Université d'Orléans

Epigénétique

Rôle de la méthylation de l’ADN dans la plasticité développementale des plantes et recherche d’épiallèles en vue d’une sélection agronomique

F. Brignolas, A. Delaunay, A.-L. Le Gac, S. Maury*, M. Sow
 
* contact : stephane.maury@univ-orleans.fr

 

Le rôle de la méthylation de l’ADN dans la vie des plantes est fondamental. Chez les plantes, le pourcentage de méthylcytosine varie de 5% chez Arabidopsis thaliana à 37% chez Helianthus suggérant ainsi une grande variabilité d’une espèce à l’autre qui est en fait également vraie d’un type cellulaire à l’autre. L’ensemble des données moléculaires sur la méthylation de l’ADN démontre donc une grande variabilité du méthylome et son rôle important dans le développement des plantes et leurs réponses à l’environnement.

Epigenetique

Notre objectif général consiste à mieux comprendre les relations entre la plasticité développementale en particulier au niveau de l’apex caulinaire et le contrôle épigénétique effectué par le biais de la méthylation de l’ADN.

Le polymorphisme de méthylation de l’ADN chez les plantes est aussi une source potentielle de marqueurs pour caractériser des stades de développement, sélectionner des plantes selon des caractères agronomiques ou identifier des génotypes (Gentil and Maury, 2007). Notre objectif est donc de valoriser nos travaux par la caractérisation de marqueurs moléculaires épigénétiques.

Nous avons ainsi étudié successivement deux systèmes expérimentaux complémentaires sur plantes cultivées : le peuplier lors d’une sécheresse et la morphogenèse au niveau de l’apex caulinaire de la betterave sucrière après un froid prolongé (vernalisation).

RLGS

Identification d'épiallèles par la technique RLGS