Fils d'Ariane

University : Main content

Titre de page

Projets de recherche

Contenu de la page principale

Présentation des nouveaux projets obtenus par nos enseignants-chercheurs.


Imagen
logo

"L’hydrogène, carburant de demain ?"

  • Projet PL-H2 | Démonstrateurs poids lourds à moteur à combustion hydrogène
  • Projet HYCEVAL | Conception et construction de 2 démonstrateurs de moteurs à combustion interne à hydrogène

Le communiqué de presse est disponible ci dessous.


Imagen
bioprna

Projet « Bioproduction d’ARNm thérapeutiques et vaccins (BiopRNA)

Le succès des vaccins ARNm pour la COVID-19 a permis de mettre en lumière l’énorme potentialité des ARN messagers pour un vaste éventail d'applications thérapeutiques. La transcription in vitro (IVT) est actuellement la technologie disponible pour la production d'ARNm. Cependant, elle nécessite une chaîne d'approvisionnement complexe et un processus de purification coûteux. La question de la dépendance vis-à-vis des réactifs et le coût de la production d'IVT à grande échelle se posera avec l'entrée des produits thérapeutiques dans les applications cliniques, qui nécessitent de fortes doses.


Le projet "Bioproduction d’ARNm thérapeutiques et vaccins (BiopRNA)" financé par l’ANR Grand Défi Biomédicament, porté par le conseil de l’innovation, issu d’une technologie de rupture de bioproduction d'ARN messager par une cellule usine, est un changement complet de paradigme par rapport à la transcription in vitro (IVT). Le but est de simplifier la chaîne de production et réduire réduction du coût de production de produits thérapeutiques à base d'ARNm. Si les preuves de concept sont acquises, le challenge est de rendre cette technologie industrialisable. Ce projet est mené par un consortium rassemble 2 partenaires universitaires (CNRS UPR4301 et INSERM UMR 944), 1 intégrateur (INRAe TIBH labellisé par le Grand Défi) et 2 entreprises privées (une PME, Polytheragene et une grande société pharmaceutique, Sanofi). Le procédé permettra de produire des ARNm thérapeutiques à l'échelle du gramme avec un coût au moins dix fois inférieure à celle de la production IVT.
Les résultats attendus feront progresser de manière significative l'état actuel de la fabrication d'ARNm. BiopRNA libérera le marché de l'ARNm, let favorisera la visibilité de la France. Il favorisera également le bien-être et la santé des citoyens, tout en réduisant les charges économiques et les disparités sociales associées aux thérapies basées sur les produits


Imagen
yscript

Projet Yeast cell factory for mRNA bioproduction (Yscript)

Le projet Yeast cell factory for mRNA bioproduction (Yscript) financé par l’EIC pathfinder Challenge, Horizon Europe est complémentaire au projet BiopRNA car il concerne la production d’ARN messager autoamplifiant de très grande taille. En effet, si l’expression transitoire de l’ARNm classique est avantageuse pour la vaccination, c’est une limitation pour les autres applications thérapeutiques. Il existe des formes d’ARN messager qui permettent de rallonger leur expression dans l’organisme en leur donnant la possibilité de s’autoamplifier. Ces formes permettent également de réduire le dosage. La production de ces ARNm de longue taille constitue un vrai challenge et nécessite des stratégies de production, d’extraction et de purification différentes de celles optimisées pour les ARNm de taille plus courte comme ceux produits dans le projet BiopRNA.
Yscript est mené par un consortium européen qui ont des expertises très complémentaires pour tacler ce challenge : CNRS (CBM, porteur) et l’institut TRON (Translational oncology gGmbH, Mainz, Allemagne) fondé par Pr Ugur Sahin (BioNtech), Université d’Aveiro (CICECO, Aveiro, Portugal), Université da Beira interior (HSC, Covihla, Portugal) , Polish Academy of Science (IBCH, Poznań, Pologne) Inrae (TWB, France), Biaseparation/Sartorius (Slovénie). La durée du projet est de 3 ans.
Produire des ARNm thérapeutiques autoamplifiants à l'échelle du gramme à faible coût permet d’ouvrir plus facilement leur accès pour des pathologies nécessitant des doses élevées et/ou des administrations fréquentes. L’accès plus facile et à coûts faibles à des nouveaux traitements basés sur les ARNm permettra de réduire les disparités sociales vis-à-vis de ces traitements innovants encore onéreux.

