d’Orléans et de Tours, l’École Nationale Supérieure des Mines de Saint Etienne et
l’École Nationale Supérieure de la nature et des Paysages de Blois. Ce colloque s’est tenu à
l’université d’Orléans du 11 au 13 avril 2013. La publication a eu lieu en 2014 :
Développement durable et territoires (Vol. 5, n°3, décembre 2014),
http://developpementdurable.revues.org/10324).
Août 2013 : membre du Comité Scientifique et du Comité d’Organisation du colloque
« Regards croisés sur les zones humides nord-américaines et européennes / transatlantic
viewpoint on north american and european wetlands », » en collaboration avec l’Université
de Laval, Canada. Ce colloque s’est tenu à l’université de Laval et dans la ville de Québec du
20 au 22 septembre 2012. La publication est prévue fin 2015 dans les Cahiers de Géographie
du Québec.
Novembre 2015 : Organisateur et membre du Comité scientifique du colloque international
« Intensification écologique des sols et agroécologie en Afrique de l’Ouest. Pratiques,
résultats, diffusion » organisé par l’université d’Orléans (EA 1210 CEDETE et UMR 6113
CNRS-ISTO). Le colloque se déroulera à l’université d’Orléans du 3 au 5 septembre 2015.

Responsabilités scientifiques de programmes de recherche

1996-1998 : Responsable scientifique de deux contrats de recherche conclus entre la société
COFIROUTE, puis l’Association des Sociétés Françaises d’Autoroutes (ASFA) et Biogéo qui
portent sur « L’évaluation de la biodiversité animale et végétale de quelques bassins
autoroutiers en Haute-Normandie, Ile-de-France et Sologne ». Ces contrats ont fait l’objet de
deux rapports non publiés et d’un article intitulé « Biodiversité des bassins autoroutiers entre
Orléans et Vierzon » paru dans l’ouvrage collectif : GASSER & al (2004) Autoroutes et
aménagements, interactions avec l’environnement, Presses Polytechniques et Universitaires
Romandes, 328 p.
1997-2001 : Chef de projet du Programme « Les mares, des potentialités environnementales à
revaloriser » s’insérant dans le cadre du Programme National de Recherche sur les Zones
Humides (PNRZH) diligenté par le Ministère de l’Environnement et encadré par le BRGM et
le GIP-Hydrosystèmes. Le projet a réuni étroitement quatorze équipes (cinq laboratoires, cinq
gestionnaires et quatre partenaires associatifs). Le rapport final (Sajaloli B.) remis en octobre
2001 et présenté au Séminaire de Restitution du PNRZH (Toulouse, octobre 2001) a été très
favorablement jugé (noté A) par les Comités Scientifique et de Pilotage du PNRZH ; outre
une synthèse de 150 pages, il comprend 21 annexes techniques constituant un corpus de plus
de 500 pages. Il a également permis la production de 12 articles scientifiques personnels.
1997-2002 : Responsable du pan « Sciences Humaines » du Programme intitulé « Tourbières
de France. Fonctionnement hydrologique et diversité typologique. Approches écologiques et
socio-économiques. Applications pour une stratégie de conservation et de gestion »
s’insérant dans le cadre du Programme National de Recherche sur les Zones Humides
(PNRZH), diligenté par le Ministère de l’Environnement et encadré par le BRGM, dont le
chef de projet est O. Manneville (Groupe d’Études des Tourbières - Université de Grenoble).
Outre la participation au rapport final (Laplace-Lolonde A.) remis en octobre 2001 et présenté
au Séminaire de Restitution du PNRZH (Toulouse, octobre 2001), ce programme également
permis la production de 8 articles scientifiques.
1997-2001 : Responsable du contrat de Recherche avec les Mines de Potasse d’Alsace en
collaboration avec l’ADEME, le Centre de Biogéographie-Écologie de l’ENS LSH (FRE
2545 CNRS) et l’École Nationale Supérieure des Mines de Paris portant sur l’élaboration du
plan de développement durable des sites de reconversion industrielle du bassin potassique
alsacien. Ce programme a vu la production de deux rapports non publiés et s’est concrétisé
par la thèse de Doctorat de l’ENS LSH de François Besancenot (2008).
2008-2010 : Responsable de l’équipe orléanaise pour le projet « Évaluation de la
vulnérabilité de la biodiversité et des zones bâties inondables du corridor ligérien, pour une
meilleure anticipation des effets du changement climatique sur les régimes hydrologiques de
la Loire », dont l’acronyme est BONTAN (Bourges-Orléans-Nantes-Tours-Angers-Nevers).
Dirigé par Sylvie Servain-Courant (Ecole Nationale de la Nature et des paysages de Blois &
UMR 6173 CITERES), ce programme a été retenu à la suite d’un appel à projet de recherche
lancé par l’Établissement Public Loire et s’inscrit dans la Zone Atelier Loire. Cette
thématique des zones humides urbaines s’est d’ores et déjà concrétisée par la publication de
cinq de mes articles scientifiques.
2009-2011 : Responsable du programme « Vulnérabilité sociale et habitat précaire en zone
inondable du Val de Loire » (VHILZIVAL) diligenté après un appel à programme de
