Université d'Orléans

Le roman parlementaire

Nombre des romans contemporains ou romans d’actualité des XIXe et XXe siècles mettent en scène, avènement et crises de la démocratie obligent, des personnages (ministres, préfets, agitateurs, proscrits…) qu’ils font évoluer au cœur ou en marge des institutions politiques et donnent ainsi le récit de pratiques discursives nouvelles : campagnes électorales, conseils des ministres, allocutions publiques, comités secrets… Ce faisant, ils renoncent parfois à peindre, dans la filiation du roman historique, les moments forts d’une histoire politique de la France (complots, émeutes, révolutions…) pour faire pénétrer leurs lecteurs au sein des lieux où, grâce à divers spectacles de la parole et à de multiples rivalités d’ambition, se décident les grandes orientations de la vie nationale. Espace de débats mais aussi d’intrigues, dont la presse rend quotidiennement compte, le Parlement est de ces lieux et le parlementaire de ces personnages qui, servant la construction de modèles narratifs ancrés dans l’espace moderne de la parole délibérative, mettent à mal les fonctionnements ordinaires des œuvres d’imagination au point de leur donner les formes du pamphlet ou de l’essai – la peinture du débat politique relevant d’une forme d’action politique. Aussi ne s’agira-t-il pas dans le cadre de cette journée d’études de s’intéresser, plusieurs travaux ayant été consacrés à cette question, à l’activité discursive de gens de lettres (Hugo, Lamartine…) devenus parlementaires, ni de s’arrêter aux figures du monde politique (Morny, Jaurès…) qui ont servi de support à des œuvres de fiction, mais d’examiner comment un lieu de discours, le Parlement, et des porteurs de discours, les parlementaires, peuvent être introduits dans le cadre d’œuvres de fiction politique, notion en elle-même problématique, à la manière dont le roman (à contexte) parlementaire traduit ou révèle la nature et les fonctionnements de l’activité et du discours politiques, aux liens qui se tissent entre l’intrigue parlementaire et l’intrigue romanesque, aux relations de fascination réciproque et conflictuelle qui lient deux porteurs de discours, deux parlementeurs, l’homme de lettres et l’homme de politique.

Avec la participation de Éric Anceau, Aude Déruelle, Jean Garrigues, Cécile Girardin, Corinne Legoy, Michel Leymarie, Denis Pernot, Vital Rambaud, Lucille Zimba.

Programme