 


Imagen
asma

Améliorer l’accès à l’utilisation de médicaments de biothérapies innovantes par l’utilisation des technologies acoustiques

POSITIONNER LA FRANCE EN LEADER DE LA BIOPRODUCTION DE THÉRAPIES CELLULAIRES
ET GÉNÉTIQUES INNOVANTES

Les nouvelles approches d’immunothérapies cellulaires comme les CAR-T cells représentent un enjeu médical et économique majeur. Elles sont porteuses d’espoir pour toutes les branches de la médecine. Seulement, l’utilisation de l’immunothérapie cellulaire reste très coûteuse, limitant son accès pour les patients.
C’est pourquoi Aenitis Technologies, société qui développe des dispositifs médicaux innovants de manipulation et de tri cellulaires basés sur l'utilisation de l'énergie acoustique, a été désignée dans le cadre du plan « France 2030 » par Le Conseil de l’Innovation pour la création et le pilotage du consortium ASMA afin d’améliorer le rendement à échelle industrielle ou pharmaceutique des médicaments de thérapie innovante (MTI).
Faire monter en puissance la production de médicaments de thérapies innovantes impliquant des étapes de transduction et/ou de transfection.
Né du rapprochement de l'Accélérateur de Recherche Technologique en Thérapie Génomique (ART-TG, INSERM), du Centre de Biophysique Moléculaire (CNRS), d’Yposkesi, une société du groupe SK Pharmteco et d’Aenitis, le consortium ASMA (Acoustic Solutions for Manufacturing Advanced therapies) a pour objectif de développer des technologies complémentaires et intégrer des technologies acoustiques (Acoustophorèse et Sonoporation) pour répondre aux besoins industriels et clinique croissants de procédés de fabrication alliant coûts maitrisés, sécurité sanitaire, et intégration aux structures de productions actuelles.
Aenitis Technologies est un acteur de premier plan des nouvelles méthodes de bioproduction. La société fait partie des 9 premiers lauréats de l’appel à manifestation d’intérêt (AMI « Nouvelles biothérapies et outils de production ») et de l’appel à projets (AAP) GRAND DÉFI BIOMÉDICAMENT.
L’ART-TG est un centre d'innovation et de développement pour la thérapie cellulaire et génique mis en place par l'Inserm pour promouvoir l’excellence de la recherche dans ce domaine et faciliter l’émergence de traitements innovants.
Le Centre de Biophysique Moléculaire est un centre de recherches à l’interface de la chimie, physique et la biologie dans lequel est inclus l’équipe dirigée par la Professeure Chantal Pichon. Elle développe une thématique centrée sur les thérapies innovantes et possède une expertise reconnue internationalement dans la délivrance d’acides nucléiques par des méthodes non virales à la fois chimique et physique, en particulier la sonoporation.
Yposkesi est l'un des plus grands sous-traitant pharmaceutiques (CDMO) d’Europe. Spécialisée dans la fabrication de vecteurs viraux pour la thérapie génique et cellulaire, l’entreprise est fière d’être un acteur de ce projet. Yposkesi voit en ce projet une opportunité de diminuer l’écart important qui existe actuellement en termes de productivité de fabrication des thérapies géniques.


Imagen
Station Radioastronomie de Nançay Lofar

Une image gigantesque révélant 4,4 millions de galaxies est rendue publique

Sur une période de sept ans, soit entre 2014 et 2021, une équipe scientifique internationale, impliquant en France l’Observatoire de Paris – PSL, l’Université d’Orléans et le CNRS, a cartographié plus d’un quart du ciel de l’hémisphère nord à l’aide du radiotélescope européen Low Frequency Array (LOFAR). Il révèle une image radio détaillée de plus de 4,4 millions d’objets et un visage très dynamique de notre Univers. Maintenant que ce trésor de données a été rendu public, n’importe qui peut accéder à certains des objets les plus exotiques de notre univers.


Imagen
Logo ATHENA small

Résultats du premier appel à projets de recherche ATHENA : financement de 7 projets de l'UO

En novembre dernier, l'Université d'Orléans, en partenariat avec les établissements d'ATHENA et grâce à un financement de l'Agence nationale de la recherche (Programme Investissements d'Avenir), a organisé un appel à projets de recheche dans le cadre du programme de l'Université européenne ATHENA.

