Fils d'Ariane

University : Main content

Titre de page

Descriptif de cours Licence Lettres semestre 4

Contenu de la page principale

Nom de l'enseignement Responsable(s) de l'UE Volume Horaire Code de l'UE ECTS COEFF
CM TD
Littérature de la Renaissance et de l’âge baroque

Nicolas LOMBART et Laure DEPRETTO

18 24 LLA4G10 5 5
Genre 2 : La poésie Stéphanie LOUBERE 18 24 LLA4G21 5 5
Littérature et arts Pierre-Alain CALTOT 18   LLA4G31 3 3
Introduction à la littérature comparée Gabriele RIBÉMONT 18 18 LLA4G41 4 4
Approche linguistique du texte littéraire Laélia VÉRON   24 LLA4G50 3 3
UEOI 15   2 2
LANSAD (1 choix) : 18 LLA4ANG 2 2
Anglais  
Espagnol LLA4ESP
UE de spécialisation insertion professionnelle (1 choix)    
Langue et littérature anciennes 2 Pierre-Alain CALTOT   24 LLA4G7A 3 3
Atelier d’actualités socioculturelles C. MORILLE 18   LLA4G7B1
UE de spécialisation (1 choix)
Stage d’observation en établissement scolaire Sylvie QUITTELIER   12 LLA4MF2 3 3
Expérience d’observation en institution culturelle Aude DÉRUELLE     LLA4G8A

 

 

Littérature de la Renaissance à l'âge baroque

Le CM aborde la littérature des débuts de la Renaissance à l’âge baroque dans son rapport à l’histoire des formes et des idées.
Fondé sur trois œuvres complètes et des florilèges d’extraits d’œuvres illustrant les genres majeurs de 1500 à 1650, le TD privilégie quant à lui l’analyse textuelle en combinant les approches rhétorique et historique.

Compétences visées :

  • Connaître les concepts clés associés à l’Humanisme, à la Renaissance, à la Réforme et à la Contre-Réforme, aux mouvements maniéristes et baroques.
  • Appréhender l’évolution (disparition/émergence) des genres littéraires de 1500 à 1650.
  • Être capable de faire dialoguer la littérature et l’histoire (politique et religieuse).
  • Initier à la méthode d’analyse des textes préclassiques.

Textes au programme :
Jean de Léry, Histoire d'un voyage faict en la terre du Brésil [1578], F. Lestringant (éd.), Livre de Poche, 1994.
Pierre Corneille, Le Cid [1637], éd. B. Donné, Flammarion, coll. « G.-F », 2009.

 


La poésie

Après avoir esquissé plusieurs définitions de la poésie et du poétique, le CM posera les notions de métrique/versification indispensables à l’analyse des poèmes, explorera les principales formes fixes, traitera des problématiques transversales propres à ce genre (le lyrisme, le langage poétique, les fonctions de la poésie…) et abordera finalement l’évolution des formes poétiques de la Renaissance à nos jours.
Le TD se concentrera sur l’analyse des poèmes, notamment grâce à l’exploration d’une œuvre complète.

Corpus du TD :
Joachim DU BELLAY, Les Regrets (édition au choix)
André CHÉNIER (une anthologie de textes vous sera distribuée)
Paul VERLAINE, Poèmes saturniens (édition au choix)

Anthologies (CM) :
La Poésie de la Renaissance, N. Lombart (éd.), Gallimard, coll. « Folioplus classiques », 2014.
La Poésie baroque, V. Vivès (éd.), Gallimard, coll. « Folioplus classiques », 2004.
Anthologie de la poésie française du XIXe siècle. De Baudelaire à Saint-Pol-Roux (t. II), M. Décaudin (éd.), Poésie/Gallimard, 1992.

Bibliographie critique (CM et TD) :
Michèle AQUIEN, La Versification appliquée aux textes, A. Colin, coll. « 128 », 2015 (4e éd.).
Gérard DESSONS, Introduction à l’analyse du poème, A. Colin, coll. « Cursus », 2016 (4e éd.)
Jean-Michel GOUVARD, La versification, PUF, coll. « Premier cycle », 1999.
Jean JAFFRÉ, Le vers et le poème : textes, analyses, méthodes de travail, Nathan, 1989.
Jean-Louis JOUBERT, La poésie, A. Colin, coll. « Cursus », 2015 (5e éd.).
Daniel LEUWERS Introduction à la poésie moderne et contemporaine, A. Colin, coll. « Lettres sup », 2005 (2e éd.).
Jean MAZALEYRAT, Éléments de versification française [1974], A. Colin, 2004.
Jean-Pierre RICHARD, Poésie et profondeur [1955], Seuil, coll. « Points », 1976.
Yves VADÉ, Le poème en prose, Belin, coll. « Lettres sup », 1996.

