Université d'Orléans

Les Services d'observations

La mission "observation" justifie la création des OSU. Comme le rappelle la charte des OSU signée par l'Insu, le CNRS et les universités impliquées :

Tout OSU reçoit des missions spécifiques visant à la pérennisation et la continuité des services relatifs à des systèmes d’observation, et/ou d’expérimentation sur le long terme, des milieux naturels de la planète, ou des objets de l’Univers lointain. Il assure le lien entre les équipes qui ont la responsabilité de ces services et en priorisent les besoins.

Cela concerne notamment :

  • le bon fonctionnement de sites d’observation et/ou d’instruments nationaux ;
  • le recueil et l’archivage des données, dans des systèmes d’information pérennes ;
  • le maintien en opération et l’évolution de modèles numériques communautaires ;
  • le développement instrumental nécessaire à l’évolution de ces activités.

Ces missions sont essentielles pour opérer des systèmes d’observation pérennes, pour collecter et mettre à disposition des données, parfois sur plusieurs décennies. Pour bénéficier d’un soutien, les services afférents doivent naturellement être reconnus par l’université et labellisés par l’Insu, et/ou par d’autres organismes nationaux.

Personnel à tâches de service (CNAP)

Les moyens d’observation étant déployés sur de longues périodes (plusieurs décennies), il est nécessaire d’identifier autour de ces missions des tâches de service scientifiques, au bénéfice de l’ensemble de la communauté scientifique (animation scientifique du service ; veille scientifique concernant leur évolution ; participation aux réseaux internationaux et à la définition des procédures de calibration ; etc.…). 
C’est précisément un corps spécifique de l’enseignement supérieur qui est affecté à ces OSU pour effectuer, en accord avec leur statut, ces tâches de service scientifiques. Il s’agit du corps des Astronomes et Physiciens géré par le CNAP (Conseil national des astronomes et physiciens)
Des personnels techniques sont également affectés à ces Services, principalement par le CNRS et l’Enseignement supérieur, pour y remplir des tâches de service à caractère technique.