Cette action est destinée à soutenir à la fois les collaborations de recherche déjà engagées et l'émergence de nouvelles initiatives. Elle a également pour objectif d'initier des travaux de recherche collaboratifs visant à candidater à d'autres programmes de financement de la recherche (Horizon Europe ou programmes binationaux).

L'appel à projets est doté d'une somme totale de 285 000 euros.

Le jury international a sélectionné les sept projets suivants, menés par des chercheurs de l'UO en coopération avec des équipes de recherche du réseau ATHENA :

 


Imagen
dessuf

DeSSUF: A Methodology for the Design of a Safe, Secure and User-Friendly Reactive Programming Language for the Internet of Things – UO (LIFO) and University of Maribor.

In the Internet of Things (IoT), billions of devices are connected. Very often, these devices are programmed with the C programming language, mostly because of the limited hardware resources of such objects. However, C is error-prone, and software bugs make devices both unreliable and vulnerable to cyber-attacks. Several cases of massive cyber-attacks using IoT devices are documented. Moreover, the IoT is more and more deployed in areas such as energy, transportation and health: it is of paramount importance such systems are reliable, safe and secure. The goal of the DESSUF project is the design, implementation, and the evaluation of the safety, security and ease-of-use of a new programming language for the IoT.


Imagen
heritage

MUSCULAR FATIGUE: Development of tools for muscular fatigue study and Neurophysiological investigations of Peripheral Nervous System - UO (PRISME) and University of Maribor.

The aim of this project is to develop new fatigue indicators of the neuromuscular command for ecological conditions of physical activity. The dedicated tool for its study is the measurement of the electrical activity of the muscle, called electromyographic activity (EMG). In everyday life, physical activities are dynamic, which makes the measurement and definition of EMG indicators problematic. Among the problems identified, EMG is corrupted by noise and artefacts and the signal properties vary over time. We therefore propose, using new high definition measurement techniques, to improve denoising and refinement of the acquired signals before developing new fatigue indicators based on changes in the EMG signal propagation.


Imagen
eslo

ESLO:  (Enquête sociolinguistique à Orléans) pour la formation universitaire : ressources numériques pour l’enseignement-apprentissage en FLE et sciences du langage– UO (LLL) and University of Siegen.

Le corpus ESLO (Enquêtes SocioLinguistiques à Orléans), l’un des plus grands corpus oraux disponibles pour le français avec ses 600h d’enregistrements transcrits, constitue un vaste terrain d’observation du français parlé contemporain pour les linguistes. Structuré selon plusieurs axes, ce « portrait sonore » d’Orléans par ses habitants permet d’analyser le français parlé dans les années 60 et aujourd’hui, en accédant à une diversité de locuteurs dans des situations de communication variées. Il s’agit désormais de sélectionner, de structurer et de didactiser des données issues de ce « réservoir », afin de les rendre accessibles grâce au numérique à une communauté plus large, d’étudiants et d’enseignants. Le projet vise l’élaboration d’une ressource en ligne pour l’enseignement universitaire, constituée de plusieurs modules correspondant aux objectifs de formation des spécialistes du français en contexte universitaire à l’étranger (départements de français et d’études françaises et/ou romanes), dans le cadre de cours de spécialité en linguistique, linguistique de corpus, sociolinguistique et didactique du FLE. Le projet repose sur une collaboration entre deux partenaires d’ATHENA, le LLL à l’université d’Orléans et le département des langues romanes à l’université de Siegen.


Imagen
heritage

Heritage Preservation: Interdisciplinary workgroup on digital transformation in heritage preservation and analysis - UO (PRISME, LaMé) and HMU.

Thanks to 3D scanners, cameras and artificial intelligence, digital transformation is opening up new possibilities for computer-aided diagnosis and preservation of built heritage. The project aims to initiate a collaboration between members of the European university program ATHENA around the development of digital tools dedicated heritage preservation and analysis. The initial partners (the University of Orleans and the Hellenic University of the Mediterranean) constitute an interdisciplinary seed including image processing, electrical engineering, mechanics and physical chemistry. As a guideline, a post-doctoral fellowship on the automation of conservation-related data extraction directly from the 3D survey will be organized and funded. This scientific work will constitute a focal point able to present our scientific competences to the ATHENA consortium so that new partners can join us and make innovative collaborations emerge for writing a scientific project proposal to be submitted to an European call. Exchange meetings will be organized in order to share our knowledge, to give feedback from our respective projects, and to build a map of potential scientific interactions to enrich the collaboration and prepare the proposal writing.


