Université d'Orléans

Où, quand et pourquoi se faire dépister du VIH ?

C - Où, quand et pourquoi se faire dépister du VIH ?

21 octobre 2014

 

Qu’est-ce que le dépistage du VIH ?

Le test de dépistage du VIH permet de savoir si l’on a été ou non contaminé par le VIH, par la détection de la présence ou de l’absence de certains anticorps dans le sang.

Le dépistage est une démarche personnelle : il ne peut être fait qu’à la demande de la personne ou avec son accord, s’il lui est proposé. Il s’agit d’un acte confidentiel, protégé par le secret médical.

C’est souvent le médecin traitant qui propose de faire un test de dépistage. S’il ne vous le propose pas, n’hésitez pas à lui en parler. Il répond à vos questions si besoin, rédige une ordonnance pour le test qui permet de se rendre dans un laboratoire d’analyses médicales. Dans ce cas, le dépistage est remboursé à 100% par la sécurité sociale.

Si vous faites une démarche spontanée dans un centre de dépistage anonyme et gratuit (voir section « Où se faire dépister ? »), un médecin examine votre situation avec vous lors d’une consultation de dépistage, puis vous prescrit des tests de dépistage adaptés. Il répond à vos questions si besoin.

Dans les deux cas, les résultats vous sont remis et expliqués par le médecin :

  • Un résultat « positif » signifie que la personne a été infectée. Une prise en charge lui est alors proposée.
  • Un résultat « négatif » signifie que la personne n’a pas été infectée (à condition qu’elle n’ait pas pris de risque au cours des 6 semaines précédant le test). Attention : un test dont le résultat est négatif ne protège pas d’une éventuelle contamination future par le VIH, si les précautions nécessaires de prévention ne sont pas prises.

Depuis 2011, certaines associations ou structures de prévention proposent un dépistage par test rapide d’orientation diagnostique (TROD) qui donne un résultat en moins de 30 minutes. Un résultat TROD positif nécessite une confirmation par un test de laboratoire.

Enfin, les autotests de dépistage du VIH sont directement réalisés par l’intéressé sans recours à une tierce personne. Un autotest VIH salivaire a été autorisé aux Etats-Unis en 2012. Mais à ce jour, il n’existe aucun autotest marqué CE sur le marché européen. En attendant leur commercialisation en France, l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) a mis en garde les usagers contre les autotests non marqués CE vendus sur internet.

Consultez la mise en garde de l’ANSM relative à la vente d’Autotests VIH sur Internet (Communiqué du 12/02/2014).

 

Pourquoi se faire dépister du VIH ?

Même en dehors des cas nécessitant une consultation en urgence, il ne faut jamais hésiter à faire un dépistage du VIH, quelle que soit la raison qui conduit à penser qu’elle est nécessaire :

• Crainte d’avoir pris un risque et d’être atteint par le virus. Il peut s’agir d’une inquiétude globale, liée au mode de vie de la personne dans son existence actuelle ou passée, ou bien d’une crainte par rapport à une situation à risque plus précise.

• Dans une relation de couple, désir d’être certain, de part et d’autre, de ne pas être atteint par le VIH, afin de pouvoir par exemple abandonner l’utilisation du préservatif.

• Besoin de se rassurer et de se conforter pour maintenir ses conduites préventives habituelles.

• Projet de grossesse.

Dans chacune de ces situations, il ne sert à rien d’attendre : il y a des questions à poser, des conseils à rechercher, des informations médicales à obtenir. Faire un dépistage permet le plus souvent de lever l’inquiétude et aide, si nécessaire, à compléter ses connaissances sur les pratiques de protection recommandées.

Faire une démarche de dépistage, c’est, en cas de résultat positif, pouvoir bénéficier d’un traitement et aussi pouvoir être informé(e) et encouragé(e) à protéger son (sa) (ses) partenaire(s) en adoptant les moyens de prévention nécessaires.

Le Sida est désormais diagnostiqué en majorité chez des personnes qui ignoraient leur séropositivité et n’ont pas pu bénéficier d’une prise en charge précoce.


Quand se faire dépister ?

Le délai pour que le résultat négatif soit sûr est de 6 semaines après la prise de risque pour un test classique et de 3 mois pour un TROD ou un autotest.

 

Où se faire dépister ?

Pour un dépistage anonyme, gratuit et sans prescription, on peut se rendre dans une Consultation de Dépistage Anonyme et Gratuit (CDAG).

  • Le CDAG le plus proche :
    - Hôpital Porte Madeleine, Grand Dispensaire d'Orléans, cloïtre - escalier A, 1er étage 02 38 74 45 54
    Dépistage : sans rendez-vous du lundi au vendredi de 10h00 à 17h30
    Consultation spécialisée sur rendez-vous.

