Témoignages d'ingénieurs Polytech Orléans

Photo Caroline Deniau ChancluCaroline Deniaud (Chanclu), (1996 - 1998) : « A la suite de mon projet de dernière année et mon stage ingénieur pour la société américaine Masterfoods (qui effectue une prédécoupe LASER sur ses emballages alimentaires), j'ai rejoint leur équipe R&D en tant que chef de projet. Mes compétences techniques, organisationnelles et humaines ainsi que mon niveau d'anglais m'ont permis d'y rester 7 ans au sein de l'équipe de « développement de technologies pour les emballages souples ». Loin de ma formation, cette expérience fut très formatrice. (Elle prit fin du fait d'un plan social). J'ai alors eu très vite l'opportunité de prendre la tête d'une petite équipe de développement de connecteurs optiques pour environnements sévères (train, avion, industrie, géophysique, ...) au sein de l'entreprise Souriau. Après plus de 3 ans à voir prospérer le service et y apporter ordre et méthodes, une opportunité s'est présentée en interne : me voici donc responsable du service « qualité développement », en charge, principalement, de veiller au bon développement des projets et des qualifications produits (optiques, mais surtout électriques). Je considère que ma formation d'ingénieur m'a permis d'acquérir des méthodes de travail, des compétences techniques, un niveau d'anglais (utilisé très régulièrement) et une capacité d'adaptation qui ont été clés dans mon parcours. Mes différents postes ont développés mes compétences managériales et me voici maintenant très loin de mon cœur de métier. Quelle sera la suite ..... »

 

Photo David Le BerDavid Le Ber (1996 – 2000) : De nos jours, l'électronique est partout, de la simple cafetière aux avions, en passant par les voitures et l'éclairage. A la fin de ma dernière année, je me suis dirigé vers la sous-traitance électronique. Cela m'a permis de pouvoir travailler pour différents domaines comme le médical avec TAEMA, l'automobile avec RENAULT, l'aide à domicile avec la région Centre et le CRESITT. Aujourd'hui, je travaille pour MAQUET S.A. en tant que chef de projet système c'est-à-dire que je gère toute la partie électronique des éclairages opératoires ou systèmes que nous fabriquons.

 

Photo Christelle Damiens-DupontChristelle Damiens-Dupont (1996 - 2000) : « J'ai intégré Polytech Orléans après un BTS Optique. Au cours de mon cursus dans la branche Laser - Plasma, j'ai eu l'opportunité de partir une année à l'Université de Rhode Island aux Etats-Unis ce qui m'a beaucoup apporté à tout niveau. J'ai ensuite eu la chance de faire mon stage de fin d'études suivi d'un Diplôme de Recherche Technologique (DRT) au Commissariat à l'Energie Atomique (CEA - Cesta) de Bordeaux. Cela m'a permis de travailler sur un projet de grande envergure tel que le Projet Laser Mégajoule (LMJ). J'ai alors été embauchée en tant qu'ingénieur de recherche pour participer à la conception de diagnostics laser nécessaires à la caractérisation des impulsions laser très particulières que sont les impulsions du LMJ (plusieurs kilojoules sur quelques nanosecondes). Aujourd'hui, je travaille toujours sur la conception de nouveaux diagnostics mais pour le Projet PETAL (Pétawatt Aquitaine Laser) qui met en oeuvre des impulsions laser très puissantes et ultra brèves (plusieurs Pétawatt sur quelques centaines de femtosecondes). C'est vraiment très motivant de pouvoir travailler sur de telles Installations. »

 

Photo Franck DarnonFranck Darnon (1992-1996) : "Après mon diplôme, j'ai poursuivi par une thèse dans le domaine de la propulsion à plasma pour satellites, thèse que j'ai effectuée chez l'industriel SNECMA. Ma formation initiale ainsi que cette première expérience m'ont permis d'intégrer le CNES, où j'ai eu en charge le suivi de contrats de recherche et de développements dans le domaine de la propulsion satellite. J'ai ensuite eu la responsabilité de différents équipements montés à bord de satellites. Aujourd'hui, je travaille dans le domaine de la programmation et le guidage des satellites. Cette dernière fonction est bien éloignée de ma formation initiale en traitements plasmas, mais elle montre qu'avec de bonnes bases comme celles que j'ai acquises à Orléans, tous les parcours sont possibles !