Imagen
strump

STRUMP: STRUcture and Morphology of heterogeneous nanostructured semiconducting Polymers - UO (ICMN) and University of Siegen.

Organic electronics can nowadays be seen as a realistic alternative to conventional inorganic semiconductors. Due their lightness, ease of processability, flexibility and moderate carbon footprint, these new materials show a great potential for applications in the priority thematic areas of Athena such as miniaturized electronic devices, IOT, in-vehicles systems or smart sensors. Starting from conventional semiconducting polymers, the project aims at using novel conjugated polymers and producing original nanostructurated systems. In addition, we intend to build, within the Athena European University, new connections between two groups of the University of Orléans and Siegen with complementary expertise, which do not already collaborate. During this project, we aim at developing of a larger and more ambitious European network dealing with the physics and chemistry of organic electronics.


Imagen
nanokiss

NANOKISS: Trimetallic NANOalloy growth KIneticS and Structure: a joint experimental and numerical approach - UO (ICMN) and University of Maribor.

In this project (Maribor and Orléans universities), the strategy is to develop a methodology to predict the internal atom arrangement (structure) evolution leading to the formation of ternary metallic nanoparticles by a combined experimental and numerical approach. As the experimental synthesis methods lead to various types of nanoparticles, and consequently frequently, undesired properties, we propose to rationalize the understanding of the formation mechanisms through the coupling of several synthesis methods and of numerical simulations of the growth and structure. This strategy will be applied to PtCuNi nanoalloys which is a promising alternative to reduce Pt loading and enhance catalytic activity in fuel cell applications (energetic transition challenge). Through the control of the main driving forces of chemical mixing and surface segregation and the growth kinetic parameters, we will investigate the structural landscape of this ternary nanoalloy.


Imagen
mirror

VR-MIRROR: Virtual Physical Therapist for Upper Extremity Motor Control in Parkinson’s Disease Patients - UO (PRISME) and Vilnius Tech.

Parkinson’s Disease is a common neurodegenerative disease affecting neurons in a specific area of the brain called substantia nigra. Those neurons based in the basal ganglia area of the brain produce are responsible for the dopamine production. When the become impaired or die coordination and movement problems appear to PD patients. The recent discovery of mirror neurons has led to the development of a new rehabilitation method called Action Observation Training is a physical rehabilitation approach through observation and imitation. Its efficacy on patients with stroke and cerebral palsy paved the way for further scientific exploration. The aim of the proposed project is to apply Action Observation Training with augmented feedback to PD patients in order not only to improve upper limb function but also to allow them to retain those skills after the completion of therapy.


Imagen
adonis

Le Laboratoire PRISME dessine chaque jour l’Ammonia Avenue

Le laboratoire PRISME participe de plus en plus, de par les recherches qui y sont menées, à l’objectif d’une société neutre en carbone en 2050 grâce à la combustion de nouveux combustibles neutres en carbone, tels que l’Ammoniac, l’un des vecteurs d’hydrogène, encore appelé ‘l’autre hydrogène’. Ammoniac devient une molécule dont la combustion devient de plus en plus attractive. L’Ammonia Avenue se dessine chaque jour à l’Université d’Orléans.

Déjà partenaire de 2 projets Horizon 2020, le laboratoire PRISME vient d’être lauréat de 2 nouveaux projets internationaux, pour deux applications différentes d’utilisation de l’ammoniac comme carburant : le moteur à combustion interne et la turbine à gaz.

EKIM,  Engine Knock Intensity Modelling for Future Fuels, est un projet qui sera financé dans le cadre de CORNET (Collective Research Networking call 2021). Le projet coordonné par FFV eV (Research Association for Combustion Engines) , implique deux autres institutions allemandes, Ifs (Institute of Automotive Engineering) of University of Stuttgart, VKA (Institute for Internal Combustion Engines) University of Aachen.

Projet qui se concentre sur la modélisation des combustions anormales (cliquetis) du moteur, qui est un facteur limitant essentiel des rendements maximaux pour les moteurs de type allumage commandé pour trois futurs carburants alternatifs synthétiques : Ammoniac, hydrogène et méthanol, dont les propriétés de combustion diffèrent fortement des carburants issus du pétrole.

