" Soutenance de thèse de Jordan BELLO. | Université d'Orléans

Université d'Orléans

Soutenance de thèse de Jordan BELLO.

21/03/2019 - 13:30 - 21/03/2019 - 17:00

URL: http://www.univ-orleans.fr/actus/soutenances

Nom du contact: Etudes Doctorales

Courriel du contact: etudes.doctorales@univ-orleans.fr

Lieu: Amphithéâtre - Bâtiment Recherche - 5 rue de Carbone - campus UNIVERSITÉ

Titre : Réactions à la contrainte hydrique des chênes sessiles et pins sylvestres en fonction de la sylviculture : étude de la croissance secondaire et de l’utilisation de l’eau.

Discipline : Biologie Forestière

ECOLE DOCTORALE SSBCV

Résumé :

Pour faire face aux changements climatiques plusieurs solutions sylvicoles sont envisagées, dont le mélange des essences et la diminution de la densité. Les principaux objectifs de la thèse étaient d’isoler les processus déterminants la croissance et d’identifier les mécanismes sous-jacents de ces stratégies sylvicoles (mélange - densité) (1) sur les ressources hydriques disponibles, et en contexte de sécheresse estivale sur (2) la croissance et la résistance des individus, (3) la complémentarité entre les deux essences sur la profondeur d’acquisition de l’eau et (4) le maintien de la densité de flux de sève (Fd).  Le chêne sessile (Quercus petraea (Matt.) Liebl.) et le pin sylvestre (Pinus sylvestris L.) ont été utilisés dans ce travail de thèse en s’appuyant sur le dispositif OPTMix. La stratégie fonctionnelle des chênes, grâce au maintien de la conductance stomatique plus important de cette essence, entraîne une vitesse de retrait de la nappe et une diminution de l’eau disponible plus importantes que celles des pins. Elle lui permet également d’augmenter sa résistance à la sécheresse en mélange. L’effet positif du mélange sur la croissance des chênes n’est pas observé dans les densités faibles. Le pin ne présente pas cette interaction mélange - densité.  La complémentarité partielle de l’acquisition de l’eau entre les deux essences en mélange diminue le stress des chênes sans influer sur celui des pins. Cela ne s’est pas traduit sur la Fd qui ne dépend pas de la composition. Néanmoins, le cumul des périodes de contrainte diminuait davantage la Fd des chênes que celle des pins.  L’interaction des deux stratégies sylvicoles en contexte de sécheresse estivale ne semble bénéfique que pour le chêne.