University : Main content

Titre de page

FAQ et contact

Contenu de la page principale


Vous avez une question sur votre situation de santé relative au Covid-19 ? Consulter les procédures en cas de symptôme, en cas de test positif...

 

Si vous avez une question spécifique concernant le campus, contacter le référent : referent-covid-personnel@univ-orleans.fr

Si vous avez une question médicale spécifique, contacter un de nos médecins : medecin-covid19-personnel@univ-orleans.fr


Afin de répondre aux questions que chaque personnel peut se poser face à cette situation exceptionnelle, l’Université a mis en place cette Foire aux questions. La plupart des réponses génériques s’y trouvent mais prenez régulièrement connaissance des informations mises à jour sur le site de l’établissement et les réseaux sociaux.


Travail à distance : pour connaître les bonnes pratiques, téléchargez le document ci-dessous :
 

 


Si vous ne trouvez pas de réponse à votre question dans la FAQ, merci d'utiliser le formulaire disponible sous la FAQ


/ FAQ - Université d'Orléans /


1. L’établissement est-il ouvert ?


OUI. Des mesures fortes ont été prises pour freiner la circulation du virus et concilier les impératifs de protection des agents – qui constitue la priorité absolue - et des usagers et la continuité des services publics indispensables à la vie de la Nation.

 


2. Comment s’organise le recours au télétravail et l'organisation sur site ?


Le télétravail constitue dorénavant la règle pour l'ensemble des activités qui le permettent. Quand les missions peuvent être  totalement ou principalement exercées à distance, les agents doivent impérativement être placés en télétravail cinq jours par semaine, à leur domicile et rester à disposition de l’employeur.
Les agents appartenant à des directions ou des services dont les missions sont inscrites au plan de continuité de l’activité peuvent être requis par leurs supérieurs hiérarchiques pour exercer leur fonction en présentiel. Il est également nécessaire d’éviter des situations de travailleur isolé.

Concernant l’organisation sur site et l’activité en présentiel, il est précisé que :

  • Les réunions en audio et/ou en visio-conférences doivent constituer la règle. Les réunions en présentiel à plus de six personnes, sauf dérogation exceptionnelle, sont également interdites. La capacité d’accueil de la salle devra permettre le strict respect de la distanciation entre les personnes.
  • Les pièces doivent être aérées régulièrement ;
  • Les salles de convivialité sont fermées. Chaque agent a cependant la possibilité de déjeuner sur son poste de travail. Il est précisé qu’aucune salle ne doit être mise à la disposition de personnels ou d’usagers pour y déjeuner ;
  • Les déplacements professionnels doivent être limités au strict minimum nécessaire au bon fonctionnement des services.

 


3. Que dois-je faire si je suis identifié-e comme "cas contact à risque" ?


Pendant la durée nécessaire de l'isolement telle que définie par l'Assurance maladie selon le cas de figure (test positif, existence de symptômes ou non, attente du test), la personne identifiée comme «cas contact à risque» est placée en télétravail et à défaut, en autorisation spéciale d'absence.
L’agent doit transmettre à la DRH (drh.conges@univ-orleans.fr) le document transmis par les équipes du « contact tracing » de I'Assurance maladie. Le jour de carence ne s’applique pas aux cas contact à risque.

 


4. Que dois-je faire si je suis mon/ma conjoint-e est considéré-e comme "personne vulnérable" ?


L'ordonnance du 15 octobre 2020 du juge des référés du Conseil d'Etat n'a pas modifié l'état du droit sur ce point.
Le Conseil d'Etat a en effet considéré que le décret du 29 août 2020 pouvait mettre fin au bénéfice de l'activité partielle pour les salariés (et donc, par symétrie, des ASA pour les agents) cohabitant avec une personne vulnérable.