Le laboratoire PRISME de l'Université d'Orléans réalisera des études dédiées à l'ammoniac (y compris avec de l’ajout d'hydrogène) sur moteur et machine à compression rapide pour caractériser l’occurrence du phénomène d’auto-inflammation.

ADONIS,  Ammonia-Hydrogen Combustion in Micro Gas Turbines, est un projet qui sera financé dans le cadre du 8ième EIGJAPAN_JC 2021, (Sustainable Hydrogen Technology as Affordable and Clean Energy). Le projet coordonné par IFPeN, implique 4 autres partenaires, University de Tokyo  (Japon), Silesian University of Technology (Pologne), Zurich University of Applied Science (Suisse), SINTEF (Norvège).

Projet qui cherche à répondre aux trois questions fondamentales ouvertes pour le développement de micro-turbines à gaz  d'une puissance d'environ 100 kWe utilisant de l'ammoniac et les mélanges ammoniac-hydrogène comme vecteurs énergétiques sans carbone :1) l'interaction flamme-paroi ; 2) la dynamique de la combustion ; 3) la stratégie d'injection du combustible, afin d’améliorer la stabilité, l'efficacité, les émissions et, en fin de compte la performance globale du cycle de la turbine à gaz.

Le laboratoire PRISME pilotera l’un des WorkPAckages autour de l’injection liquide de NH3 et réalisera une base de données expérimentales dans des conditions variées inexistantes, en relation avec des équipes de modélisation.

Contact : Christine ROUSSELLE ; christine.rousselle@univ-orleans.fr


HOT PAPER :  From metastability to equilibrium during the sequential growth of Co-Ag supported clusters : a real-time investigation

Nanoscale (2021) 13, 6096 - 6104

https://doi.org/10.1039/D0NR08862E
P. Andreazza, A. Lemoine, A. Coati, D. Nelli, R. Ferrando, Y. Garreau, J. Creuze, C. Andreazza-Vignolle

Cet article est issu de travaux menés en collaboration entre l’ICMN, l’universita di Genova, Italia, l’ICMMO, Orsay et le Synchrotron Soleil. Ce travail, sélectionné comme « Hot article » par Nanoscale, et fruit d’un projet international de collaboration scientifique, a permis de mettre en commun les compétences respectives en etudes experimentales in situ de la structure de nanoalliages, en simulation numérique et en techniques synchrotron. La thématique est l’analyse en temps réel et in situ de l’incorporation d’atomes de Co dans les nanoparticules d’Ag de quelques centaines d’atomes, suivie presque atome par atome par des méthodes combinées de diffusion des rayons X en rayonnement synchrotron et de dynamique moléculaire : une séquence de croissance des atomes de Co assez complexes, de la position sub-surface aux structures quasi-janus puis coeur-coquille.

 


Imagen
Le Temple d'Apollon à Delphes, Grèce (Cliché A. Perrier, 2021).

Projet de Recherche EnvArDA (Environnement et Architecture à Delphes dans l’Antiquité)

Le projet EnvArDA vise à étudier les stratégies d’aménagement de site et les innovations architecturales dans l’Antiquité dans un contexte de gestion de risques naturels récurrents. Le site archéologique de Delphes, soumis aux séismes et aux risques hydrogéologiques, constitue le laboratoire de cette étude.

Il s’agit d’un projet interdisciplinaire du laboratoire IRAMAT (porteuse du projet : Amélie Perrier), en collaboration avec l’Atelier numérique de la MSH Val-de-Loire, autour d’une équipe internationale de géologues et d’archéologues. Le projet est financé pour 2 ans par le dispositif régional APR IA 2021-Trampoline afin de préparer le dépôt d’un projet ANR