 

 


Littérature et arts

À la fin du XIXe siècle, l’Europe découvre avec stupeur l’ancienneté insoupçonnée de l’homme qu’on appellera bientôt « préhistorique ». L’effarement augmente encore lorsqu’il s’agit d’admettre que ce dernier puisse être un « artiste », fabricant de menus objets taillés dans l’ivoire de mammouth, mais surtout créateur de surprenantes peintures animalières ornant le fond des grottes.
Qu’ont fait les peintures de Lascaux ou la figurine surnommée « Vénus » de Willendorf à la littérature ? Comment les écrivains ont-ils intégré ce bouleversement de la connaissance alors que l’histoire de l’art ne pouvait plus être considérée comme un mouvement de perfectionnement progressif des origines à nos jours, puisque des chefs-d’œuvre plastiques avaient été réalisés des dizaines de millénaires avant notre ère ? Et pourquoi l’époque contemporaine s’éprend-elle de ces œuvres immémoriales ?
Nous suivrons ensemble cette histoire culturelle du regard et de la visibilité qui s’est constituée du XXe siècle au temps présent. On comprendra que le terme d’« art préhistorique », lui-même contestable, recouvre en réalité des faits matériels distincts (art mobilier, art pariétal, art rupestre, sculptures, gravures…). Le cours s’appuiera principalement sur des formes littéraires qui conjoignent désir de connaissance et expression d’une subjectivité. À travers des poèmes et essais variés, de Georges Bataille ou René Char, en passant par Marguerite Duras, jusqu’aux écrits d’auteurs contemporains comme Jean Rouaud, Pascal Quignard ou Philippe Forest, les étudiants découvriront les codes de l’ekphrasis (ou description littéraire d’une œuvre d’art) et se familiariseront avec un vaste corpus visuel, comprenant des œuvres préhistoriques iconiques mais aussi des images ténébreuses, bizarres ou méconnues.

Corpus : Nous travaillerons à partir d’extraits distribués en cours.

Bibliographie succincte :
Sophie A. de Beaune, Qu’est-ce que la Préhistoire ?, Gallimard, « Folio Histoire », 2016.
André Benhaïm et Michel Lantelme (dir.), Écrivains de la préhistoire, Toulouse, Presses Universitaires du Mirail, 2004.
Claudine Cohen, L’Homme des origines : savoirs et fictions en préhistoire, Seuil, 1999.
Carole Fritz, L’Art de la Préhistoire, Citadelles et Mazenod, « L’art et les grandes civilisations », 2017.
Maria Stavrinaki, Cécile Debray et Rémi Labrusse (dir.), Préhistoire, une énigme moderne, [catalogue de l’exposition éponyme du 8 mai 2019 au 16 septembre 2019], Centre Pompidou, 2019.


Introduction à la littérature comparée

CM : Introductions théoriques aux questions importantes de la littérature comparée et aux méthodes comparatistes : approches transversales de l’histoire littéraire, réception et traduction, transfert littéraire, mythocritique, narratologie, imagologie, intertextualité, arts et littérature.
TD : Familiarisation avec les aspects traités en CM à l’aide de courts textes ou extraits. Pratique du commentaire comparé.

Texte au programme (à se procurer avant le début des cours) :
Antonio Tabucchi, Nocturne indien, trad. Bernard Comment, Gallimard, coll. Folio, 2017 (éd. obligatoire).
D’autres extraits de textes seront fournis en polycopié.

Bibliographie indicative :
Pierre Brunel, Précis de littérature comparée, PUF, 1989 / 2018.
Chauvin Danièle & Yves Chevral, Introduction à la littérature comparée : du commentaire à la dissertation, Paris, Dunod, 1996.
Daniel-Henri Pageaux, La littérature générale et comparée, A. Colin, 1994.
Didier Souiller & Wladimir Troubetzkoy, Littérature comparée, PUF 1997.
Bernard Franco, La Littérature comparée. Histoire, domaines, méthodes, Armand Colin, 2016.

Il faudra aussi regarder la réserve de cours mise à la disposition à la BU !