Les conjoints de personnes vulnérables sont donc soumis aux principes généraux et sont ainsi placés en télétravail toutes les fois où cela est possible. Lorsque leurs missions ne sont qu'accessoirement télétravaillables ou non télétravaillables, il convient de mettre en œuvre des conditions d'emploi aménagées, en particulier :

  • mesures barrière avec une hygiène des mains renforcée, le respect strict de la distanciation physique en milieu ouvert (à défaut port obligatoire du masque) et mise à disposition de masques chirurgicaux, qui devra le porter sur les lieux de travail, dans les transports en commun lors des trajets domicile-travail et lors de ses déplacements professionnels (durée maximale de port d'un masque : 4 heures) ;
  • aménagement du poste de travail : le poste de travail doit être isolé (bureau individuel ou respect de la distanciation physique) ou pour le moins aménagé (mise en place de protections, horaires aménagés avec décalage entre les arrivées et départs). Il doit être nettoyé régulièrement, et obligatoirement s'il est partagé. Il est rappelé que la présence d’un plexiglass ne dispense pas du port du masque, c’est un moyen de protection supplémentaire.

Se référer à la circulaire du 10 novembre 2020 relative à l'identification et aux modalités de prise en charge des agents publics civils reconnus personnes vulnérables.

 


5. Je dois assurer la garde de mon enfant ?


L’agent devant assurer la garde de leur enfant en raison de la fermeture de leur établissement d'accueil, de la classe ou de la section, ou encore lorsque leurs enfants sont identifiés par l'Assurance Maladie comme étant cas-contact de personnes infectées sont placés, lorsque le télétravail n'est pas possible, et, sur présentation d'un justificatif de l'établissement attestant que l'enfant ne peut être accueilli ou d'un document de l'assurance maladie attestant que l'enfant est considéré comme cas contact à risque, en autorisation spéciale d'absence (ASA).
L'âge limite des enfants pour lesquels ces autorisations d'absence peuvent être accordées est de 16 ans, aucune limite d'âge n'étant fixée pour les enfants handicapés.

Les agents contractuels de droit public dans la même situation bénéficient d'un arrêt de travail dérogatoire assorti d'indemnités journalières de sécurité sociale.

Ces autorisations spéciales d'absence ne s'imputent pas sur le contingent d'autorisation spéciale d'absence pour garde d'enfants habituel.
Cette mesure ne peut bénéficier  qu'à un des parents  à la fois. L'agent remettra à son employeur une attestation sur l'honneur qu'il est le seul des deux parents demandant à bénéficier de la mesure pour les jours concernés.

 


6. Mon activité est réduite pendant la période de crise sanitaire ?


Il convient d'organiser l'activité des agents concernés en combinant tous les dispositifs de droit commun: redéploiement temporaire sur d'autres fonctions, télétravail, modulation du temps de travail, dépôt de congés (congés annuels, jours de réduction du temps de travail ou jours de CET quand cela est possible).
Le recours aux autorisations spéciales d'absences n'est envisageable que si l'activité est entièrement impactée, et une fois les aménagements de droits communs mis en place (exemple d'activité d'accueil du public dans des sites fermés), mais ne saurait couvrir l'ensemble de la semaine : une présence minimale sur site doit être maintenue dans le cadre du redéploiement sur d'autres fonctions, et il ne peut s'agir que d'un régime d'ASA partiel.

 


7. Comment dois-je procéder pour déclarer ma situation administrative ?


Les personnels BIATSS doivent sélectionner une autorisation d’absence «COVID - travail à distance» (dans le logiciel de gestion des congés OHRIS) en vue de travailler depuis chez eux, si les modalités techniques et leur métier le permettent.

Pour les personnels BIATSS assurant leurs missions en présentiel, ils doivent sélectionner une autorisation d’absence « COVID- travail en présentiel » (dans le logiciel de gestion des congés OHRIS) par journée ou par ½ journée.