Delphes, situé en Grèce centrale, abrite l’un des sites archéologiques les plus importants de Grèce, classé au patrimoine mondial de l’UNESCO depuis 1987 : le sanctuaire d’Apollon, fréquenté pour son oracle par l’ensemble du monde grec pendant plus de dix siècles, entre le VIIe s. av. n.è. jusqu’au IVe s. de n.è. Delphes présente une situation architecturale exceptionnelle, mêlant des monuments construits avec des techniques et des matériaux locaux à des monuments importés dont l’architecture était la vitrine des cités ou des royaumes qui les avaient offerts au dieu. Cependant, le site, accroché à flanc de montagne, est situé dans une région soumise à d’importants risques hydrogéologiques et sismiques et a été de nombreuses fois victime de catastrophes naturelles destructrices. Ce contexte géologique et environnemental a nécessité la mise en œuvre de stratégies d’aménagement et de construction adaptées. Le projet vise à étudier les techniques architecturales antiques (VIe-Ier s. av. n.è.) et leurs évolutions dans un contexte de gestion de risques naturels récurrents. De récents projets ont ouvert la voie à une approche globale et interdisciplinaire de la gestion des risques dans l’Antiquité, comme l’ANR RECAP, menée par H. Dessales sur le site de Pompéi. Cependant, jusqu’à présent, aucune étude archéologique complète des réponses apportées par les Anciens sur un site spécifique face aux catastrophes naturelles n’a été menée pour la Grèce antique. L’exemple de Delphes constitue un cas d’étude exceptionnel en raison de son importance historique, de sa situation géologique, de la qualité de préservation des vestiges et de son immense corpus épigraphique qui comprend notamment les comptes de construction des IVe et IIIe s. av. n.è.


Imagen
migrasens

Projet MIGRASENS : Molecular Imprinted polymer/GRAphene for environmental microSENSors network

Présentation de l’ANR MIGRASENS (ANR 2020-2024 : Début du projet 1er mars 2021 – 48 mois) qui a pour but de développer une nouvelle génération de réseaux de microcapteurs environnementaux en associant les propriétés du graphène, en termes de conduction, de robustesse, de sensibilité électrochimique, à la sélectivité de polymères à empreintes moléculaires.

Il s’agit de concevoir un laboratoire sur puce pour la détection d'un large spectre de micropolluants prioritaires visés par la directive cadre européenne sur l’eau. Le succès de ce projet ambitieux repose sur la complémentarité et les compétences variées du consortium, qui comprend deux PME et deux laboratoires. Leur multidisciplinarité permettra d’avoir une vue globale de la chaîne qui va de la production de graphène à son intégration dans un prototype Lab-on-Chip multi-détection. Le principal défi scientifique consistera à optimiser l'électroactivité de l'électrode de graphène en contrôlant les paramètres de la méthode de dépôt CVD et à s’en servir comme plate-forme conductrice du réseau de capteurs.
Pour atteindre les objectifs fixés dans le projet, le consortium est constitué de 2 partenaires académiques et de 2 industriels couvrant des domaines d’expertise complémentaires. Les membres du consortium sont : le Laboratoire ICMN (CNRS-Université d’Orléans) ; le laboratoire Charles Coulomb (L2C, CNRS/Université de Montpellier) ; l’entreprise DSA Technologies (Orléans) l’entreprise Annealsys (Montpellier).

 


Imagen
PAHPA

Projet PAHPA ICE (Physical Activity and Health, Pluridisciplinarity Approach in Isolated, Confined Environment)

Un programme de recherche de l’équipe orléanaise du CIAMS se déroulera en conditions extrêmes à compter de décembre 2021 pour deux années consécutives. Il s'agit d'une étude pluridisciplinaire impliquant les membres du CIAMS (porteuse du projet : Aude Villemain) et qui consiste à évaluer les variations de facteurs humains (psychologiques, physiologiques (nutritionnels et hormonaux) et cognitifs) durant les hivernages.

Des hivernants de deux bases situées en Antarctique, l'une côtière et française (Dumont d'Urville) et l'autre continentale et franco-Italienne (Concordia) participeront aux études pendant deux ans. Les programmes sont soutenus par l'Agence Spatiale Européenne et l'institut Polaire français. La finalité, à terme, sera de proposer des activités physiques adaptées sur base favorisant l'adaptation de l'Homme aux conditions de grand froid, d'isolement et de confinement, conditions similaires à l'environnement spatial.

 

Ce programme s'inscrit dans une politique de prévention et de développement de la santé en milieu extrême, notamment en période d'hivernage. En effet, son objectif majeur est de relier les disciplines scientifiques entre elles pour comprendre et ensuite, améliorer l'adaptation humaine à un environnement hostile.

Dans la plupart des cas, les ressources disponibles en situation "normale" ne le sont plus en situation perturbée. C'est le cas en milieu polaire, où les mécanismes physiologiques, psychologiques et cognitifs sont perturbés lors de l'arrivée en Antarctique.