 

Photo Christian FerouelleChristian Ferouelle, (2002 - 2006) : "J'ai souhaité orienter ma première expérience professionnelle dans le domaine de l'éclairage. J'ai ainsi intégré l'entreprise Citéos (groupe VINCI) en tant qu'ingénieur éclairagiste. Après presque deux ans au sein de cette structure, l'opportunité s'est présentée de rejoindre le LiDAC (Lighting Design and Application Center) chez PHILIPS LIGHTING. Le poste que j'occupe actuellement me permet de travailler au niveau international dans les domaines de la conception lumière (éclairage architectural), du développement produit et du marketing."

 

Photo Mathieu ThomachotMathieu Thomachot, (1999 – 2003) : « J'ai été contacté en avant-dernière année par AcXys Technologies, un fabriquant d'équipements de préparation de surfaces par plasma atmosphérique. La qualité de ma formation fut rapidement reconnue par l'entreprise naissante qui m'a embauché directement après mon diplôme. Depuis, nous avons embauché 3 autres personnes de la même formation. J'ai occupé différents postes au sein de la société, d'abord en R&D, puis aujourd'hui en tant que responsable commercial. La formation que j'ai reçue m'a donné accès à un poste de responsabilité dans une jeune entreprise qui est désormais reconnue à l'échelle mondiale. »

 

Photo Mathieu SergentMathieu Sergent (2002-2006) : « Portant un intérêt majeur pour l'éclairage j'ai pris la décision de suivre la spécialité EO. Cette spécialité m'a permis d'acquérir des bases solides en éclairage et ainsi de pouvoir postuler à des offres de stages dans ce domaine. C'est donc à la suite de mon stage de fin d'étude que j'ai pu rejoindre l'entreprise Philips éclairage en tant qu'ingénieur éclairagiste spécialisé en éclairage sportif. J'occupe aujourd'hui un poste qui mêle la conception de système d'éclairage (éclairage sportif), le développement de produits, la formation et le support marketing. »

 

Guillaume CROSNIER, (2012-2015) : « Une fois armé de connaissances de base que j’ai acquises pendant mes années de bachelier dans la section STI génie électronique (Sciences et Technologies Industrielle), je me suis accroché à cette passion pour la conception électronique. L’envie d’approfondir mes connaissances dans ce domaine m’a conduit à poursuivre mes études en DUT GEII (Diplôme Universitaire de Technologie Electrique et Informatique Industrielle), puis en Licence EAME (Electronique Analogique et Micro-Electronique) par apprentissage dans une entreprise d’armement de pointe. Cette nouvelle expérience professionnelle, si enrichissante pour moi, m’a poussé à rester dans le monde du travail. Après trois années passées en entreprise, l’envie d’avoir plus de responsabilités, m’a amené à reprendre des études d’ingénieur en alternance dans la filière « Intelligence du bâtiment » de Polytech Orléans en partenariat avec l’ITII Centre (Institut des Techniques d’Ingénieur de l’Industrie). En me donnant des projets d’envergure, mon entreprise d’accueil participe activement à la réussite de mon projet professionnel et me permet ainsi d’aborder le métier d’ingénieur en conception/développement de systèmes embarqués dans le domaine de la détection incendie.»

Jean-Damien MARTIN, (2012-2015) : « Passionné par la domotique, j’ai préparé un BTS Domotique à Quimper. Alors que j’aspirais à rejoindre le monde du travail le plus rapidement possible par l’intermédiaire d’une licence pro, j’ai découvert dans la presse l’existence d’une nouvelle formation d’ingénieur en Intelligence du Bâtiment à Polytech Orléans. Cette formation d’ingénieur par apprentissage à tout de suite retenu mon attention car elle me permettait de concilier la poursuite de mes études et mon entrée dans la vie professionnelle. A l’issu de ma formation le groupe Atlantic (45), dans lequel j’ai effectué mon apprentissage, m’a proposé un poste d’ingénieur essai au centre de recherche pour le confort thermique.»

}