recherche par les Universités de Tours et d’Orléans et conduit en collaboration avec Denis
Martouzet de l’UMR 6173 CITERES. Ce projet s’inscrit en droit fil du programme BONTAN
et prolonge la dynamique de recherche engagée avec Tours. Il s’est également traduit par la
publication de deux articles en 2010.
2009-2012 : Co-Responsable, avec Gwenaelle Fabre (Université d’Orléans, Laboratoire
Ligérien de Linguistique EA 3850) du programme RADICEL-K (Recherche Aide
Développement : Interactions Culture Environnement Langues – Kénédougou, Burkina Faso)
obtenu à la suite de l’appel à projet de recherches lancé par la région Centre. Ce programme
pluridisciplinaire qui débute en septembre 2009 rassemble trois laboratoires (LLL, CEDETE,
IRD groupe SOSA, UR 200) et une vingtaine de chercheurs. Il correspond à une double
volonté d’infléchir mes recherches vers l’Afrique de l’Ouest et d’y poursuivre l’exploration
du volet culturel des rapports homme-nature ainsi qu’un réflexion sur la mise en place d’une
aide durable.
2010-2012 : Responsable du volet 5 « Bains et guinguettes en Val de Loire : pour une
reconnaissance du patrimoine balnéaire fluvial » du programme de recherche « Patrimoine et
trajectoires paysagères des vallées ligériennes (PATRA) » dirigé par H. Davodeau (Institut
National d’Horticulture et de paysage AGROCAMPUS OUEST d’Angers). Cette action de
recherche, qui rassemble l’essentiel des partenaires de BONTAN, a été obtenue à la suite de
l’appel à projet de recherche lancé par le Plan Loire Grandeur Nature.
2011-2012 : Responsable du programme « Pour une aide durable au développement en milieu
sahélien du Burkina Faso » (BARANI) diligenté après un appel à programme de recherche
par les Universités de Tours et d’Orléans et conduit en collaboration avec Jean Louis Yengue
de l’UMR 6173 CITERES. Ce projet s’inscrit en droit fil du programme RADICEL-K et
prolonge la dynamique de recherche engagée avec Tours.
2011-2013 : Responsable du volet 1 du programme CEMORAL « Conscience, Evaluation et
Mise en oeuvre des Outils de prévention du Risque d’inondation, Application au bassin de la
Loire » dirigé par Didier Graillot (Ecoles des Mines de Saint Etienne) et Sylvie Servain
Courant (Ecole Nationale Supérieure de la Nature et du Paysage de Blois) et financé par
l’EPL. Le rapport final a été rendu en 2014.
2012-2015 : Co-responsable du programme BIOSOL « Stimulation biologique des sols et
gestion socio-économique des agrosystèmes au Burkina Faso » financé par le Conseil
régional Centre-Val de Loire et conduit en collaboration avec Mikael Motelica (UMR 6113
CNRS-Institut des Sciences de la Terre d’Orléans). Ce projet s’inscrit en droit fil des
programmes RADICEL-K et BARANI et prolonge la dynamique de recherche engagée avec
Tours, avec l’ISTO, dans le cadre d’un partenariat étroit avec les réseaux CENTRAIDER
(www.centraider.org) et CNABio (http://www.cnabio.net).
2012-2014 : Responsable du volet sciences humaines du programme PRINCIPASOL financé
par le FEDER et porté par le CEDETE. L’objet de ce projet porte sur l’utilisation potentielle
et raisonnée de la biodiversité locale des zones humides permettant d’avoir accès à des
principes actifs innovants intéressant des industriels de la Cosmétique. L’objectif principal de
ce volet sciences humaines est de valoriser les zones humides régionales en lançant une
démarche patrimoniale croisée nature-culture (évolution récente des paysages, des pratiques
et des perceptions territoriales dans les milieux étudiés : Sologne et val d’Orléans) et en
déterminant les objectifs de valorisation des zones humides susceptibles de rencontrer
l’adhésion sociale. Le rapport final a été rendu en décembre 2014.
2013-2015 : Responsable du volet « Analyse géohistorique des paysages solognots –évolution
du foncier et des usages- et identification des causes de l’engrillagement » du programme
DYSPERSE « Dynamique Spatiale et temporelle de l’engrillagement en Sologne et services
écosystémiques » dirigé par Christophe Baltzinger (IRSTEA). Ce programme est financé par
le Conseil régional du Centre-Val-de-Loire. Entièrement consacré à la Sologne, il s’articule
avec les programmes LOCMEM et PRINCIPASOL.
2013-2015 : Responsable du sous-volet « mémoires de Sologne » du programme LOCMEM
« Lieux de pouvoir, lieux de culture et lieux de mémoire en région Centre » dirigé par Pierre
Allorant (laboratoire POLEN, université d’Orléans). Mon intervention dans ce programme se
concrétise par la rédaction d’articles dans le « Dictionnaire des lieux de mémoires de la région
Centre », la création d’un « Centre de ressources en ligne sur l’histoire de la Sologne » et le
montage d’une exposition « Les châteaux solognots et leur domaine. Vie quotidienne du XVIIe
siècle à nos jours » qui se tiendra dans la maison de la Brique à Ligny-le-Ribault du 1 juillet au 30
septembre 2015.

