" PRINTEMPS DE L'ART ETUDIANT "L'ART RECYCLE" [LGB # installation - du 17 au 27/04] | Université d'Orléans

Université d'Orléans

PRINTEMPS DE L'ART ETUDIANT "L'ART RECYCLE" [LGB # installation - du 17 au 27/04]


Organisateurs: Service culturel

URL: http://www.lebouillon.fr

Nom du contact: Florenza Vernier

Courriel du contact: centre.culturel@univ-orleans.fr

Téléphone du contact: 02 38 49 24 24

Lieu: Le Bouillon

PRINTEMPS DE L'ART ETUDIANT : "L'art recyclé"

11ème édition

Exposition des oeuvres sélectionnées du concours arts plastiques

Entrée libre

VERNISSAGE - mardi 24 avril 2018 - 18h
..........................................................................................................................................................
Le CROUS Orléans-Tours et l'université de Tours organisent chaque année un concours d’arts plastiques Le Printemps de l'Art Étudiant. Le thème de cette onzième édition est « Art recyclé ».
Ouvert à toutes les formes d’arts plastiques (peinture, dessin, photographie, sculpture…), ce concours est proposé à tous les étudiants de l’académie Orléans-Tours.
Sous la présidence de Carole Marchais, artiste plasticienne en résidence à l’université de Tours cette année, le jury s'est réunie le 6 février dernier pour sélectionner :
> les 3 oeuvres primées, avec comme 1er prix un chèque-cadeau de 200€ ;
> les oeuvres qui font l’objet de cette exposition itinérante.

Les lauréats de ce concours ont été révélés au public et se sont vus remettre leur prix lors du vernissage de l’exposition le lundi 12 février dernier.

Les oeuvres ont déjà été exposées :
> Lundi 12 février : vernissage de l’exposition et remise des prix - Hall de Thélème - Site des Tanneurs - Université de Tours
> du 12 au 23 février : Hall de Thélème - Site des Tanneurs - Université de Tours
> du 27 février au 9 mars : Maison de l’Etudiant - Site de Grandmont - Université de Tours
> du 9 au 16 mars : Lounge de la faculté de Pharmacie - Site de Grandmont - Université de Tours
> du 20 au 30 mars : Restaurant universitaire - Site du Plat d’Etain - Université de Tours
> du 3 au 13 avril : Restaurant universitaire La Gabare - Site de Blois - Université de Tours
> du 17 au 27 avril : Le Bouillon - Université d’Orléans

Elles poursuivront leur route du 2 au 18 mai au Restaurant Universitaire Lahitolle - Université d’OrléansSept oeuvres sont exposées :
Le Géant recyclé, de Sébastian ELGARFART (L2 Lettres modernes, université d’Orléans)
Le Triptyque recyclé, d'Iris MA (Interne cardiologie UFR médecine universtié de tours)
L'esprit de la forêt, d'Egle PETKEVICIUTE (LEA, université F. Rabelais de Tours)
La comptine de l'éveil, de Sébastian ELGARFART (L2 Lettres modernes, université d’Orléans)
Eclosion, de Dorothée TROTIER (L2 Psychologie, université F. Rabelais de Tours)
L'âme du tronc d'arbre, d'Egle PETKEVICIUTE (LEA, université F. Rabelais de Tours)
Psychédéléspray, de Justin CHENOUN (BTS 2, ESTACOM, parcours ETIC)    

Le Géant recyclé
L’oeuvre est composée de tirages photographiques reliés, et celle-ci est suspendue par un cintre.
Elle doit être placée en haut. Elle doit être placée en hauteur ; de sorte que l’on puisse la regarder de face.

L’esprit de la forêt
L’idée principale derrière mon travail est que nous prenons les choses de la nature, les utilisons dans l’industrie de la production, et les mêmes produits se transforment finalement en déchets. Je veux montrer que le processus inverse est également possible. Nous pouvons prendre des déchets et en créer quelque chose : cela peut être quelque chose utile ou simplement beau. Cela peut être notre façon d’honorer les dons que la nature nous fournit. Je crois que même une poubelle peut devenir de l’or entre de bonnes mains. Je vois l’art du recyclage comme l’un des nombreux exemples de cercle de la vie. Cette oeuvre a été faite principalement de publicités, de quelques emballages de nourriture en carton et de restes de papier d’emballages laissés après Noël. Les seules choses que j’ai achetées sont la colle et le masque en plastique.
Cette sculpture a été réalisée en utilisant les publicités, le papier aluminium, le carton et le papier mâché.