Davantage de données sont nécessaires pour comprendre comment les paramètres psychologiques, physiologiques et cognitifs évoluent et peuvent se stabiliser sur une longue période ; notamment la littérature a pu mettre en avant l'existence d'un effondrement des variables psychologiques durant le third quarter time (passé la moitié de l'hivernage, en juin appelé la mid winter). Nous proposons donc une étude longitudinale afin de comprendre de manière globale l'adaptation humaine aux conditions extrêmes.


Un nouveau pas vers la détection du fond d'ondes gravitationnelles grâce aux pulsars

Une collaboration scientifique européenne impliquant des chercheurs de l’Observatoire de Paris – PSL, du CNRS et de l’Université d’Orléans annonce la détection d'un "signal prometteur" qui pourrait être lié au fond d'ondes gravitationnelles produit par des couples de trous noirs supermassifs en phase spiralante.

Les « Pulsar Timing Arrays » (PTA) sont des réseaux de pulsars, de petites étoiles (20 à 30 km de diamètre), aussi massives que le Soleil et en rotation très rapide. Dans les PTAs, la rotation très stable des pulsars en fait des horloges très précises et cette propriété est utilisée comme détecteur d'ondes gravitationnelles à l'échelle galactique. Les signaux des pulsars sont notamment sensibles aux ondes de très basse fréquence, dans le régime du milliardième de Hertz. Les PTA permettent d’étudier les ondes gravitationnelles émises par des couples de trous noirs supermassifs au centre de certaines galaxies. Les signaux émis par tous les couples existants forment ce qu'on appelle un fond d'ondes stochastique.

L'European Pulsar Timing Array (EPTA) est une collaboration européenne réunissant une quarantaine de scientifiques autour des cinq plus grands radiotélescopes européens, dont le radiotélescope décimétrique de Nançay (Observatoire de Paris PSL / CNRS / Université d’Orléans). Une étude des données enregistrées par l’EPTA, dont 60% environ ont été produites par le télescope de Nançay, a révélé un signal « prometteur », dont certaines caractéristiques correspondent bien à ce que l’on attend pour la population de trous noirs supermassifs en phase spiralante.

L’analyse représente une étape importante dans la recherche des ondes gravitationnelles. Il est cependant trop tôt pour affirmer que le signal révélé par l’EPTA constitue une véritable détection des ondes gravitationnelles. La relativité générale d'Einstein prédit une relation très spécifique entre les déformations de l'espace-temps que subissent les signaux radio en provenance de pulsars situés dans différentes directions du ciel. La mise en évidence de cette corrélation spatiale, dite courbe de Hellings et Downs, permettra d'identifier de manière non-équivoque le signal observé comme étant dû à un signal de nature gravitationnelle.

L’étude parait en ligne dans un article intitulé « Common-red-signal analysis with 24-yr high-precision timing of the European Pulsar Timing Array: Inferences in the stochastic gravitational-wave background search » par S. Chen et al, Monthly Notices of the Royal Astronomical Society, October 27, 2021 (https://arxiv.org/abs/2110.13184).


 

Imagen
arn

ANR BiopRNA : Bioproduction d’ARNm thérapeutiques et vaccins

L'ARN messager (ARNm) est devenu un produit biopharmaceutique prometteur pour un vaste éventail d'applications thérapeutiques.  Le projet BiopRNA est issu d’une technologie de rupture de bioproduction d'ARN messager par une cellule usine, un changement complet de paradigme par rapport à la transcription in vitro (IVT). Le but est de simplifier la chaîne de production et réduire réduction du coût de production de produits thérapeutiques à base d'ARNm. Si les preuves de concept sont acquises, le challenge est de rendre cette technologie industrialisable.

Le projet est mené par un consortium rassemble 2 partenaires universitaires (CNRS et INSERM), 1 intégrateur (labellisé par le Grand Défi) et 2 entreprises privées (une PME, Polytheragene et une grande société pharmaceutique, Sanof i).Le procédé permettra de produire des ARNm thérapeutiques à l'échelle du gramme avec un coût au moins dix fois inférieure à celle de la production IVT. Les résultats attendus feront progresser de manière significative l'état actuel de la fabrication d'ARNm. BiopRNA libérera le marché de l'ARNm et favorisera la visibilité de la France. Il favorisera également le bien-être et la santé des citoyens, tout en réduisant les charges économiques et les disparités sociales associées aux thérapies basées sur les produits.