 


Approche linguistique du texte littéraire

Ce cours propose une méthode particulière d’explication du texte littéraire, l’explication stylistique. Il s’agira d’aborder des textes littéraires narratifs et dramatiques via l’angle de l’analyse linguistique de l’énonciation et des types de discours : monologue, dialogue, polylogue, souricières et machinations conversationnelles. On abordera également les liens entre discours et narration (discours du narrateur, discours au narrataire).

Corpus principal
Molière, Le Misanthrope
Balzac, Le Père Goriot
Rostand, Cyrano de Bergerac
On étudiera d’autres extraits, mais ces trois œuvres doivent être lues pour le début du cours. (Pas d’édition spécifique pour les œuvres du corpus.)

Référence théorique
Dominique Maingueneau, Manuel de linguistique pour les textes littéraires, Armand Colin, 2010.


UEOI au choix

 Choisir dans le catalogue des unités d’enseignement d’ouverture intégrés

(vers le catalogue des UEOI)


Langue vivante

L’étudiant.e choisit l’anglais ou l’espagnol.

  • Pour l’anglais : S. PERSEC, Grammaire raisonnée anglais, niveau avancé B2 à C1, Ophrys.
  • Pour l’espagnol : programmes et manuels seront précisés par les enseignants au premier cours.

Langue et littérature anciennes 2


Prérequis : ce cours s’inscrit dans le prolongement de l’UE du S3 (Langue et littérature anciennes 1).

Le cours comprend deux aspects principaux :

1/ la découverte de la civilisation et de la littérature latines, à travers ses grands auteurs et ses grands textes. Lecture et commentaire de textes latins en bilingue et en traduction.

Programme de littérature : Plaute et la comédie latine : lecture de la Mostellaria

2/ La suite de l’apprentissage de la langue latine et des différentes catégories morpho-syntaxiques du latin classique. Le cours prévoit des révisions systématiques de grammaire française. Progressive initiation à la pratique de la traduction.

Ouvrages de référence
J.-C. Fredouille, H. Zehnacker, Littérature latine, PUF, Quadrige, 2013 [1993].
G. Hacquard et alii, Guide romain antique, Classiques Hachette, 1954.
J. Gason, A. Thomas, E. Baudiffier, Précis de grammaire des lettres latines, Magnard, 1984 [1963]
M. Rat, Aide-mémoire de latin, Nathan, 2008 [1965].

 


    Atelier d'actualités socioculturelles - - Histoire (s) naturelle(s) ? Penser et représenter le vivant

    Adossé à l’ouverture du Muséum d’Orléans pour la Biodiversité et l’Environnement (MOBE), ce cours retracera la représentation de l’animal dans la culture occidentale moderne et s’attachera à questionner la problématique contemporaine du vivant.
    Des cabinets de curiosité humanistes, en passant par les riches planches illustrées des Lumières, jusqu’aux représentations actuelles des mondes non-humains à l’ère de l’anthropocène, nous réfléchirons à l’évolution de notre concept de nature et au positionnement adopté par l’humain face ou au sein de celle-ci.
    En nous situant à la croisée entre littérature, science, philosophie et muséographie, nous étudierons la manière dont la science peut inspirer la littérature, et plus globalement la culture, entre dispositifs de transmission du savoir et poétique du merveilleux terrestre. Quels régimes de visibilité déployer pour stimuler la rêverie et la connaissance ? Est-il seulement possible de suggérer l’élan naturel du vivant autrement qu’en le figeant ?

     


    Stage d'observation en établissement scolaire

    Objectifs :

    • Réinvestir les notions abordées dans l’UE « Connaissance des institutions éducatives » : institution éducative, enjeux de l’éducation, déontologie, valeurs et éthique, relation pédagogique…
    • Rendre compte et analyser les situations éducatives observées en stage.
    • Appréhender les composantes du métier d’enseignant.
    • Confronter ses représentations à la réalité des métiers de l’enseignement et construire son projet professionnel.

    Compétences visées :

    • développer des capacités d’observation et d’analyse de situations d’enseignement-apprentissage
    • développer une posture réflexive

    Bibliographie / Sitographie :
    Site eduscol.education.fr
    Site education.gouv.fr
    Site des réseaux Canopé https://www.reseau-canope.fr/
    Meirieu Ph., Le choix d’éduquer, ESF.

     


    Expérience d'observation en institution culturelle

    Expérience d’observation d’une semaine en entreprise ou en administration culturelle. Évaluation sur rapport de stage.