" Soutenance de thèse de Thomas POITRENAUD. | Université d'Orléans

Université d'Orléans

Soutenance de thèse de Thomas POITRENAUD.

16/05/2018 - 14:00 - 16/05/2018 - 18:00

URL: http://www.univ-orleans.fr/actus/soutenances

Nom du contact: Etudes Doctorales

Courriel du contact: etudes.doctorales@univ-orleans.fr

Lieu: Amphithéâtre de l’ISTE - 1A rue de la Férollerie - campus CNRS Orléans

Titre : Le gisement périgranitique à W-Au de Salau (Pyrénées, France) histoire polyphasée d’un système minéralisé tardi-varisque.

Discipline : Sciences de la Terre et de l'Atmosphère (Métallogénie)

ECOLE DOCTORALE EMSTU

Résumé :

La chaine varisque ouest-européenne est une vaste province métallogénique qui abrite une large diversité de minéralisations. Une grande partie d’entre elles ont fait l'objet d'exploitations historiques, à l'instar de Salau (Pyrénées Centrales), le plus important gisement de tungstène français. Les résultats de terrain combinés aux études minéralogiques et géochimiques convergent pour montrer qu'il existe deux types de minéralisations superposées : (1) un skarn à silicates calciques, rare scheelite fine et sulfures disséminés ; (2) une brèche filonienne à sulfures massifs (pyrrhotite et chalcopyrite dominante), or et abondante scheelite grossière qui a constitué l’essentiel du minerai exploité. Cette brèche se localise dans des zones de cisaillement ductile-fragile (faille Véronique) recoupant la granodiorite. Les datations U/Pb sur zircon, apatite et scheelite situent le skarn contemporain de l'intrusion de la Fourque à 295±2 Ma alors que la brèche à sulfures massifs se forme environ 6 Ma après, à 289±2 Ma. Ces minéralisations, issues de deux intrusions successives (granodiorite puis leucogranite), s’inscrivent dans l'évolution d'un modèle Intrusion Related Deposit. La mise en place de la brèche à forte teneur en or-scheelite est initiée par la focalisation progressive de la déformation régionale dans la Zone axiale des Pyrénées au sein de failles E-W dextres inverses. L'origine de l'or à l'échelle des Pyrénées pourrait s'expliquer en partie par une large répartition de ces minéralisations à forte teneur. La carte de paléo-températures RSCM a permis de localiser d’autres intrusions non affleurantes en étendant le district minéralisé sur plus de 7 km jusqu’à l’indice à W-Au d’Aurenère en Espagne.