" Soutenance de thèse de Réda MARAKBI. | Université d'Orléans

Université d'Orléans

Soutenance de thèse de Réda MARAKBI.

28/11/2018 - 14:00 - 28/11/2018 - 16:00

URL: http://www.univ-orleans.fr/actus/soutenances

Nom du contact: Ecole Doctorale Sciences de l'Homme et de la Société

Courriel du contact: edshs@univ-orleans.fr

Lieu: Salle des thèses - UFR Collegium Droit, Economie, Gestion - rue de Blois - campus UNIVERSITÉ

Titre : Institutional Quality, Fiscal Efficiency and Macroeconomic Performance.

Discipline : Sciences Economiques

ECOLE DOCTORALE SCIENCES DE L'HOMME ET DE LA SOCIETE

Résumé :

Ces dernières années, un grand nombre de travaux ont souligné la primauté des institutions dans les processus de croissance et de développement. Dans la lignée de cette littérature, cette thèse se propose d’étudier les conséquences macroéconomiques de deux phénomènes traduisant une qualité institutionnelle dégradée : la corruption et l’évasion fiscale. Ainsi, dans le chapitre 1, nous analysons comment la qualité institutionnelle affecte de manière non-linéaire la relation entre la corruption et la croissance. Nous identifions deux canaux à travers lesquels un double effet positif et négatif peut apparaître dans un régime de second best, conditionnellement au niveau de qualité des institutions, à savoir l’investissement privé et les dépenses publiques. Dans le chapitre 2, nous prolongeons l’analyse initiée au chapitre 1 pour étudier les interactions entre la corruption fiscale, le seigneuriage et l’inflation. Nous montrons que le seigneuriage est un instrument de politique monétaire qui permet de réduire la corruption et que la corruption augmente le taux de seigneuriage optimal. Le chapitre 2 suggère également l’existence de non-linéarités entre la corruption et l’inflation. Dans le prolongement du chapitre 2, le chapitre 3 confirme empiriquement l’existence d’une relation en U entre la corruption et l’inflation. Enfin, nous examinons au chapitre 4 comment l’évasion fiscale affecte la dynamique d’accumulation de la dette publique. Nous montrons que la relation se caractérise par une courbe en U dans les économies à forte croissance et qu’elle est négative dans les économies à faible croissance. Nous montrons également qu’en fonction du comportement du gouvernement à l’égard de l’évasion fiscale, des situations d’instabilité agrégée peuvent apparaître conduisant à l’émergence de cycles-limites.