Université d'Orléans

Master SAE

Organisation de la formation

Le master STUE, dans les domaines des sciences de l'atmosphère et de l'Espace, de l’université d’Orléans, est adossé aux compétences d’un important pôle spatial orléanais (plus de 100 chercheurs, enseignants-chercheurs et ingénieurs) fédéré par l’Observatoire des Sciences de l’Univers en région Centre (OSUC).

C’est une formation pluridisciplinaire dans les domaines de l’environnement, de l’atmosphère de la Terre aux confins de l’Univers, avec une forte implication dans des projets spatiaux (satellites, ballons), de la conception des instruments à leur réalisation et leur exploitation scientifique.

La formation est organisée en quatre semestres, avec des cours et des projets aux semestres 1 à 3. Plusieurs cours sont communs avec le master Énergie et matériaux de l’UFR Collegium Sciences et techniques. Le semestre 4 est entièrement consacré à un stage de recherche de 5 mois.

La formation est aussi caractérisée par une forte implication d’intervenants extérieurs d’entreprises  ou d’organismes nationaux et internvationaux, et offre jusqu’à 9 mois de stages, dont une partie à l’étranger.

Suivant le parcours, ce master permet une insertion directe dans le monde professionnel ou une poursuite en thèse. Les métiers visés sont : ingénieur de recherche, ingénieur développement dans le monde industriel, chercheur ou enseignant-chercheur dans l’enseignement supérieur.

Livret de l'étudiant de la formation à télécharger.

Descriptif de la formation

Cette formation comprend trois parcours avec des passerelles.

Parcours Environnement, atmosphères et planètes (ENVIAP) 
Parcours Exploration spatiale (EXPLO)
Parcours Chimie, pollutions, risques & environnement (CPRE)

 

Partenariats

Cette formation bénéficie de partenariats reconnus d’excellence : le pôle de compétitivité régional Eco-technologies DREAM Eaux et milieux ; le Labex VOLTAIRE (VOLatils – Terre, Atmosphère et Interactions - Ressources et Environnement), pour l’étude des géofluides volatils, de la Terre profonde à la stratosphère et le labex ESEP (Exploration spatiale des environnements planétaires), à la fois pour la recherche et technologie spatiale dans les thématiques portant sur la planétologie ou les plasmas spatiaux (de l’ionosphère au Soleil et à l’environnement des planètes), et pour les observations radio associées (radiotélescope de Nançay (pôle LPC2E-LESIA)). Également en partenariat direct avec :

  • des laboratoires de l’université et du CNRS : Laboratoire de Physique et Chimie de l’Environnement et de l’Espace (LPC2E), Station de Radioastronomie de Nançay, Institut des Sciences de la Terre d’Orléans (ISTO),  Laboratoire de Mathématiques - Analyse, Probabilités, Modélisation - Orléans (MAPMO), Centre de Biophysique Moléculaire (CBM), Institut de Combustion Aérothermique Réactivité et Environnement  (ICARE),... ;
  • des organismes : Cnes, Agence Spatiale Européenne, BRGM, Inra, Observatoire de Paris,... ;
  • des industriels : Areva, Environnement SA, Beicip, Géo-Hyd, Noveltis,...

International

Nombreuses possibilités de stages à l’étranger : Australie, Canada, Chine, Corée du Sud, États-Unis, Danemark, Espagne, Finlande, Grèce, Italie, Norvège, Pays-Bas, Suisse, Tchéquie...
Partenariat possible avec des universités de haut rang international :

  • Parcours EXPLO (M2) avec l’UNIS  « The University Centre in Svalbard »  pour  le suivi de 5 semaines d’enseignements et de travaux pratiques à Longyearbyen, Sptizberg (Norvège) sur l’étude des orages magnétiques polaires (aurores) en collaboration avec le Birkeland Centre de l'université de Bergen.
  • Parcours ENVIAP (M2) avec FDU « Fudan University »  pour le suivi de 1 à 2 mois d’enseignements à Shanghai (Chine) dans le domaine de la pollution urbaine atmosphérique liée aux particules (instrumentation, phénomènes physico chimiques, impact sanitaire) ; possibilité d’extension pour le stage de fin d’étude.

Débouchés

Suivant le parcours, ce master permet une insertion directe dans le monde professionnel ou une poursuite en thèse. Les métiers visés sont : ingénieur de recherche, ingénieur développement dans le monde industriel, chercheur ou enseignant-chercheur dans l’enseignement supérieur.