" Soutenance de thèse de Justyne FEAT. | Université d'Orléans

Université d'Orléans

Soutenance de thèse de Justyne FEAT.

19/12/2018 - 10:30 - 19/12/2018 - 14:00

URL: http://www.univ-orleans.fr/actus/soutenances

Nom du contact: Etudes Doctorales

Courriel du contact: etudes.doctorales@univ-orleans.fr

Lieu: Auditorium Charles Sadron - 3E avenue de la Recherche Scientifique - campus CNRS Orléans

Titre : Toxicité cellulaire d’un herbicide organophosphoré, le glufosinate d’ammonium, et de son principal métabolite. Induction d’un stress oxydatif et modifications des voies de différenciation sur un modèle murin in vitro de culture primaire de cellules souches neurales.

Discipline : Neurosciences

ECOLE DOCTORALE SSBCV

Résumé :

Le glufosinate d’ammonium (GLA) est un herbicide organophosphoré couramment utilisé en agriculture. De nombreux cas d’ingestions intentionnelles ont mis en évidence sa neurotoxicité. Cependant, ses effets sur le neurodéveloppement ont peu été étudiés. Or, le cerveau est une cible importante du GLA en raison de son homologie de structure avec le glutamate, principal neurotransmetteur excitateur du système nerveux central. Des résultats précédents du laboratoire ont permis de montrer qu’une exposition périnatale à de faibles doses de GLA induisait des perturbations de la neurogenèse et de la migration des neuroblastes au niveau de la zone sous ventriculaire vers les bulbes olfactifs. Ces modifications sont associées à l’apparition de troubles ressemblant au spectre autistique dans la descendance. Cette thèse s’inscrit dans la continuité de ses travaux en abordant les aspects cellulaires et moléculaires mis en jeux lors d’une exposition précoce au GLA. Etant donné que nous sommes continuellement exposés aux pesticides et à leurs métabolites, nous avons étudié en parallèle les effets du principal métabolite du GLA, l’acide 4-méthylphosphinyl-2-oxo-butanoïque (PPO). La mise en place d’un modèle in vitro de culture primaire de cellules souches neurales issues de la zone sous-ventriculaire de souris a permis l’analyse des effets neurotoxiques du GLA et du PPO. Les résultats montrent une induction d’un stress oxydatif impliquant le système glutamatergique et associé à une perturbation de l’homéostasie calcique. De plus, le GLA et le PPO interfèrent avec la formation de l’épithélium épendymaire et induisent une perturbation dans la différenciation neurogliale des cellules souches neurales, sans influencer leur capacité de croissance ou de prolifération. L’ensemble des données de cette thèse met l’accent sur l’intérêt d’étudier les mécanismes cellulaires et moléculaires liés à la neurotoxicité des substances actives des pesticides, des métabolites de ces mêmes pesticides, mais également des mélanges substances actives-métabolites auxquels nous sommes continuellement exposés dans notre environnement.