Université d'Orléans

Conférences OSUC - Année 2010-2011

Laboratory Sudies of Atmospheric Chemical Processes

Conférence de Ranajit Talukdar (NOAA, Boulder), jeudi 7 juillet 2011 à 10h30 - Salle de conférences du LPC2E.

Résumé : Kinetic and photochemical parameters, needed in chemical models for predicting capability of air quality and climate, are determined under isolated and controlled conditions in the labora- tory. We will present some of the examples of both homogeneous gas phase and heterogeneous reactions of elementary processes, important both in the troposphere and in the stratosphere, which were studied under controlled conditions in the laboratory. We will evaluate the role of acetone as an HOx source by measuring its OH reaction rate coefficients and photolysis to quantify its loss processes.
In the second part, we will present the results of recent experiments to examine the chlorine activation by N2O5 under stratospheric conditions. One of the major loss processes for N2O5 in the stratosphere is its heterogeneous removal on sulfate aerosol. Previous studies have only looked at the change in N2O5 uptake on sulfuric acid as chloride ions are added to sulfuric acid and not the production of the reaction products. The importance of this chlorine activation chemistry on HCl containing H2SO4 aerosol in the stratosphere and its impact on ozone abundance is currently not well known. To evaluate the possible significance of the reaction of N2O5 on HCl-doped H2SO4 in the stratosphere, knowledge of the reactive uptake coefficients, \gamma, and product yields, \Phi under stratospheric conditions are needed.

 
De qui les climato-sceptiques sont-ils le nom ? Généalogie d'un argumentaire

Conférence de Stéphane Foucart (Journaliste du Monde), jeudi 9 juin 2011 à 14h - Auditoire Charles Sadron, DR CNRS, Orléans.

Résumé : Au cours de l'année passée, le discours climato-sceptique a fait une percée remarquable dans les médias de masse, tant en France qu'à l'étranger. A l'appui de cet argumentaire -nouveau pour l'opinion française et européenne-, un grand nombre d'ouvrages, d'interventions publiques, d'articles de presse ou d'interviews ont créé une confusion considérable pour tout ceux, y compris certains chercheurs chevronnés, qui ne sont pas parfaitement au fait du dossier scientifique. Les chercheurs en sciences du climat sont dans leur rôle lorsqu'ils réfutent les arguments avancés par leurs détracteurs. Mais les réponses qu'ils apportent -- bien souvent trop complexes pour avoir leur place sur les plateaux de radio ou de télévision -- demeurent largement inaudibles. Une autre manière de considérer et de cerner ce phénomène socio-médiatique complexe qu'est le climato-scepticisme est de procéder à une étude quasi-philologique de son argumentaire. En établissant la généalogie de ce dernier, il est possible de remonter jusqu'à ses sources et ses commanditaires ; on réalise que les tenants du climato-scepticisme ne sont autres que les porte-voix -- conscients ou non -- de puissants intérêts financiers ou idéologiques œuvrant outre Atlantique depuis la fin des années 1980 pour porter le discrédit sur l'ensemble des sciences de l'environnement.

 
La Terre primitive, la Vie et Mars

Conférence de Frances Westall (CBM, Orléans), jeudi 21 avril 2011 à 14h - Amphithéâtre de l'ISTE.

Résumé : Les jeunes planètes Terre et Mars étaient des planètes volcaniques habitables avec des sources d’eau liquide, du carbone et des nutriments, et de l’énergie. Les plus anciennes traces de vie terrestre démontrent une vie relativement diversifiée mais très petite et difficile à identifier. Les connaissances de cette vie anoxigènique nous aident à définir les stratégies nécessaires pour chercher la vie sur Mars. En plus, la tectonique des plaques ayant détruit ou complètement altéré les roches terrestres plus anciennes de 3,5 milliard d’années, Mars nous permettra de remonter le temps encore plus pour arriver aux traces de l’origine de la vie qui sont aujourd’hui perdues.

 
Le Mystère du méthane martien

Conféence de Franck Lefevre (LATMOS/IPSL - Paris), lundi 24 janvier 2011 à 10h30 - Salle de Conférences du LPC2E.

