Université d'Orléans

Julien Toillon

Soutenance : 11 juillet 2013
Directeurs : F. Brignolas et N. Marron

Titre : variabilité génétique et plasticité de l'efficience d'utilisation des ressources (eau et azote) chez les Salicacées cultivées en taillis à courtes et très courtes rotations

Résumé : 

Cette thèse visait (i) à évaluer la variabilité génétique pour différents caractères liés à la productivité, l'efficience d'utilisation de l'eau (WUE) et l'efficience d'utilisation de l'azote (NUE) pour des génotypes hybrides de peuplier et de saule dans un but appliqué de sélection variétale, (ii) à juger des liens entre productivité, WUE et NUE chez le peuplier et le saule, et (iii) à vérifier si les classements entre génotypes étaient conservés entre systèmes de cultures (TCR vs TTCR) et entre sites pour les différents caractères étudiés et pour leurs relations. Quatre dispositifs expérimentaux ont été installés dans le nord de la France. WUE a été estimée indirectement à l'échelle foliaire via la discrimination isotopique vis-à-vis du carbone 13 (Δ13C), compte-tenu de la relation linéaire et négative entre WUE et Δ13C. NUE a été estimée à l'échelle de la plante entière comme le rapport entre la quantité de biomasse produite et la quantité d'azote prélevée pour produire cette biomasse. Une importante variabilité génétique a été observée quel que soit le caractère, le système de culture et le contexte pédoclimatique pour le peuplier comme pour le saule. La plasticité phénotypique pour Δ13C en réponse à la densité de plantation était dépendante des conditions pédoclimatiques pour le peuplier. Aucun antagonisme n'a été observé entre WUE, NUE et la productivité suggérant qu'il était possible de sélectionner des génotypes sur les trois caractères indépendamment. Enfin, afin de comparer les Salicaceae à d'autres espèces couramment utilisées en plantation bioénergétiques pour la variabilité pour Δ13C, NUE et la productivité, une étude exploratoire a été réalisée sur robinier.