Fils d'Ariane

University : Main content

Titre de page

Licence 3e année Histoire semestre 5 parcours MEEF

Contenu de la page principale

Nom de l'enseignement Responsable(s) de l'UE Volume Horaire Code de l'UE ECTS COEFF
CM TD
Histoire du monde méditerranéen Charles PARISOT-SILLON 24 24 LLA5E10 6 6
Histoire sociale et culturelle de l'Europe moderne Gaël RIDEAU 24 24 LLA5E20 6 6
Les outils de l'historien (2 UE au choix sur 3
Paléographie et diplomatique médiévale et moderne Chantal SENSEBY & Christophe SPERONI   24 LLA5E3A 3 3
Arts visuels, culture matérielle et architectecture des mondes mulsulmans médiévaux de l'Atlantique à la Chine (VIIIe - XVe siècle) Anna CAIOZZO   24 LLA5E3D 3 3
Latin Pierre-Alain CALTOT   24 LLA5E3C 3 3
Langue vivante (1 choix)
Allemand     18 LLA5ALL 2 2
Anglais     18 LLA5ANG 2 2
Espagnol     18 LLA5ESP 2 2
Atelier d'histoire contemporaine : Histoire politique et culturelle de l'Europe contemporaine Noëlline CASTAGNEZ & Nicolas DI BENEDETTO 20   LLA5E4A 3 3
Comment on écrit l'histoire Noëlline CASTAGNEZ 22   LLA5E5A 2 2
Géographie des risques Damien MOINEAU 15   LLA5D2A 2 2
Psychologie et sociologie pour l'enseignement (choix impossible si suivi au semestre 4) Anne-Lise Doyen 22   LLA5MF1 3 3

 

Histoire du monde méditerranéen antique - Les confins du monde romain. Conquêtes, contacts, identités (IIe s. a.C.-IIe s. p.C.)

La période comprise entre le IIe s. a.C. et le IIe s. p.C. constitue un temps de convergence à l’échelle de l’ensemble du bassin méditerranéen et de ses marges : la conquête romaine, l’intensification des échanges à longue distance, la mobilité accrue des hommes sont autant de phénomènes qui contribuent au rapprochement politique, économique et culturel des sociétés italiques, grecques, celtiques, ibériques, africaines… L’Empire romain, qui se présente comme la somme de ces différents apports, en constitue moins la cause que le résultat. L’objectif de ce cours est ainsi de retracer l’histoire du concept d’empire et de caractériser le développement des identités impériales aux confins du monde romain, plutôt qu’en son cœur. La documentation sollicitée puise dans l’ensemble des sources disponibles : littérature, épigraphie, numismatique, structures et mobiliers archéologiques.

Bibliographie :
Cl. Nicolet (dir.), Rome et la conquête du monde méditerranéen (264-27 av. J.-C.). 2. Genèse d’un empire, Paris, 1997 (1e éd. 1978).
Fr. Jacques et J. Scheid (dir.), Rome et l’intégration de l’Empire (44 av. J.-C.-260 ap. J.-C.). 1. Les structures de l’empire romain, Paris, 2010 (1e éd. 1990).
Cl. Lepelley (dir.), Rome et l’intégration de l’Empire (44 av. J.-C.-260 ap. J.-C.). 2. Approches régionales du Haut-Empire romain, Paris, 1998.
P. Faure, N. Tran et C. Virlouvet, Rome, cité universelle. De César à Caracalla, 70 av. J.-C.-212 apr. J.-C., Paris, 2018.


Histoire sociale et culturelle de l'Europe moderne

Cette UE traitera des affrontements religieux en Europe aux 16ème-17ème siècles et associera les échelles européennes, nationales et locales.  Ces conflits seront étudiés en France, dans l’Empire, aux Pays-Bas, en Angleterre, dans les territoires suisses, mais également en Italie et en Espagne. Si les oppositions entre catholiques et protestants seront au centre de la réflexion, les oppositions internes aux deux confessions, ainsi que le rapport aux musulmans dans le monde ibérique seront abordés. Les différences doctrinales, la confessionnalisation, l’iconoclasme, la violence et la pacification, la relation entre politique et religion, les dimensions sociales de ces conflits seront quelques-uns des thèmes traités dans cette UE.