Résumé : Sur Terre, plus de 90% des émissions de méthane dans l'atmosphère sont d'origine biologique. La première détection de traces de méthane sur Mars en 2003 a donc relancé l'hypothèse d'une vie présente ou passée à la surface de la planète, même si les faibles quantités mesurées (environ 50 000 fois moins que sur Terre) peuvent également résulter d'une source géologique. Un aspect surprenant de cette découverte est que le méthane martien semble varier avec la saison et présente de fortes concentrations localisées, comme le suggèrent des observations télescopiques et satellitaires récemment publiées. Ces mesures sont-elles compatibles avec ce que l'on sait de la chimie et dynamique atmosphérique de Mars ? Faut-il invoquer des processus nouveaux ? Que peut-on en conclure sur la nature de la source de méthane ? C'est que nous discuterons dans ce séminaire à l'aide notamment de simulations d'un modèle de circulation générale de Mars.

 
Biodiversité, génétique et société

Conférence de Pierre-Henri Gouyon (MNHN - Paris), jeudi 16 décembre 2010 à 14h - Amphithéâtre Sadron

Résumé : La biodiversité est un fait d’observation banal mais, de la systématique du XVIIIème siècle à la génétique du XXème, son interprétation a connu des périodes très différentes. La théorie de l’évolution lancée par Darwin il y a 150 ans constitue la base de la biologie contemporaine. L’écologie et l’idée de biodiversité, mais surtout la génétique sont issues de cette théorie qui affirme l’unité du Vivant, qui permet d’agir sur lui, mais qui pose de nombreux problèmes à la société, a servi de fondement à des idéologies ignobles et est refusée par les extrémistes religieux. Quant à la description et la sauvegarde de la biodiversité, elles reposent souvent sur des idées simplistes et peu convaincantes. Où en est-on de la compréhension de cette diversité ? et de nos actions sur elle ? Les biotechnologies se développent à grande vitesse et de nombreux débats concernant les risques pris mais aussi les aspects éthiques ou économiques ont vu le jour. Face au débat sur les OGM par exemple, les scientifiques ont souvent considéré les critiques comme essentiellement obscurantistes. Qu’en est-il ? Pourquoi tant d’incompréhension ? Peut-on espérer l’avènement d’un véritable échange entre science, technique et société dans le champ de la biologie ?

 
Cosmonucléides, activité solaire et forçage climatique

Conférence de Edouard Bard (Collège de France et CEREGE, Aix-en-Pce), jeudi 4 novembre 2010 à 14h - Amphithéâtre ISTE

Résumé : Les premières recherches de correspondance entre l'activité solaire et le climat datent de plus de deux siècles, mais des corrélations significatives entre séries bien datées n'ont été publiées que beaucoup plus récemment avec des marqueurs comme les taches solaires, les indice géomagnétiques ou les isotopes cosmogéniques. Nos études à ce sujet sont fondées sur la comparaison d'enregistrements totalement indépendants: le carbone 14 mesuré dans les cernes d'arbres et les coraux et le béryllium 10 analysé dans les glaces de l'Antarctique. Ces enregistrements permettent de retrouver les périodes de faible activité solaire déjà connues grâce aux comptages des taches solaires et aux observations directes d'aurores boréales, et de mettre en évidence des minima solaires encore plus anciens. Ces enregistrements de l'activité solaire peuvent être comparés aux séries climatiques des derniers millénaires jusqu'au dernier siècle pour lequel les forçages naturels se mêlent à l'influence anthropique, notamment celle des gaz à effet de serre.

 
Le vent solaire et ses poussières

Conférence de Nicole Meyer-Vernet (LESIA, Observatoire de Paris), jeudi 30 septembre 2010 à 14h - Amphithéâtre ISTE.

Résumé : Le vent solaire n'est pas seulement un laboratoire unique de physique des plasmas qui baigne le système solaire et transporte des perturbations gouvernant la météorologie de l'espace. Il contient aussi une proportion considérable de poussières. Je tenterai de résumer le sujet et les principaux problèmes posés. Je discuterai aussi quelques résultats récents comme la détection imprévue de jets de nanoparticules accélérés par le vent, et j'évoquerai quelques projets spatiaux comme "Solar Orbiter" et "Solar Probe Plus".