Participation à des programmes de recherche

1997-2001 : Consultant dans le Programme « Évaluation économique des services rendus par
les zones humides : des données scientifiques aux éléments de la décision, quelle démarche,
quelle traduction ? », s’insérant dans le cadre du Programme National de Recherche sur les
Zones Humides (PNRZH), diligenté par le Ministère de l’Environnement et encadré par le
BRGM, pour lequel la coordination est assurée par le bureau d’études Applications des
Sciences de l’Action (AScA).
2000 : Participation à l’étude commanditée par le Conservatoire des Sites Naturels de
Picardie intitulée « Gestion hydraulique et suivi hydrologique de la réserve naturelle des
landes de Versigny (Aisne) ». Étude dirigée par F. Grégoire (ADREE et Biogéo).
1998-2004 : Participation aux études et programmes scientifiques diligentés par l’ADREE et
la Réserve Naturelle de Vesles-et-Caumont (Aisne) auprès de Biogéo et du Centre de
Compétence thématique CNRS « Modélisation, Analyse Spatiale, SIG » (UMR 8564 CNRS),
dirigé par F. Pirot, concernant la création d’un Système d’Information Géographique visant à
l’élaboration et au suivi du plan de gestion de la Réserve Naturelle du marais de Vesles-et-
Caumont. Ce travail, initié dans le cadre du volet « Sciences humaines » du PNRZH
« Tourbières de France », s’est traduit par l’encadrement d’une quinzaine de mémoires de
DEA puis de Master. Il a fait l’objet de trois publications et de divers rapports de recherches
non publiés.
2000-2006 : Participation aux études et programmes scientifiques diligentés par le PNRZH
« Mares » puis le Pôle-relais « Mares et mouillères de France » auprès de Biogéo et du Centre
de Compétence thématique CNRS « Modélisation, Analyse Spatiale, SIG » (UMR 8564
CNRS), dirigé par F. Pirot, concernant la création d’un Système d’Information Géographique
visant à repérer et à suivre la connectivité biologique des mares de la commune de la Fertésous-
Jouarre (Seine et Marne). Ce travail s’est traduit par l’encadrement d’une dizaine de
mémoires de DEA puis de Master. Il a fait l’objet de deux publications et divers rapports de
recherches non publiés.