Bibliographie :
Olivia Carpi, Les guerres de religion (1559-1598), Paris, Ellipses, 2012.
David El Kenz et Claire Gantet, Guerres et paix de religion en Europe, XVIe-XVIIe siècles, Paris, Colin, 2008.
Arlette Jouanna, dir., Histoire et dictionnaire des guerres de religion, Paris, Laffont, 1998.
Nicole Lemaître, L’Europe et les réformes au XVIe siècle, Paris, Ellipses, 2008.
Nicolas Le Roux, Les Guerres de religion, 1559-1629, Paris, Belin, 2009


Atelier d'histoire contemporaine -  Histoire politique et culturelle de l'Europe contemporaine

Les États totalitaires (histoire comparée).
Les travaux sur l’Italie fasciste, l’Allemagne nazie et l’URSS stalinienne ont été largement renouvelés ces dernières années. À une histoire par le haut des tenants du concept de totalitarisme, s’ajoute aujourd’hui une histoire sociale par le bas qui analyse les formes d’accommodement des sociétés et leurs résistances, y compris culturelles. Grâce à une approche comparative, il s’agira donc de définir les convergences et les spécificités de ces trois régimes.

Bibliographie :
Bruneteau B., Les totalitarismes, Paris, A Colin, 1999.
Rousso H. (dir.), Stalinisme et nazisme : Histoire et mémoire comparées, Bruxelles, Complexe, 1999.
Chapoutot Y, La loi du sang. Penser et agir en nazi, Paris, Gallimard, 2014.
Matard-Bonucci M., Totalitarisme nazi, Paris, CNRS éditions, 2018.
Werth N., La terreur et le désarroi : Staline et son système, Paris, Perrin, 2007.

 


Langue vivante

L’étudiant choisit l’anglais ou l’espagnol.


Ouvrage de référence (anglais) : S. PERSEC, Grammaire raisonnée anglais, niveau avancé B2 à C1, Ophrys

 


Arts visuels, culture matérielle et architecture des mondes musulmans médiévaux de l'Atlantique à la Chine (VIIIe - XVe siècle)

Cette UE permettra de découvrir des formes artistiques nouvelles nées dans les mondes musulmans médiévaux d’Orient comme d’Occident. Selon les années, les aires étudiées (Occident musulman, Orient : du Levant à l’Asie centrale) pourront varier tous comme les supports étudiés, sources historiques par excellence et objets de l’approche méthodologique concernée (arts du livre, fresques, peintures, objets mobiliers et formes architecturales).

Bibliographie :
Finbar Barry Flood, A companion to Islamic art and architecture, Wiley Blackwell, 2017
Oleg Grabar, La formation de l'art islamique, Flammarion, Paris, 2000
Oleg Grabar, La peinture persane : une introduction, Presses universitaires de France, 1999

 


Paléographie et diplomatique médiévales et modernes

Cet enseignement a un double propos : consolider les bases en paléographie médiévale en proposant des exercices de lecture de documents des Xe-XIIe siècles et initier à la diplomatique. De la même façon, il s’agit de consolider les bases de la paléographie moderne, par une initiation au travail de dépouillement et d’exploitation des sources dans un dépôt d’archives.

Bibliographie :
Audisio (Gabriel) et Rambaud (Isabelle), Lire le français d'hier. Manuel de paléographie moderne (XVe-XVIIIe siècle), Paris, A. Colin, 2016, 304 p.
Buat (Nicolas) et Van Den Neste (Evelyne), Dictionnaire de paléographie française. Découvrir et comprendre les textes anciens (XVe-XVIIIe siècle), Paris, Les Belles Lettres, 2016, 802 p.
Olivier GUYOTJEANNIN, Jacques PYCKE et Benoît-Michel TOCK, Diplomatique médiévale, Turnhout, Brepols, 1993 (1e édition).
Olivier GUYOTJEANNIN, Les sources de l’histoire médiévale, Paris, 1998.
M. PARISSE, Manuel de paléographie médiévale, Paris, Picard, 2006.
E. POULLE, Paléographie des écritures cursives en France du XVe au XVIIe siècle, Genève, Droz, 1966, 2 vol.

 

 


Latin

Cet enseignement est réservé à de bons latinistes, maîtrisant l’ensemble de la morphologie latine et les bases de la syntaxe. Il proposera la lecture et la critique historique de textes sources de l’Histoire ancienne (principalement romaine). Les étudiants n’ayant suivi que le semestre d’initiation en L2 (3E50) ne pourront le suivre qu’au prix d’un travail personnel rigoureux et exigeant.

