Université d'Orléans

* Inflammation Pulmonaire - responsable : Isabelle Couillin

 modèles expérimentaux

projets

collaborations

       

Responsable d'équipe: Isabelle Couillin

Inflammations pulmonaires non infectieuses, fibroses et emphysèmes pulmonaires

Les pathologies pulmonaires sont actuellement en expansion, notamment la broncho-pneumopathie chronique obstructive (BPCO) et l'asthme allergique. Notre équipe a pour objectif de décrypter les mécanismes physiopathologiques de ces maladies l’aide de modèles chez la souris. Nos recherches visent à identifier les molécules endogènes libérées après endommagement du tissu pulmonaire, les senseurs membranaires, cytosoliques ou nucléaires capables de les reconnaitre, ainsi que les voies de signalisation impliquées lors de la mise en place des réponses innée et adaptative.

Nous utilisons des modèles expérimentaux de pathologies pulmonaires comme l’exposition à la fumée de cigarette ou à l’ozone, aux nanoparticules ou particules de diesel, ainsi que l’administration dans les voies respiratoires de bléomycine pour la fibrose pulmonaire ou de protéases pour l’asthme allergique ou d’emphysème pulmonaire.

Après identification du rôle primordial de l’interleukine (IL-)1ß et de l’inflammasome NLRP3, nous nous intéressons à définir celui de l’IL-33 et du facteur d'activation des cellules B (BAFF) à l‘interface entre immunité innée et adaptative. Nous étudions les fonctions émergeantes des inflammasomes canoniques (NLRP3, NLRP6) et non canoniques en lien avec l’influence du microbiote intestinal et pulmonaire sur l’inflammation pulmonaire. Nous analysons également le rôle des acides nucléiques du soi dans l’établissement des pathologies à travers l’activation de voies de signalisation intra-cytosoliques comme la voie cGAS-STING et les voies de signalisation des interférons de type I et III, dans ces pathologies. Nous étudions l’effet des polluants dans la régulation des réponses immunitaires à travers l’étude du rôle du récepteur d'hydrocarbures aryl (AhR) conduisant à la mise en place d’une réponse adaptative de type Th17/22. Une attention particulière sera accordée aux cellules épithéliales et endothéliales car la rupture de la barrière respiratoire est une caractéristique de ces pathologies, en fonction de nos études fonctionnelles et morphologiques.

Une meilleure compréhension de la pathogenèse et des phénomènes impliqués dans ces pathologies devrait permettre d'identifier et de valider certaines ligands ou récepteurs comme cibles thérapeutiques, pouvant servir de base à des tests de criblage pour sélectionner des molécules d'intérêt pharmacologique.

Mots clés: BPCO, Fibrose, Asthme, Inflammasome, Microbiote, IL-33, BAFF, IL-17, IL-22, IFN, NLRP3, NLRP6, STING, AhR.