Responsabilités pédagogique, administrative et participation à des concours de recrutement

1997-2000 : Membre du jury écrit et oral du CAPES externe d’Histoire-Géographie
2004-2007 : Membre du jury écrit et oral du CAPES externe d’Histoire-Géographie
2005-2008 : Directeur adjoint du Master ETS (Environnement-Temps-Sociétés) de
l’Université d’Orléans
2005-2009 : Responsable de la préparation du CAPES d’Histoire-Géographie.
2006-2008 : Directeur du département de géographie au sein de l’UFR LLSH de l’Université
d’Orléans (principales réalisations : excursion au Cameroun avec les L3 en 2007, création des
Cafés géo d’Orléans, aide à la restructuration de l’AGUO (Association des géographes de
l’Université d’Orléans), montage de la nouvelle maquette de Licence entièrement refondue).
2006-2010 : Créateur puis responsable d’une filière de préparation à l’agrégation interne
d’Histoire-Géographie, commune avec l’Université de Tours, en collaboration avec le
Rectorat de l’Académie d’Orléans-Tours.
2007-2010 : Responsable de la Cellule Communication de l’UFR LLSH, créée par le Conseil
d’UFR en 2007 (principales réalisations : réalisation de plaquettes pour l’ensemble des
départements et des formations de l’UFR LLSH, montage des stands pour le salon de
l’étudiant et les JPO, réalisation d’un clip sur le site de l’UFR LLSH, élaboration en cours
d’un journal de communication interne, refonte des sites web des formations et des
laboratoires de l’UFR LLSH).
2008-2012 : Membre élu du Conseil de l’UFR Lettres, Langues et Sciences Humaines de
l’université d’Orléans
Depuis 2009 : Vice-président élu du Comité d’Expert Disciplinaire, section 23 et 24, de
l’université d’Orléans
Depuis 2012 : Responsable de la spécialité DDLTE « Développement Durable et Local dans
les territoires Emergents » du MASTER GEOGRAM.

Responsabilité sociale en matière de sensibilisation à l’environnement, de diffusion de la recherche et de recherche appliquée

