Fils d'Ariane

University : Main content

Titre de page

Film de Création : Bad Girls des Musiques Arabes Du VIIIe siècle à nos jours

Contenu de la page principale

Projection gratuite pour tous, sur inscription.

Le Bouillon - Badgirls des musiques arables

Date -
Heure 20h00 - 22h00
Adresse

Rue de Tours - BP 6749
45067 ORLEANS LA SOURCE
France

Contact
Lien Projection gratuite sur réservation : https://www.billetweb.fr/projection-les-bad-girls-des-musiques-arabes-du-8e-sie…

Un film écrit et réalisé par Jacqueline Caux

avec les dessins de Samira Ahmadi Ghotbi
le oud de Yousra Dhahbi
la présence de Wazhma Tota Khil
et la voix de Johanna Nizard


Alors que tant de femmes, de par le monde, s’insurgent devant les fréquents manques de respect qu’elles doivent encore subir, j’ai souhaité réaliser ce film afin de rendre hommage à quelques - unes de ces musiciennes et poétesses arabes, qui auront été - au fil des siècles - et sont encore, des femmes qui auront déployé un courage immense pour revendiquer le respect qu’elles estimaient - et estiment toujours - leur être dû et pour faire triompher leur art, leur parole, leur talent, et leur féminité assumée !

Ce film montre également comment ces artistes ont pu, et peuvent encore refuser les diktats que la religion, la société et le groupe familial, ont voulu, et voudraient toujours leur imposer ? Comment elle se sont exprimées ? Comment elles s’imposent actuellement ? Comment se sont comportés leurs pères ? Qu’elles vies ont - elles menées ?
Dans le contexte actuel - où tant d’amalgames sont permis - il m’est apparu urgent et nécessaire de tenter de répondre à ces questions et de parler « autrement » de ces femmes - et de ces cultures - afin de pallier un peu à leur méconnaissance et à la défiance qu’inspirent nombre des pays dont elles sont issues.

Pour cela, j’ai retracé le parcours exemplaire, au fil des siècles, de plusieurs femmes musiciennes et poétesses particulièrement talentueuses : Djamila qui a vécu à Médine au VIIIe siècle où elle a fondé le premier conservatoire de musique pour femmes, dirigeant un orchestre de 150 femmes, Wallada qui vécue à Cordoue au XI e siècle, puis j’évoque les destins d’Oum Kalthoum, d’Asmahan, de Warda El Djazairia, de Cheikha Rimitti ainsi que le parcours actuel de la Oudiste Tunisienne Yousra Dhahbi et de la première rappeuse Egyptienne Soska.

Pour pallier aux images absentes de ces débuts des temps musicaux, j’ai travaillé avec les dessins de la jeune plasticienne Iranienne Samira Ahmadi Ghotbi, mêlés à des images réelles tournées dans le désert des Bardenas et à Cordoue, ainsi qu’à des archives vidéos et à des captations actuelles de Yosura Ghahbi et de Soska.