Fils d'Ariane

University : Main content

Titre de page

Licence 2e année Histoire semestre 3 parcours Patrimoine et culture

Contenu de la page principale

Nom de l'enseignement Responsable(s) de l'UE Volume Horaire Code de l'UE ECTS COEFF
CM TD
Histoire ancienne Thomas BAUZOU 24 24 LLA3E10 6 6
Atelier d'histoire contemporaine Maxime LAUNAY 18   LLA3E4A 3 3
Histoire moderne à venir 24 24 LLA3E20 6 6
Informatique et bureautique Maxime LAGRANGE 12 12 LLA3IA/B 2 2
Langue vivante (1 choix)
Allemand     18 LLA3ALL 2 2
Anglais     18 LLA3ANG 2 2
Espagnol     18 LLA3ESP 2 2
UEOI (vers le catalogue des UEOI)   15     2 2
Latin     20 LLA3E30 2 2
Littérature et politique Chloé MORILLE   18 LLA5G5B 3 3
Archéologie et épigraphie anciennes Thomas BAUZOU   16 LLA3E6A 2 2
Musée et études d'oeuvres Marion BRETECHE et Juliette DUMASY   12 LLA3E6B 2 2

 

Histoire ancienne : fondements institutionnels et socioculturels - Rome des origines à la mort de César

Après une étude des origines royales et étrusques de Rome, ainsi qu’une initiation aux principales institutions de la civilisation romaine, on mettra l’accent sur l’évolution de la République. On étudiera l’expansion, à l’issue des guerres puniques, de la domination romaine sur la Méditerranée occidentale puis orientale, puis ses répercussions sur la société romaine proprement dite, qui mèneront à un siècle de guerres civiles et à l’institution du régime impérial. 

Bibliographie :
Cabanes P., Introduction à l’histoire de l’Antiquité, Armand Colin (coll. Cursus) (3e éd. 2004)
Le Glay M., Voisin J.-L. et Le Bohec Y., Histoire Romaine, PUF (nouvelle éd. 2005)
Perrin Y. et Bauzou T., De la cité à l’empire : Histoire de Rome, Ellipses (2e éd. 2004)
David J.-M., La République Romaine, Seuil (coll. Points) 2000
Cels Saint-Hilaire J., La République Romaine, Armand Colin (coll. Cursus) 2005


Histoire moderne : fondements institutionnels et politique - La quête du pouvoir absolu. Etat et institutions dans la France de Louis XIV (1643-1715)

Ce cours s’attachera à examiner la construction de l’Etat monarchique sous le règne de Louis XIV et interrogera le problème de l’absolutisme. Il analysera les fondements du pouvoir royal, les différents moyens qui permettent le renforcement du régime monarchique (administration, fiscalité, guerre), les caractéristiques de l’absolutisme louis-quatorzien dans différents domaines (économique, religieux, artistique) et les résistances que rencontre ce pouvoir.

Bibliographie :
Béguin, K, Histoire politique de la France, XVIe-XVIIIe siècles, Paris, Armand Colin, 2010
Bély, L., La France au XVIIe siècle : puissance de l’Etat, contrôle de la société, Paris, PUF, 2009.
Bély, L., La France moderne, 1498-1789, Paris, PUF, 2003.
Cornette, J., L’Affirmation de l’Etat absolu, 1515-1652, Paris, Hachette, Carré Histoire, 1993.
Cornette, J., Absolutisme et Lumières, 1652-1783, Paris, Hachette, Carré Histoire, 2000.
Drévillon, H., Les Rois absolus, 1629-1715, Paris, Belin, 2011.
Fogel, M., L’Etat dans la France moderne de la fin du XVe siècle au milieu du XVIIIe siècle, Paris, Hachette, Carré Histoire, 2000.
Mousnier, R., Les Institutions de la France de la monarchie absolue, Paris, PUF, 1974.
Nassiet, M., La France au XVIIe siècle, Paris, Belin, 2006.
Nassiet, M., La France du second XVIIe siècle, 1661-1715, Paris, Belin, 1997.
Petitfils, J.-C., Louis XIV, Paris, Perrin, 2002.


Langue vivante

L’étudiant choisit l’anglais ou l’espagnol.

 


Informatique - Bureautique

Le programme ce cet enseignement s’inscrit dans le cadre du référentiel national de compétences du C2i® niveau 1.


CM : des points cruciaux de la culture de base en informatique seront abordés (notamment : aspects légaux et déontologiques, sécurité, protocoles, …)


TD - machine :
Découverte et apprentissage du traitement de texte pour l’élaboration de documents complexes et structurés  (compte rendu, rapport, mémoire, bibliographie …)  - maîtrise des fonctionnalités nécessaires à la structuration de documents complexes  (notes de bas de pages, sommaire, index, styles, …).
Découverte et apprentissage du tableur pour le traitement des données chiffrées (références absolue/relative, fonctions simples …), leur présentation (format de cellule, graphique, …).

Ressource pédagogique : www.c2imes.org

 


Latin

Initiation à la langue latine et à son système pour débutants.

Bibliographie :
Dictionnaire Latin-Français (de préférence le Gaffiot de poche) – obligatoire.
S. Déléani & J.-M. Vermander : Initiation à la Langue latine et à son système : Manuel pour grands Débutants, Sedes (2005).