Depuis 1993 : Membre du Groupe Zones Humides (MEEDDAT et SNPN) : publication
d’une revue trimestrielle Zones Humides Infos (63 numéros en juin 2009). Rédacteur en chef
de quatre numéro thématique (la Sologne, les marais urbains, sacrées zones humides, petit
patrimoine de l’eau) et rédaction d’une douzaine d’articles thématiques.
1999-2004 : Président de l’Association « Sologne-Nature-Environnement » (10 salariés) dont
les missions sont : connaître, protéger et valoriser la Sologne. Principales missions :
négociation de la Directive Habitats (Natura 2000) en Sologne, réalisation d’études
scientifiques et de six articles scientifiques.
2002-2006 : Création et direction du Pôle-relais « Mares et mouillères de France », confié à
l’Institut Européen du Développement Durable (IEDD) pour le compte du Ministère de
l’Ecologie et du Développement Durable dans le cadre du Plan National d’Actions pour les
Zones Humides. Cette structure qui s’inscrit en droit fil du PNRZH « Mares » est un volet du
Plan National d’Action pour les Zones Humides. Dotée de trois salariés permanents, son
objectif est de sensibiliser l’ensemble des acteurs et des gestionnaires de l’espace à la
préservation des mares et des petits plans d’eau de la France métropolitaine.
2002-2006 : Membre du Conseil Scientifique de l’Observatoire Départemental de la
Biodiversité Urbaine (OBDU), mis en place par le Conseil général du département de la
Seine-Saint-Denis et dirigé par le Pr. Moret (Muséum National d’Histoire Naturelle).
2005-2008 : Membre du Conseil Scientifique du Pôle-relais « Zones humides intérieures »
animé par la Fédération des Parcs Naturels Régionaux.
Depuis 1997 : Membre du Conseil Scientifique de la Réserve Naturelle Nationale de Vesleset-
Caumont (Aisne).
Depuis 1998 : Membre du Conseil d’Administration de l’ADREE (Association pour le
Développement de la Recherche et de l’Éducation à l’Environnement), Laon (Aisne).
Depuis 2006 : Fondateur et animateur des Cafés Géo d’Orléans.
Depuis 2008 : Montage et direction scientifique du programme VALMARES (VALoriser, se
Mobiliser pour l’Aménagement et la Recherche sur l’Eau qui Sommeille), dirigé par Loiret-
Nature-Environnement dans le cadre d’un programme Européen LEADER. Ce programme a
donné lieu à la publication en mai 2010 d’un ouvrage rassemblant un collectif de photographe
autour d’un texte de B. Sajaloli « La mare, l’oeil du paysage »
Depuis 2008 : Membre du réseau Cluster DREAM (Durabilité de la Ressource en Eau
Associée aux Milieux) regroupant des acteurs des mondes économique, associatif,
scientifique et des institutionnels du territoire Orléans-Tours/région Centre, par le projet
PRINCIPASOL visant à valoriser les zones humides par leur intégration dans des projets
économiques et industriels.
Depuis 2010 : Membre du Comité d’Administration de l’association CENTRAIDER
(Collectif Régional des Acteurs de la Coopération Décentralisée et de la Solidarité
Internationale) au titre de l’Université d’Orléans, puis vice-président de CENTRAIDER
depuis 2014. Cette participation s’inscrit dans les programmes de recherches RADICEL-K,
BARANI et BIOSOL qui impliquent CENTRAIDER autour d’une réflexion sur les
conditions de mise en place d’une aide durable en Afrique de l’Ouest et d’une analyse des
acteurs de la solidarité internationale en France.
Depuis 2014 : vice-président de CENTRAIDER (www.centraider.org).

Enseignement et formation

Enseignement

Devant l’impossibilité de détailler 20 ans d’enseignement dans l’enseignement supérieur
(1993-2014), j’ai choisi de regrouper ces interventions en huit volets :