 - Hôpital de la Source, service des maladies infectieuses et tropicales, nouveau batiment - rez de chaussée - Point orange 02 38 51 43 61
Dépistage : sans rendez-vous du lundi au vendredi de 09h00 à 16h30

  • Ou renseignez-vous au téléphone auprès de Sida Info Service au 0 800 840 800 ;
  • Ou encore auprès de l’agence régionale de santé (ARS) de votre région.

 

Dans tous ces centres, il n’y a rien à payer et aucune pièce d’identité à apporter. On peut y aller même si on n’est pas assuré par la sécurité sociale. Les coordonnées de tous les centres de dépistage VIH/Sida de France Métropole et Outre-mer) sont disponibles ici.

Certaines associations ou structures de prévention proposent un dépistage anonyme par TROD. Pour les associations concernées, se renseigner auprès de l’ARS de votre région.

Pour un dépistage en laboratoire de ville (payant et non anonyme), il est demandé une prescription délivrée par un médecin généraliste ou spécialiste.

Dans d’autres structures de santé, le dépistage n’est pas anonyme, mais il reste gratuit et, bien sûr, protégé par le secret médical.

Plus généralement, on peut se rendre dans toutes les structures de santé pour obtenir des informations ou des conseils. Un personnel formé accueille et explique comment se passe le dépistage.

Lieux d’information, d’écoute, d’orientation et de soutien

Sida Info Service 0.800.840.800

Fil Santé Jeunes 0.800.235.236

Sida Info Droit 0.810.636.636

Drogues Info Service 0.800.23.13.13

 

Informations sur le dépistage des autres IST

Consultez le dossier Infections sexuellement transmissibles (IST).

Source 
Direction générale de la santé 
Sous-direction Prévention des risques infectieux 
Bureau Infections par le VIH, IST et hépatites 
14, avenue Duquesne 
75007 Paris

 

D - Exposition accidentelle au VIH ou défaillance dans les pratiques de prévention

21 octobre 2014

Une exposition accidentelle au VIH ou une défaillance dans les pratiques de prévention nécessitent une consultation dans les heures qui suivent.

Il peut survenir des accidents ou des défaillances dans les pratiques de prévention précédemment citées, par exemple :

  • Rupture d’un préservatif au cours d’une relation sexuelle avec un/une partenaire de statut sérologique inconnu ou se sachant séropositif ;
  • Blessure accidentelle avec un objet souillé de sang (notamment pour les professionnels de santé) ;
  • Partage de seringue ou de matériel de préparation à l’occasion d’une injection de drogue.
  • Des situations de violence au cours desquelles une personne est contrainte à avoir des relations sexuelles (viols, agressions sexuelles).

Si vous pensez avoir été exposé(e) à un risque de contamination lors d’une de ces situations, alors, dans les heures suivant l’exposition au risque : rendez-vous le plus tôt possible au mieux dans les 4 heures et sans dépasser un délai de 48 heures, au service des urgences, si possible avec la personne avec laquelle vous avez pris le risque. Un médecin examinera la situation avec vous et vous conseillera.

Même si, à ce moment-là, aucun test ne permet encore de diagnostiquer une infection par le VIH, on pourra, selon le niveau de risque auquel vous avez été exposé(e), soit vous prescrire, avec votre accord, un traitement préventif d’une durée d’un mois (Prophylaxie post-Exposition), afin d’essayer d’éviter une contamination possible par le VIH, soit engager une démarche de diagnostic précoce.

En cas de doute, n’hésitez pas à contacter :

• Sida Info Service au 0 800 840 840 ou www.sida-info-service.org

• Hépatites Info Service au 0 800 845 800 ou www.hepatites-info-service.org

Ces numéros de téléphone sont des numéros verts (appel anonyme, confidentiel et gratuit à partir d’un poste fixe).

Pour en savoir plus :

Brochure INPES Primo-infection par le VIH : 1 prise de risque, 4 réflexes pour agir (homosexuels).
Les 4 réflexes pour agir en cas de prise de risque (rapport non protégé, rupture de préservatif, éjaculation dans la bouche, etc.).

Carte postale INPES VIH Traitement Post-Exposition (homosexuels) : En cas d’exposition possible au VIH, vous avez 48 heures pour tenter de vous en sortir..

Lieux d’information, d’écoute, d’orientation et de soutien

Sida Info Service 0.800.840.800

Fil Santé Jeunes 0.800.235.236

Sida Info Droit 0.810.636.636

Drogues Info Service 0.800.23.13.13

Source
Direction générale de la santé
Sous-direction Prévention des risques infectieux
Bureau Infections par le VIH, IST et hépatites
14, avenue Duquesne
75007 Paris