Université d'Orléans

Témoignages...

Julie, Etudiante en 2ème année (apprentissage)

“Le DUT par alternance m’a permis non seulement d’avoir une formation riche de connaissances mais aussi de me donner la chance d’avoir une expérience dans le monde du travail. Malgré la diffi culté et la fatigue, je ne regrette en rien cette formation. Elle correspondait exactement à ce que je recherchais : du dynamisme, de la conception, de la réfl exion autour du monde de la mécanique, que ce soit en automobile ou en aéronautique. D’ailleurs, ces deux secteurs ont été les fi ls conducteurs de ma formation”

Adrien, Promotion 2010

“Au lendemain du bac j’hésitais encore entre une école d’ingénieurs et le DUT GMP. J’étais partagé entre le côté technique de la mécanique qui m’attirait et le côté «prestigieux» que pouvait annoncer une école d’ingénieurs... J’ai finalement choisi une école d’ingénieurs et me suis très vite confronté aux contraintes de la prépa intégrée : les cours étaient beaucoup trop théoriques et détachés du monde industriel à mon goût. C’est pour cela que l’année d’après j’ai décidé de me réorienter et d’intégrer le GMP d’Orléans en 2008, sans aucun regret puisqu’il m’a permis d’intégrer par la suite une école d’ingénieurs bien plus intéressante…

La formation de DUT GMP est pour moi l'une des meilleures pour devenir un ingénieur en mécanique générale, car c'est la plus concrète de toutes! Elle présente une approche à la fois théorique et technique de l’environnement de l’ingénieure en mécanique tout en préservant l'essentiel des connaissances importantes à posséder. La formation fait toucher du doigt tous les secteurs de la mécanique, de l'idée de création d'un produit à sa mise en vente en passant par sa conception et sa fabrication, ce qui est un avantage indéniable par rapport à des formations théoriques en bac+2. De plus, la spécialité en Sciences et technologie Automobile du GMP d'Orléans permet de s'ouvrir encore plus de perspectives de carrière pour ceux qui le souhaite.

A la suite du DUT, j'ai intégré en 2010 une école d'ingénieurs généraliste (Université de Technologie de Compiègne - UTC) en gardant une dominante mécanique pour approfondir mes connaissances dans certains domaines plus précis. Ainsi, ayant fini ma formation d'ingénieur, je dirais que 60 à 70% de mes connaissances viennent de mon DUT GMP, l'école d'ingénieurs m'ayant plutôt servi à savoir quel type de connaissances il fallait mobiliser pour résoudre un problème scientifique.

Aujourd'hui, je travaille chez Bureau Veritas dans le domaine de la Marine et de l'Offshore. C'est une société qui vérifie la conformité d'équipements vis à vis de règles particulières à ce milieu. Plus précisément, j'effectue la revue de conception de produits finis comme des embarcations de survie afin que le produit soit conforme à la loi en vigueur."

Hugo, Promotion 2011

"Tout d'abord j'ai choisi le DUT GMP pour la polyvalence qu'il apporte et celui d'Orléans car je souhaitais m'orienter vers la compétition moto, sans trop savoir dans quel domaine (conception, mécanique pure,...). Je n'ai pas vraiment hésité entre plusieurs formations car mes envies étaient déjà bien ciblées, et je ne regrette vraiment pas puisque j'ai pu découvrir de nombreux aspects de l'industrie, et de la mécanique en générale, aussi bien de la mécanique liées à l'automobile, la moto, que la mécanique telle que la résistance des matériaux par exemple et les métiers liés à la mécanique.

La formation à Orléans m'a apporté d’excellentes bases pour aborder la suite de mon projet avec davantage d'assurance et de maîtrise, notamment sur la partie calculs (liés au châssis, aux suspensions, dans le milieu de la moto).

Après le DUT j'ai donc intégré l'École de la performance à Nogaro afin de pouvoir accéder au milieu de la compétition moto. Comme je l'ai dis, j'étais donc parfaitement préparé pour aborder  cette formation très spécialisée.

Je travaille maintenant dans le team Technomag CarXpert engagé en championnat du monde Moto 2 avec deux pilotes. Je suis donc chargé de l'acquisition de données de l'un d’eux, Robin Mulhauser. Je m'occupe donc de l'électronique de la moto, je fais également les cartographies d'injection pour optimiser les performances moteurs en fonction de la météorologie.

Je pensais vraiment qu'accéder à ce niveau là de la compétition étais impossible mais je me suis lancé à fond et le DUT a été une super formation pour acquérir les bases nécessaires mais également découvrir d'autres domaines liés à la mécanique ou au milieu industriel pour affiner la recherche de mon projet. L'expérience qu'apporte le stage est également très bénéfique !"