" Soutenance de thèse de Binème HORCHANI. | Université d'Orléans

Université d'Orléans

Soutenance de thèse de Binème HORCHANI.

19/11/2018 - 09:00 - 19/11/2018 - 12:00

URL: http://www.univ-orleans.fr/actus/soutenances

Nom du contact: Ecole Doctorale Sciences de l'Homme et de la Société

Courriel du contact: edshs@univ-orleans.fr

Lieu: Salle du Conseil - UFR Collegium Lettres, Langues et Sciences Humaines - Rue de Tours - campus UNIVERSITÉ

Titre : Complexes sémantiques et linguistique du lexique : les emplois du morphème tant en français.

Discipline : Sciences du Langage

ECOLE DOCTORALE SCIENCES DE L'HOMME ET DE LA SOCIETE

Résumé :

L’objectif de la thèse est de procéder à une comparaison en linguistique du lexique entre les approches atomistes/lexicales/dérivationnelles traditionnelles et une approche en termes de complexes sémantiques. Et ce dans une perspective aussi bien méthodologique qu'empirique et théorique. Elle vise à répondre à la double question de savoir s'il y a eu en diachronie éclatement homonymique, et s'il y a en synchronie dégroupement homonymique. Cette comparaison et ce questionnement sont menés sur le complexe sémantique et linguistique tant en français, qui associe (ou non) le morphème tant comme unité porteuse de signification et l’ensemble de ses emplois lexicalisés, comme unités porteuses de sens. Et donc aussi bien ses emplois libres (Tant va la cruche à l'eau qu'à la fin elle casse.) que ses emplois infralexicaux (Un homme mort ou autant vaut (Ac.1798)) ou supralexicaux (si tant est que, tant et si bien que, tant que, etc.). Elle consiste donc dans un premier temps à étudier l’ensemble des emplois de tant en français dans une optique diachronique, autrement dit  de tous les emplois supposés dérivés de l'étymon latin tantus, et a comparer les valeurs sémantiques de ces lexèmes ; d’envisager les relations existantes entre tous ces mots ; de comprendre le devenir de tant comme morphème lié impliqué dans la construction de lexèmes comme tantôt ou pourtant ; d’établir la réalité de lignes de continuité sémantique incompatibles avec un scénario d'éclatement homonymique. Elle consiste dans un second temps à aborder les mêmes données dans le cadre d’une définition plurisémiste du sens lexical et non-atomiste du lexique selon laquelle le lexique n’est pas formé d’unités lexicales isolées les unes des autres mais de complexes sémantiques associant une unité porteuse de signification, et des  unités porteuses de sens et plurisémiques  correspondant aux unités lexicales au sens habituel. La thèse détaille la méthode à utiliser pour isoler le présupposé morphémique et pour tester sa capacité à fonctionner comme instruction sémantique indépendamment de la nature catégorielle des emplois du morphème tant. Elle repose dans les deux cas sur la constitution et l’analyse d’un corpus comprenant des centaines d’emplois de chaque lexème du complexe sémantique de tant.