" Soutenance de thèse de Francesco STELLA. | Université d'Orléans

Université d'Orléans

Soutenance de thèse de Francesco STELLA.

24/11/2017 - 14:00 - 24/11/2017 - 18:00

URL: http://www.univ-orleans.fr/actus/soutenances

Nom du contact: Etudes Doctorales

Courriel du contact: etudes.doctorales@univ-orleans.fr

Lieu: Amphithéâtre Blaise - Polytech’Orléans - rue Léonard de Vinci - campus UNIVERSITÉ

Titre : Caractérisation d’un décollement turbulent sur une rampe : entraînement et lois d’échelle.

Discipline : Mécanique des Fluides

ECOLE DOCTORALE EMSTU

Résumé :

Les décollements turbulents massifs sont des phénomènes communs qui peuvent causer des pertes et de nui-sances aérodynamiques importantes dans les écoulements industriels, par exemple à l’arrière d’une aile d’avion. Ce travail contribue à leur compréhension par l’analyse phénoménologique d’un décollement turbulent prototype, représentatif d’un grand nombre d’écoulements réels. Premièrement, l’étude vise à identifier les lois d’échelle des décollements turbulents, notamment en ce qui concerne les effets des caractéristiques de l’écoulement à l’amont de la rampe. Un deuxième objectif est l’analyse, à grande et à petite échelle, des mécanismes de transport de fluide qui pilotent le fonctionnement des décollements. A cet effet, une approche originale est proposée, basée sur une description expérimentale et analytique de la couche cisaillée décollée (typique des décollements) et des interfaces turbulentes qui la délimitent. Nos résultats suggèrent que les lois d’échelle du décollement varient de façon complexe selon l’interaction de la couche limite à l’amont, de la couche cisaillée et de l’écoulement potentiel extérieur. La taille du décollement est liée à l’intensité de l’entraînement turbulent de masse dans la couche cisaillée, qui à son tour dépend de la turbulence dans la couche limite, bien à l’amont du point de décollement. Cette dépendance pourrait être valide sur toute la gamme d’échelles turbulentes responsables du transport de masse. Ces observations étayent le rôle de la couche cisaillée dans le fonctionnement des décollements massifs et suggèrent la faisabilité de stratégies de contrôle nouvelles, de type feedback ou feed-forward, basée sur l’en-trainement turbulent.