Pour tous les autres cas de figure (garder un enfant de moins de 16 ans…), les personnels BIATSS doivent sélectionner une autorisation d’absence « COVID - ASA » (dans le logiciel de gestion des congés OHRIS) en joignant un justificatif (attestation d’éviction de l’enfant, justificatif de l’établissement sur la fermeture…).

Pour les agents contractuels en garde d’enfant (point d) et qui ne peuvent exercer leur travail à distance, ils seront placés en arrêt de travail dérogatoire (saisir la rubrique COVID - Absence des personnels contractuels) assorti d’indemnités journalières de sécurité sociale en remplissant la déclaration de maintien à domicile – Coronavirus (https://declare.ameli.fr).

Ces demandes sont à poser chaque semaine ouvrée et à renouveler jusqu’à nouvel ordre.

Pour la délivrance des enseignements, les enseignants et enseignants chercheurs contribuent en distanciel à la mise en œuvre du Plan de Continuité Pédagogique.

 


8. Dois-je fournir une attestation d'assurance si je suis en travail à distance à mon domicile ?


Il n’est pas utile de demander une attestation d’assurance de votre domicile si vous êtes en situation de travail à distance.

Le décret n°2016-151 relatif aux conditions et modalités de mise en œuvre du télétravail dans la fonction publique et la magistrature ne fixe en effet aucune exigence en matière d’assurance du domicile d’exercice de l’activité en télétravail.

 


9. La campagne d'inscription au télétravail est-elle maintenue ?


OUI. La campagne d’inscription au télétravail se poursuit. Les demandes sont traitées au fil de l’eau. La situation sanitaire actuelle et le recours temporaire au travail à distance sur 5 jours imposé par celle-ci n’a pas vocation à perdurer sur l’année universitaire 2020-21.

 


10. Les agents peuvent-ils être accompagnés ?


OUI. Le dispositif de soutien psychologique pour les personnes fragiles, isolées ou qui le souhaitent est maintenu (la psychologue des personnels Mme CLECH, remplacée temporairement par Mme LAFFON, est à votre écoute pour vous accompagner).

 


11. Besoin d’informations ?


 


Vous n'avez pas trouvé la réponse à votre question ?
Merci de compléter le formulaire suivant 

Vous êtes :
Merci de préciser :
Information

Merci de saisir AU MOINS 1 élément parmi les 3 rubriques suivantes (composantes, laboratoires, services)

2 + 11 =
Trouvez la solution de ce problème mathématique simple et saisissez le résultat. Par exemple, pour 1 + 3, saisissez 4.
  En cochant cette case, vous consentez au traitement des données à caractère personnel fournies dans le présent formulaire afin d'obtenir des renseignements par rapport à la situation du COVID-19 à l'université d'Orléans.

Seuls les personnels chargés du traitement de votre demande seront destinataires des présents renseignements, qui sont limités à ce qui est strictement nécessaire à l'obtention de renseignement sur la situation du COVID-19 à l'université d'Orléans, finalité déterminée, explicite et légitime qui empêche tout traitement ultérieur incompatible.

Vos données personnelles seront conservées de manière sécurisée et ne seront accessibles par les services opérationnels que pendant le temps nécessaire à l’accomplissement de la finalité poursuivie lors de leur collecte, soit 6 mois.

Conformément au règlement européen 2016-679-UE du 27 avril 2016 et à la loi n°78-17 du 6 janvier 1978, vous disposez d’un droit de retrait de votre consentement.
Sur les mêmes fondements, vous disposez d’un droit d’accès, de rectification, et en cas de motifs légitimes de suppression, de limitation et d’opposition au traitement de vos données. Vous bénéficiez également du droit à la portabilité de vos données.

Pour l’exercice de ces droits ou pour toute question relative aux traitements de données, vous pouvez contacter le Délégué à la Protection des Données de l’Université d'Orléans : delegueprotectiondesdonnees@univ-orleans.fr     
Par ailleurs, vous pouvez, le cas échéant, introduire une réclamation auprès de la Commission Nationale de l’Informatique et des Libertés (CNIL).