  • Enseignements en géographie physique (géomorphologie, climatologie, biogéographie, hydrologie…) dans le cadre des trois années de Licence de géographie ou des DEA et Master.
  • Enseignement liés à la géographie de l’environnement, à la géographie des risques et à celle du développement durable dans le cadre de la Licence de géographie ou des DEA et Master.
  • Enseignements généraux de géographie concernant la préparation aux concours de recrutement du second degré (CAPES et Agrégation de géographie) en suivant les questions au programme depuis 1998 (géographie de la France, géographie des risques, géographie de la mondialisation, géographie de l’Amérique latine, géographie de la Russie, géographie de l’Afrique…). Ces enseignements thématiques ont accompagné des enseignements méthodologiques (préparation à la dissertation et à l’épreuve écrite, préparation à l’oral).
  • Enseignements plus spécialisés concernant les zones humides pour les DEA et Master avec notamment un focus sur la géohistoire des zones humides et la création de SIG géohistorique.
  • Enseignement de géographie culturelle portant sur les rapports homme-nature, sur la géographie des religions et le patrimoine (naturel, culturel…) en Europe occidentale et en Afrique de l’Ouest.
  • Enseignement plus récent portant sur la solidarité internationale, l’aide au développement et la diffusion de modèles de développement alternatifs comme l’agroécologie. Ces enseignements sont dispensés en Licence et en Master GEOGRAM de l’UFR LLSH d’Orléans mais aussi à l’IUT de Châteauroux, Licence professionnelle MOISE qui comprend un module « Solidarité internationale » dont je suis responsable.
  • Enseignement sur les outils du géographe : Système d’Information Géographique, logiciel de cartographie et de PAO-DAO, techniques d’enquêtes sociologiques et logiciel de traitement (Sphynx, Iramuteq…), traitement statistique des données, techniques de relevés floristiques et paysagers, techniques d’études de terrain, notamment en Afrique de l’Ouest…
  • Enseignement en projet-tuteuré et encadrement de stages en entreprises ou organismes professionnels. Cette dimension très professionnelle et pratique (technique de conduites de projets, de restitution, méthodologies de traitement de l’information…) est notamment développée au sein du Master Pro GEOGRAM, spécialité DDLTE, au sein de l’IUT de l’Indre LP Pro MOISE et au sein de la LP Pro « Aménagement des Territoires Ruraux » récemment lancée selon un dispositif en alternance avec le Centre pédagogique natinal des MFR (maisons familles Rurales).
Formation

La formation regroupe deux cadres distincts :

  • intervention auprès d’organismes de formation interne comme les préparations au concours internes de recrutement (CAPES et Agrégation interne) et, depuis 2003, auprès du SEFCO (Service de Formation Continue et d’apprentissage de l’université d’Orléans) pour la préparation au DAEU (Diplôme d’Accès aux Études Universitaires). J’assure en effet depuis 10 ans, 10 heures d’enseignement dans le module « Développement Durable ».
  • encadrement de travaux d’étudiants (DEA, master, doctorat) insérés dans les programmes et équipes de recherches constitués (PNRZH Mares, PNRZH Tourbières, programmes BARANI, BONTAN, BIOSOL, CEMORAL, DYSPERSE, PATRA, PRINCIPASOL, RADICEL-K …). Cet encadrement s’insère dans la proposition de stages rémunérés ou de CDD financés dans le cadre des programmes précédents ; ces conditions offrent une première professionnalisation aux étudiants. Pour exemple, le programme PRINCIPASOL a permis l’embauche en CDD de è étudiants durant l’été 2014 et le financement de deux stages de 6 mois. Cet encadrement précède aide et suivi de leur parcours professionnel après l’obtention de leur diplôme. S’il est impossible de lister la centaine d’étudiants encadrés depuis 20 ans (en moyenne, j’encadre 6 à 8 mémoires de Master II ETS, puis GEOGRAM DDLTE par an, ainsi que un à deux des mémoires d’autres universités comme Paris VII depuis 2004), l’exemple du PNRZH « mares » est révélateur de cette aide à l’insertion professionnelle puisque les 40 diplômes obtenus par des étudiants dans le cadre de ce programme ont directement débouché sur 20 emplois dans le domaine de l’environnement (enseignement, recherche, chargés de mission). De même, la dynamique des programmes BARANI, BONTAN, BIOSOL, CEMORAL, DYSPERSE, PATRA, PRINCIPASOL, RADICEL-K… a d’ores et déjà favorisé l’emploi (CDD ou CDI) de 18 étudiants y ayant participé.
Co-Encadrement de thèse