Bibliographie :
Dictionnaire Latin-Français (de préférence le Gaffiot de poche) – obligatoire.
G. Hacquard, Guide romain antique, Hachette – général, concis et très pratique

 

 


 

Géographie des risques naturels

Passerelle et synthèse entre la géographie physique et la géographie humaine, la géographie des risques conduit à penser les espaces planétaires de manière globale et multiscalaire. Après avoir précisé les concepts et l’historique des concepts liés aux risques, le cours examinera le poids des dimensions psychologiques, historiques et culturelles dans la perception et la prévention de l’aléa et posera les jalons d’une géographie environnementale attentive à l’approche systémique et développement durable.L’approche typologique des risques sera conduite en deux temps et distinguera les risques naturels (lithosphériques, climatiques, liés à l’eau, biogéographiques…) des risques anthropiques et technologiques (agriculture, industrie et transport, sociaux, sanitaires, géopolitiques). La prévention et la gestion des risques, fortement liées aux modes et niveaux de développement des pays concernés, distingueront les risques dans les pays développés et ceux dans les pays en voie de développement ou en émergence en procédant à une approche macro-régionale.
Une sortie de terrain dans le val inondable d’Orléans rendra plus concrète la complexité du risque.

Bibliographie :
Bravard J.-P. : Les régions françaises face aux extrêmes hydrologiques. Gestion des excès et de la pénurie, Paris, SEDES, 2000, 287 p.
Chardon M : « Contraintes et risques naturels dans la gestion d’un milieu montagnard : l’exemple alpin », in les Français dans leur environnement, Nathan, 1996, pp.77-94 p.
Dagorne A et Dars A. : Les risques naturels, Que sais-je ?, PUF, 2001, 128 p.
Dauphiné A. : Risques et catastrophes. Observer. Spatialiser. Comprendre. Gérer. Paris, Armand Colin, 2001, 288 p.
Lagadec P : La civilisation du risque. Catastrophe technologiques et responsabilité sociale, Paris, Ed du Seuil, 1987, 237 p.
Lefevre C.et Schneider J.-L. : Les risques naturels majeurs, Editions scientifiques GB, 2003, 306 p.

 


 

Comment on écrit l'Histoire

L’Histoire a toujours joué un rôle dans la vie de la cité et son écriture est fille de son temps. Il s’agira de réfléchir au « métier d’historien » (Marc Bloch) et à ses différents enjeux, en approfondissant les connaissances historiographiques et épistémologiques acquises aux semestres précédents. D’une part, on étudiera quels sont les objets, sources, démarches et méthodes de l’historien de l’Antiquité à nos jours à travers diverses études de cas. D’autre part, on interrogera les finalités scientifiques, culturelles et civiques de l’Histoire, en analysant particulièrement le poids qu’exerce la mémoire collective sur son écriture et son enseignement, y compris dans les débats les plus actuels.

Bibliographie :
BLOCH, M., Apologie pour l’Histoire ou métier d’historien, 1ère éd. 1941, A. Colin, 1997.
DELACROIX C., DOSSE F. et GARCIA P., Les courants historiques en France 19e-20e siècle, Paris, Folio, éd. revue, 2007.
DELACROIX C., DOSSE F., GARCIA P. et OFFENSTADT N., Historiographies. Concepts et débats, Paris, Folio, 2010.
LAURENTIN E. (dir.), À quoi sert l’Histoire aujourd’hui, Bayard, 2010.
PROST A., Douze leçons sur l’histoire, Paris, Seuil, “ Points Histoire ”, 1996.
VEYNE P., Comment on écrit l’Histoire, Seuil, 1971.

 


Psychologie et sociologie pour l'enseignement

Objectifs :

  • découvrir quelques sous-domaines de la psychologie et de la sociologie, leurs démarches et leurs objets d’études ;
  • décrire et analyser des situations scolaires (issues du 1er et du 2nd degré) à partir de vidéos et de productions d’élèves.

Compétences visées :
A partir du référentiel de compétences des métiers du professorat et de l'éducation (25/07/2013), l’UE permet une première approche des compétences suivantes :

  • Connaître les élèves et les processus d'apprentissage ;
  • Prendre en compte la diversité des élèves ;
  • Accompagner les élèves dans leur parcours de formation ;
  • Agir en éducateur responsable et selon des principes éthiques ;
  • Coopérer avec les parents d’élèves.

Bibliographie / Sitographie :
Duru-Bellat, M. & Van Zanten, A. (2012). Sociologie de l’Ecole. Armand Colin.
Ferrand, L., Lété, B., & Thevenot, C. (Eds.) (2018). Psychologie cognitive des apprentissages scolaires. Dunod.
Lieury, A. (Ed.) (2010). Psychologie pour l’enseignement. Dunod.       
Millet, M. & Thin, D. (2005). Ruptures scolaires : l’école à l’épreuve de la question sociale. PUF