" Soutenance de thèse de Loïc HABERT. | Université d'Orléans

Université d'Orléans

Soutenance de thèse de Loïc HABERT.

26/11/2018 - 14:00 - 26/11/2018 - 18:00

URL: http://www.univ-orleans.fr/actus/soutenances

Nom du contact: Etudes Doctorales

Courriel du contact: etudes.doctorales@univ-orleans.fr

Lieu: Auditorium Charles Sadron - 3E avenue de la Recherche Scientifique - campus CNRS Orléans

Titre : Synthèse et étude de la réactivité d’ynamides. Application pour la synthèse de composés azotés d’intérêts biologiques.

Discipline : Chimie organique

ECOLE DOCTORALE SSBCV

Résumé :

Compte tenu de l’omniprésence des hétérocycles azotés dans de nombreux produits bioactifs, le développement de méthodologies efficaces pour y accéder et les fonctionnaliser constitue un objectif majeur en chimie. Les ynamides représentent des châssis moléculaires intéressants permettant l’accès à divers hétérocycles azotés ou oxygénés. Notre objectif a consisté à étudier la réactivité des ynamides afin de synthétiser des petites bibliothèques de molécules d’intérêt biologiques à partir d’un squelette commun. La mise en oeuvre de méthodologie innovante a été nécessaire en s’attachant à respecter les principes suivants : économie d’atomes, processus catalytique, synthèse en peu d’étapes avec un contrôle de la chimio- et de la régiosélectivité. Dans un premier temps, nous avons étudié la réaction de carbozincation d’ynamides permettant l’accès à divers énamides diversement substitués. Par la suite, l’étude de la réaction de cycloisomérisation des yne-carbamates nous a permis le développement de deux méthodologies avec des sels de zinc (II) ou de rhodium (II) permettant l’accès aux noyaux oxazolones et à ses dérivés. Nos projets se sont ensuite orientés vers l’étude de l’intermédiaire ion cétèniminium, accessible via une activation acide de l’ynamide. Le développement de deux méthodes d’accès aux noyaux 3-amino-isocoumarines a pu être réalisé via l’ajout d’acide de Lewis ou de Brønsted ou via une cyclisation électrophile. Pour finir, un processus tandem de couplage/cycloisomérisation/addition nucléophile a été mis en place afin d’accéder aux noyaux 1H-isochromène.