Thèses soutenues :
ARIANO Sara – Pour une étude géographique du risque : les zones humides. Application à
l’analyse du delta du Pô, Thèse en cotutelle Universita’Degli Studi di Padova et Université
Paris Sorbonne – Paris IV, sous la direction du Pr. Marina Bertoncin, de M. Hotyat et de B.
Sajaloli (Université d’Orléans). La soutenance a eu lieu le 31 mars 2008 à Padoue.
BERNARD Céline – L’étang, l’homme et l’oiseau : incidences des modes de gestion des
étangs piscicoles sur les ceintures de végétation et sur l’avifaune nicheuse en Brenne, Bresse,
Champagne humide, Sologne et Territoire de Belfort. Thèse de ENS-LSH sous la direction de
P. Arnould et de B. Sajaloli (Université d’Orléans). La soutenance a eu lieu le 12 décembre
2008 à l’ENS LSH de Lyon.
DOURNEL Sylvain – L’eau, miroir de la ville : contribution aux enjeux de la requalification
urbaine des milieux fluviaux et humides (Amiens, Orléans), Thèse de l’Université d’Orléans,
sous la direction G. Giroir et B. Sajaloli. La soutenance a eu le 10 décembre 2010 à Orléans.
ROCHELET Louise – Mise au point d’une stratégie d’inventaire des tourbières de France
métropolitaine, Thèse de l’Université d’Orléans dirigée par J.-M. Zaninetti et B. Sajaloli. La
soutenance a eu lieu le 29 mars 2014.

Participation à des jurys de thèse

ANGELIBERT Sandrine, Etude des mares du parc naturel régional du Quercy,
fonctionnement, biodiversité et connexions écologiques inter-mares, propositions pour
l’entretien et la sauvegarde, Thèse de l’Université de Toulouse sous la direction du Pr
Céréghini (Toulouse, 19 juillet 2004).
BARTOUT Pascal, Pour un référentiel des zones humides intérieures de milieu tempéré :
l’exemple des étangs du Limousin (France), Thèse de l’Université de Limoges sous la
direction du Pr L. Touchart (Limoges, 24 novembre 2006).
BESANCENOT François, Territorialité, durabilité : un seul enjeu ? Réflexion sur la mise en
oeuvre d’un développement territorial durable à partir d’un exemple : le bassin potassique
alsacien, Thèse de l’Ecole Normale Supérieure Lettres Sciences Humaines sous la direction
de S. Wicherek (Lyon, 7 mars 2006).
FRANCHOMME Magalie, Du cadastre napoléonien à la trame verte, le devenir des petites
zones humides périurbaines en région Nord-Pas de Calais, Thèse de l’Université des
Sciences et Techniques de Lille, sous la direction de C. Kergomard, (Lille, 1 décembre 2008).
PIRIOU Jenna, Tourbières et boisements dirigés : gestion, représentations et trajectoires géohistoriques.
Application aux forêts d’Ecouves (Basse Normandie, France) et de Slieveanorra
(Comté d’Antrim, Irlande du Nord), Thèse de l’Université de Paris IV Panthéon Sorbonne,
sous la direction de M. Jean-Paul Amat, (Paris, 3 décembre 2013).
GRESILLON Etienne, Une géographie de l’au-delà. Les jardins de religieux catholiques, des
interfaces entre profane et sacré, Thèse de l’Université de Paris IV Panthéon Sorbonne, sous
la direction de M. Hotyat (5 décembre 2009).
SACCA Céline, Analyse de la perception et de l'évaluation des fonctions des tourbières ;
l'exemple des tourbières Rhône-alpines, Thèse de l’Université de Saint Etienne sous la
direction de H. Cubizolle (Saint Etienne, 12 juin 2009)
SCHER Olivier, Les bassins d’eau pluviale autoroutiers en région méditerranéenne :
fonctionnement et biodiversité. Evaluation de l’impact de la pollution routière sur les
communautés animales aquatiques, Thèse de l’Université de Provence (Aix-Marseille I) sous
la direction de A. Thiery (Marseille, 9 décembre 2005)

Intervention dans les médias

10/11/2010 : Interview à France Culture. " Zones humides dans le monde : 3 question à Bertrand Sajaloli ".

TOP