Université d'Orléans

Les autres infections sexuellement transmissibles (IST)

 

 

 

Les IST les plus connues sont le VIH/Sida, les hépatites B et C, l’herpès, la blennorragie gonococcique, les chlamydioses, la syphilis et les papillomavirus.
Depuis quelques années le nombre de personnes atteintes d’infections sexuellement transmissibles augmente, notamment pour les blennoragies et infections à chlamydiae.

Herpès, blennorragie gonococcique, chlamydioses, syphilis ou papillomavirus, les signes de ces infections sexuellement transmissibles peuvent être peu visibles, voire absents. La transmission peut donc se faire à l’insu des personnes infectées, ce qui justifie la mise en œuvre d’un dépistage précoce.

La plupart de ces IST se soignent facilement. Non traitées, elles peuvent néanmoins entraîner de graves complications.

Ainsi, une infection à chlamydiae non traitée peut entraîner stérilité et grossesses extra-utérines, alors que son traitement est court et efficace. La gonococcie est également susceptible de provoquer des infections génitales hautes (utérus et trompes) si elle n’est pas bien soignée.

La présence d’une IST, même bénigne, favorise la transmission du VIH.

Consulter le site Info-ist

  • La prévention

La prévention des IST, dans tout type de relations sexuelles, repose sur :

    • l’utilisation du préservatif, masculin ou féminin pour chaque rapport sexuel et avec chaque partenaire dont on ne connaît pas le statut en termes de contamination par le VIH ou les autres IST
    • un dépistage régulier des IST comme du VIH lorsqu’on a plusieurs partenaires et à chaque fois que l’on souhaite arrêter le préservatif avec un nouveau partenaire régulier

Enfin, lorsqu’on découvre qu’on est infecté par une IST, il est important de respecter la durée du traitement prescrit par le médecin et de prévenir son ou ses partenaires afin qu’ils puissent également se faire dépister et traiter le cas échéant.

  • Le dépistage

Les tests de dépistage peuvent être prescrits par le médecin traitant, le gynécologue, le dermato-vénérologue en ville ou effectués dans les consultations de dépistage anonyme et gratuit (CDAG), les centres d’information de dépistage et de diagnostic des IST (CIDDIST), les centres d’interruption volontaire de grossesse (IVG), et les centres de planification ou d’éducation familiale (CPEF).

Compte tenu de la fréquence de l’infection à chlamydiae, le dépistage de cette infection est recommandé chez toutes les femmes de moins de 25 ans et tous les hommes de moins de 30 ans. Le dépistage de la syphilis fait également l’objet de recommandations particulières chez les hommes ayant des rapports sexuels avec des hommes, les migrants, les personnes prostituées et leurs clients et les personnes détenues.

 

Source : http://www.sante.gouv.fr/les-autres-infections-sexuellement-transmissibles-ist.html