" Soutenance de l’Habilitation à Diriger des Recherches de Véronique MALEVAL. | Université d'Orléans

Université d'Orléans

Soutenance de l’Habilitation à Diriger des Recherches de Véronique MALEVAL.

18/06/2018 - 14:00 - 18/06/2018 - 18:00

URL: http://www.univ-orleans.fr/actus/soutenances

Nom du contact: Etudes Doctorales

Courriel du contact: etudes.doctorales@univ-orleans.fr

Lieu: Centre d’Etudes Supérieures - Châteauroux

Discipline : Géographie

Résumé :

Conseiller les acteurs des milieux aquatiques se trouve au coeur des activités scientifiques de la géographie limnologique, d’autant qu’aujourd’hui, avec l’importance grandissante des questions environnementales, les propriétaires ou gestionnaires ont une réelle volonté de gestion optimale de leurs plans d’eau en termes environnemental. Le but étant de répondre à leurs questions concrètes et pragmatiques tout en préconisant des actions et des mesures optimales de gestion, conservation ou restauration. C’est ainsi que la première partie traite du rôle du géographe dans la vie de la cité, du XIXe siècle à aujourd’hui, et permet de montrer que l’évolution de la géographie appliquée n’a pas été un long fleuve tranquille, tant la géographie universitaire tentait de marginaliser, voire d’éliminer, l’appliquée, jusqu’à ce que de brillants géographes (Michel Phlipponneau et Jean Tricart notamment), mettent en exergue son utilité dans le cadre des politiques et travaux d’aménagement. Cette partie est également l’occasion de discuter des différents aspects des travaux de géographie appliquée dans le domaine limnologique, pour montrer, en autres, les consolidations scientifiques à l’image de 1) la réduction des apports biologiques à l’étude du seul phytoplancton pour l’évaluation des apports biogènes dans la sédimentation lacustre, ou 2) la nécessité, pour chaque milieu aquatique, de prendre en compte les trois paramètres du bilan sédimentaire (apports fluviaux, littoraux et biogènes), tout en se préoccupant des caractéristiques morphométriques et des conditions environnementales des bassins versants. La seconde parle s’intéresse au lac charentais de Saint-Germain-de-Confolens en tant qu’exemple de ce que peut faire la géographie limnologique, pour aider le gestionnaire à pérenniser sa fonction exclusive d’AEP, les seuils critiques de potabilisation pouvant être ponctuellement atteints. Pour cela, les résultats inédits des études (instrumentation in situ, mesures et analyses) menées sur la qualité de l’eau, les sédiments (perte de 42 % de la capacité utile du réservoir depuis 1972), et les activités humaines (favorisant les apports de nutriments), apportent à la compréhension du milieu lacustre et du territoire (eutrophisation de la masse d’eau initiée par les apports ainsi que par le sous-dimensionnement du déstratificateur installé dans le lac en 1996 ; simplification du bocage par regroupement parcellaire et disparition des haies favorables à la rétention des particules et polluants), pour tenter de résoudre les problèmes de pollutions et d’envasement, notamment par l’aménagement de pièges à sédiments et la sensibilisation des agriculteurs. Ainsi, la géographie limnologique, en menant son savoir au service de l’action, en plaçant les plans d’eau au centre de la recherche limnosystémique, en étant connectée aux territoires, apparait comme une discipline appliquée qui aide à la décision. Ce travail permet également de conclure, de notre point de vue, sur le rôle du géographe en général, limnologue en particulier, dans la vie de la cité : trop longtemps en retrait, le géographe, en participant à orienter les hommes d’actions grâce à ses recherches et ses conseils, peut contribuer à améliorer le futur environnemental.