La comptine de l’éveil
L’oeuvre doit se retrouver posée à plat. Les deux punaises jaunes doivent être à l’intérieur de la mini-poubelle en carton et celle-ci ne doit pas dépasser le cache intérieur de la sculpture, c’est-à-dire la porte du ciel afin que la baigneuse au-dessus se retrouve avec les mains tendues en son intérieur (chute à venir).
Une autre baigneuse, sur la gauche, plus imposante, se situe ainsi à la bordure d’une piscine, toujours dans un mouvement de chute libre.
Des oiseaux sont pris au piège dans un filet, tandis qu’un autre, isolé en hauteur, une larme à l’oeil, assiste à la scène. Ici, ils n’ont ni pattes, ni ailes et ni plumes et semblent vidés des éléments qui les distinguent.

Psychédéléspray
L’oeuvre se nomme Psychédéléspray. C’est une bombe de peinture vide destinée à aller à la poubelle qui est recyclée en objet décoratif.
Elle est composée de deux couleurs de fond, un bleu clair et un rose soutenu recouvert d’un motif noir onduleux. Aux deux tiers bas se trouve une cartouche rectangulaire dans lequel on trouve la signature du créateur.
L’oeuvre évoque l’idée de repeindre le monde comme chacun l’entend à l’aide d’une bombe de peinture qui peint ce qu’on lui demande. Inspirée par le néo psychédélisme, l’oeuvre fait appel à un monde qu’on ne voit pas et que chacun peut révéler par son propre imaginaire et jardin secret. Certains y verront des cheveux, d’autres des vagues, et d’autres le mouvement de l’eau et bien d’autres choses.

Eclosion
Techniques : sculpture (fil d’acier, papier mâché, collage, plastique découpé) et peinture (acrylique et peinture vitrail).
Trois « recyclages » interviennent dans cette proposition.
D’abord, le choix des matériaux s’est porté sur des éléments récupérés et réutilisables (réintroduire les déchets dans le cycle de production étant la définition même du recyclage)
Ensuite, cet arbre ne vous fait-il pas penser à une oeuvre célèbre ? C’est donc un art recyclé dans une autre forme et un autre but. L’arbre est un symbole de vie, d’environnement, de nature, et plus encore. Ce projet à visée communicative devait être explicite et compris par le plus grand nombre dans le but de sensibiliser à travers l’art, d’où ce choix figuratif.
Finalement, la nature même de l’art est questionnée. Le spectateur est invité à écrire et à laisser une part de lui-même dans ce projet ainsi, l’oeuvre trouve son apogée dans la performance du public. Le happening brouille les codes, à la limite de l’anti-art, il tente de supprimer toute frontière entre art et vie. Le public en mouvement tout comme l’oeuvre, est donc engagé dans cette démarche fédératrice et il devient alors parti prenant.
Une idée lancée, qui germe, le fer qui émerge, le public qui nourrit l’oeuvre originelle, la transforme et la transcende… une éclosion.

L’âme du tronc d’arbre
L’idée principale derrière mon travail est que nous prenons les choses de la nature, les utilisons dans l’industrie de la production, et les mêmes produits se transforment finalement en déchets. Je veux montrer que le processus inverse est également possible. Nous pouvons prendre des déchets et en créer quelque chose : cela peut être quelque chose utile ou simplement beau. Cela peut être notre façon d’honorer les dons que la nature nous fournit. Je crois que même une poubelle peut devenir de l’or entre de bonnes mains. Je vois l’art du recyclage comme l’un des nombreux exemples de cercle de la vie. Cette oeuvre a été faite principalement de publicités, de quelques emballages de nourriture en carton et de restes de papier d’emballages laissés après Noël. Les seules choses que j’ai achetées sont la colle et le masque en plastique.