" Soiree syrienne le 22 juin au centre de formation d'Orléans - site Saint Jean | Université d'Orléans

Université d'Orléans

Soiree syrienne le 22 juin au centre de formation d'Orléans - site Saint Jean


 

Manar Bilal a quitté son pays en 2013 et comme d’autres réfugiés syriens, il est passé par le Liban, la Jordanie et la Turquie. Il vit maintenant en France et cherche à faire connaître en photographie la situation des enfants rencontrés dans les camps qui ont ponctué sa route.

Ces enfants sont victimes d’une guerre qui les dépasse. Rassemblés dans des espaces inhospitaliers, ils sont désespérément en attente de pistes pour donner un sens à leur vie. Pour les aider, Manar Bilal s’est engagé dans les programmes d’aide à l’enfance de l’Unicef, WFP, UNHCR et il a pris des milliers de photos pour témoigner des besoins d’une génération qui, sans éducation, n’aura pas les moyens de rester libre.

De nombreuses photographies montrent des enfants qui continuent à jouer, mais dont le geste de s’agripper aux grillages devient l’emblème de tous ceux qui ? à Calais, à Melilla où sur d’autres frontières ? n’ont d’autre issue que de passer en force pour continuer à vivre. C’est un travail qui pose la question de l’éducation et de la culture comme modes de résistance face aux manipulations des pouvoirs en guerre. Il rappelle l’importance de l’ouverture à l’autre et du regard critique pour casser l’ignorance. Il montre l’énergie et la détermination des enfants qui ont tout perdu, mais qui gardent leur volonté d’être libre.

Ces photos sont réalistes et optimistes à la fois : elles indiquent que l’avenir de ces enfants est compromis mais qu’avec un peu d’attention, ils pourraient s’en sortir.

Camp de réfugiés (Zataary - Jordanie) 2014 - Tirage numérique couleur.