 


Atelier d'histoire contemporaine

Le règne de Louis XIV sera étudié dans trois dimensions permettant d’aborder une réflexion historiographique. On discutera d’abord de la notion, forgée a posteriori, d’absolutisme. Après la Fronde et la Régence d’Anne d’Autriche, la reprise en main du pouvoir par le roi du pouvoir a en effet entraîné l’exaltation de la figure du monarque (par les arts, par la littérature, par le système de la cour) tant et si bien qu’il a éclipsé les autres pouvoirs traditionnels (Église, noblesse, villes). La politique militaire du royaume a suivi une pente expansionniste : les guerres, les conquêtes et la constitution d’un empire sont en effet à la fois les marqueurs de la nouvelle hégémonie géopolitique du royaume de France et le creuset de nouvelles pratiques politiques et administrative, permettant l’émergence d’un « État militaro-fiscal ». Le renforcement de l’administration doit cependant s’accompagner d’une réflexion sur la notion d’État royal : il s’agira en effet d’interroger les systèmes de clientèles en son sein et l’efficacité des politiques menées par Louis XIV grâce à celui-ci.

Bibliographie :

Béguin, K, Histoire politique de la France, XVIe-XVIIIe siècles, Paris, Armand Colin, 2010
Bély, L., La France au XVIIe siècle : puissance de l’Etat, contrôle de la société, Paris, PUF, 2009.
Cornette, J., Absolutisme et Lumières, 1652-1783, Paris, Hachette, Carré Histoire, 2000.
Drévillon, H., Les Rois absolus, 1629-1715, Paris, Belin, 2011.

 


UEOI

Choisir dans le catalogue des unités d’enseignement d’ouverture intégrés : https://www.univ-orleans.fr/fr/univ/formation/organisation-des-etudes/ueo-unite-denseignement-douverture

 


Littérature et politique

Le cours sera divisé en deux volets.
La littérature est-elle investie d’une mission morale et peut-elle servir d’arme efficace ? La première partie du cours portera de façon transversale sur les notions d’engagement et de responsabilité de l’écrivain depuis le XIXe siècle. On abordera ici quelques célèbres essais et textes programmatiques. Nous nous arrêterons notamment sur « la littérature embarquée » de la théorie sartrienne et sur des extraits de discours où l’auteur réfléchit publiquement au rôle de l’écrivain au moment de recevoir le prix Nobel de littérature.
La seconde partie du cours se penchera sur les rapports entre littérature et politique à travers l’étude de deux œuvres contemporaines évoquant la violence fratricide des guerres civiles et le devenir des enfants-soldats : Allah n’est pas obligé (2000) d’Ahmadou Kourouma et Incendies (2003) de Wajdi Mouawad. Par le prisme de ces deux œuvres, nous verrons comment l’écrivain transforme le matériau de l’histoire récente pour témoigner autrement d’une réalité géopolitique aussi brûlante que complexe. On se demandera aussi comment la fiction, depuis ses moyens littéraires, décortique les mécanismes de l’horreur guerrière pour interroger les affres du monde actuel.

  • Les étudiants doivent se procurer les ouvrages en version papier et les lire pour le début du cours.

Oeuvres au programme

Ahmadou Kourouma, Allah n’est pas obligé, Paris, Seuil, « Points » n° 940, 2021.
Wajdi Mouawad, Incendies. Le sang des promesses 2, Actes Sud, « Babel », 2011.

Bibliographie :

Discours de réception du prix Nobel de littérature (vidéos et textes depuis 2000) : https://www.nobelprize.org/prizes/lists/video-lectures-from-nobel-laureates-in-literature/
Voir aussi Tous les discours de réception des prix Nobel de littérature, Eglal Errera (ed.), Flammarion / France Culture, 2013.
Emmanuel Bouju (dir.), L’Engagement littéraire, Rennes, PUR, 2005.
Catherine Brun et Alain Schaffner (dir.), Des écritures engagées aux écritures impliquées. Littérature française (XXe-XXIe siècles), Éditions universitaires de Dijon, 2015.
Alexandre Gefen, La littérature est une affaire politique, Enquête autour de 26 écrivains français, Editions de L’Observatoire, 2022.
Jacques Rancière, Politique de la littérature, Paris, Galilée, 2007.
Gisèle Sapiro, La Responsabilité de l’écrivain. Littérature, droit et morale en France (XIXe-XXIe siècle), Paris, Seuil, 2011.
Gisèle Sapiro, Des mots qui tuent. La responsabilité de l’intellectuel en temps de crise (1944-1945), Paris, Seuil, Points, 2020.
Jean-Paul Sartre, Qu’est-ce que la littérature ?, Paris, Gallimard, « Folio essais », 1985 [1948].

 


Archéologie et épigraphie anciennes

initiation à l’archéologie ainsi qu’à la lecture des inscriptions latines de l’Empire Romain, de la Grande-Bretagne à l’Arabie.

Bibliographie :
Paul Corbier, L’épigraphie latine, Armand Colin (coll. Cursus), 3 édition 2006.

 

 


Musées et étude d'oeuvres

Fondée sur des études de cas, des exemples précis et des visites, cette UE se propose de faire découvrir aux étudiants des œuvres majeures en architecture, peinture ou sculpture, et d’éclairer leurs usages historiques.
 Seront ainsi abordées leurs conditions de production, leurs significations selon les époques ou les moments, l’histoire de leur conservation et leur patrimonialisation éventuelle. Les cas étudiés pourront couvrir toutes les époques de l’histoire, et seront abordés, le phénomène de la collection privée, de la constitution des musées, puis de la conservation et de la restauration des œuvres


Bibliographie
Antoine de Baecque et Françoise Mélonio, Lumières et liberté. Histoire culturelle de la France, T.3, chapitre 5 : « La culture comme héritage », pp305-364, Paris, Seuil, 2005.
Dominique Poulot, Patrimoine et musées. L’institution de la culture, Paris, Hachette, 2001
Dominique Poulot, Une histoire des musées de France, Paris, La Découverte, 2005